Israël a éliminé le N°2 d’Al Qaïda sur le sol iranien

Israël a éliminé le N°2 d’Al Qaïda sur le sol iranien

0
225

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué qu’il n’y avait pas de « terroristes » d’Al-Qaïda sur le sol iranien [le fait est pourtant prouvé depuis avant le 11 septembre 2001 : voir commission d’enquête].

« De temps en temps, Washington et Tel Aviv tentent de lier l’Iran à de tels groupes en mentant et en divulguant de fausses informations aux médias afin d’éviter la responsabilité des activités criminelles de ce groupe et d’autres groupes terroristes dans la région », a déclaré le ministère, en se dédouanant par des rumeurs complotistes.

LIRE  Les Arabes israéliens disent non à la Palestine
Selon le reportage du New York Times (par Adam GoldmanEric SchmittFarnaz Fassihi et , Abdullah Ahmed Abdullah, commandant en second d’Al-Qaïda qui portait le nom de guerre d’Abu Muhammad al-Masri (l’Egyptien) a été abattu par deux hommes à moto dans les rues de  Téhéran  le 7 août. Le journal a cité des responsables du renseignement américain comme source. Abdullah a été accusé d’avoir aidé à organiser les attentats de 1998 contre deux ambassades américaines (Nairobi, Dar Es Salam) en Afrique.
La liquidation de Masri, qui était considéré comme un successeur probable du dirigeant actuel d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a été maintenue sous le sceau du secret jusqu’à présent, selon le journal.
On ne sait pas quel rôle, le cas échéant, les États-Unis ont joué dans le meurtre du mégaterroriste d’origine égyptienne, a déclaré le Times. Les autorités américaines suivaient Masri et d’autres agents d’Al-Qaïda en Iran depuis des années, a-t-il déclaré.
Al-Qaïda n’a pas annoncé sa mort, les responsables iraniens l’ont dissimulée et aucun gouvernement n’a publiquement revendiqué sa responsabilité, a déclaré le Times.
Un responsable américain, parlant à Reuters sous couvert d’anonymat, a refusé de confirmer les détails de l’histoire du Times ou de dire s’il y avait une implication américaine. Le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.
Masri, l’un des dirigeants fondateurs d’Al-Qaïda, a été tué avec sa fille, Miriam/Meriem, la veuve du fils de l’ancien chef d’Al-Qaïda, Hamza ben Laden, a rapporté le Times.
L’Iran chiite et al-Qaïda, une organisation militante musulmane sunnite, sont depuis longtemps des associés, même s’ils sont idéologiquement ennemis.
Masri était détenu par l’Iran depuis 2003, mais vivait librement, avec d’autres membres en semi-liberté, dans une banlieue huppée de Téhéran depuis 2015, selon le Times, citant des responsables du renseignement américain non identifiés.
Les responsables américains de la lutte contre le terrorisme pensent que l’Iran, également ennemi des Américains, les a peut-être laissés vivre là-bas pour mener des opérations contre des cibles américaines, a déclaré le Times.
On n’a pas su  immédiatement quel impact, le cas échéant, la mort de Masri avait eu sur les activités d’Al-Qaïda. Même s’il a perdu des hauts dirigeants au cours des près de deux décennies qui se sont écoulées depuis les attaques de New York et de Washington, il a maintenu des filières actives du Moyen-Orient à l’Afghanistan en passant par l’Afrique de l’Ouest.
JForum avec sources NYTJPost, etc

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro