Iran  : l’Op du Mossad verse toujours ses dividendes à l’AIEA

Iran  : l’Op du Mossad verse toujours ses dividendes à l’AIEA

0
269

Le Post a également appris que la quasi-totalité des preuves sur lesquelles l’AIEA fonde ses revendications et son exploration sur la République islamique proviennent des archives nucléaires iraniennes secrètes obtenues par le Mossad en janvier 2018.

L’opération déjà mythique a prouvé hors de tout doute possible que le programme nucléaire iranien jusqu’en 2003 était de nature militaire. Cela a également prouvé que l’Iran a pris des mesures importantes pour essayer de dissimuler et de stocker ses recherches et progrès militaires nucléaires, même après l’accord sur le nucléaire de 2015.

Les services de renseignement occidentaux avaient spéculé que l’Iran cherchait des sites d’essais nucléaires, mais l’opération du Mossad a révélé l’emplacement exact des cinq sites – deux dans la région de Semnan, dans le centre nord du pays et trois dans le désert du Lot, dans la région centre-est du pays.

En septembre 2019, le Post a appris que la cartographie de nouveaux sites nucléaires clandestins iraniens potentiels était probablement la plus grande réussite de l’opération du Mossad.

Bien que l’AIEA n’ait pas admis publiquement que toutes ses pistes provenaient des archives nucléaires iraniennes, officiellement, de nombreux responsables connaissant l’enquête de l’AIEA l’ont reconnu auprès de différents médias.

LIRE  Le décès du rav Cha'ar Yachouv haKohen, rav de 'Haïfa

En mars, le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a déclaré: «L’Agence a identifié un certain nombre de questions liées à d’éventuelles matières nucléaires non déclarées et à des activités liées au nucléaire sur trois sites qui n’ont pas été déclarées par l’Iran.»

«L’Agence a cherché à accéder à deux des sites. L’Iran n’a pas donné accès à ces sites et n’a pas engagé de discussions de fond pour clarifier les questions de l’Agence », a déclaré Grossi.

Le directeur général de l’AIEA a poursuivi: «Cela nuit à la capacité de l’Agence à clarifier et à résoudre ces questions et à fournir une assurance crédible de l’absence de matières et d’activités nucléaires non déclarées en Iran», appelant l’Iran à fournir «un accès rapide» à ces données sensibles.

Des parties divulguées, ce week-end, du nouveau rapport de l’AIEA, qui sera soumis au Conseil des gouverneurs de l’AIEA la semaine prochaine, ont continué de susciter de “sérieuses inquiétudes” concernant le “refus de l’Iran” de laisser les inspecteurs internationaux enquêter sur d’éventuelles activités nucléaires passées sur les deux sites.

En outre, l’AIEA s’est confronté à Téhéran au sujet de matières nucléaires radioactives non déclarées trouvées sur le site de Turquzabad, que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révélé en septembre 2018 sur la base de l’opération du Mossad.

De plus, les archives iraniennes révélées par l’agence d’espionnage ont donné comme objectif iranien le nombre précis de cinq ogives de 10 kilotonnes.

Les experts se sont longtemps demandé si l’Iran cherchait à fabriquer une bombe sale, un arsenal nucléaire à pleine maturité ou quelque chose entre les deux.

LIRE  Saeb Erekat opposé à une révision du nombre de “réfugiés”

Les informations provenant des archives ont indiqué que les objectifs de l’Iran en matière d’armes nucléaires au fil des ans, bien que dangereux, étaient également modestes – ce qui est précieux à savoir pour la diplomatie ou toute future attaque potentielle contre ces capacités.

Outre ces gros titres, les archives ont considérablement accru la compréhension par Israël et l’Occident de pratiquement tous les aspects du programme d’armes nucléaires de l’Iran.

L’opération a été gérée personnellement par le directeur du Mossad, Yossi Cohen, qui a effectué divers appels en temps réel sur l’élargissement des objectifs de la mission, de la saisie de fichiers papier physiques à la saisie d’une grande quantité de fichiers de données électroniques inattendus.

Adaptation : Marc Brzustowski

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro