Israel Atias : « L’observance du Chabbath est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée »

0
244

« Quand on me demande si je garde le Chabbath, je réponds que c’est lui qui garde » : l’acteur Israël Atias parle de l’observance du Chabbath, de l’étude de la Torah et la fréquentation du mikvé.

Hidabrout – Naama Green

L’acteur Israël Atias a accordé une interview à Ynet le week-end dernier, au cours de laquelle il a déclaré qu’il observait le Chabbath et étudiait la Torah, et que l’expérience du mikvé était très puissante pour lui.

« Mes parents sont des gens de tradition, de valeurs et de foi. Il y a toujours eu du respect pour la tradition, les fêtes, les Chabbatoth et le kiddouch », a déclaré Atias. « Je dis que c’est elle qui me garde. Elle me donne mon espace avec ma famille directe. J’en ai le plus besoin, et nous n’avons pas encore dit un mot sur le fait d’être déconnecté du téléphone. C’est un énorme cadeau. »

Atias a ajouté qu’il faisait parfois de la « Hitbodedout »: « Cela m’est arrivé une fois au milieu d’un spectacle où j’ai senti que je n’étais pas vraiment présent, j’ai dû tout arrêter et passer à autre chose », a-t-il honnêtement partagé. « Je suis juste sorti et j’ai parlé à moi-même, au Créateur. »

« Ce qui me calme le plus, c’est l’étude. J’étudie les livres de rabbi Na’hman, mais aussi des livres qui ne sont pas des livres saints. Je ne fais pas de méditations et autres. Pour moi, l’expérience du mikvé est puissante, et très récemment j’ai commencé à m’y rendre tous les vendredis.

« Je travaille ma foi tous les jours. La foi pour moi vient de la langue de formation – parce que nous la pratiquons. Il se passe des choses tout le temps autour de nous – la période de sécurité difficile que nous vivons dans le pays, et aussi mon métier qui est si complexe et a des hauts et des bas tout le temps. À propos de ma vision de la vie, et le plus important – aide à différencier entre le principal et le détail. Je recherche toujours le meilleur dans tout. Une autre chose qui est spirituellement importante pour moi est la joie. J’essaie de l’apporter dans nos vies autant que possible – la musique et la danse à la maison, que les murs absorbera la joie et le bien. Je suis influencé à bien des égards par le rav Na’hman, qui à mes yeux est le philosophe le plus important ici. »

LIRE  En Allemagne un magasin d’optique s’appelle 6 Millions Glasses

Atias a évoqué la période où lui et sa femme Naomi étaient confrontés à des problèmes de fertilité et a déclaré que la foi l’avait beaucoup aidé à traverser cette période. « Nous avons eu une longue période où nous avons été mis au défi par la fertilité. Ici aussi, la foi m’a beaucoup aidé et cela m’a donné beaucoup de force pour traverser cette période difficile », a-t-il déclaré.

Dans le passé, Atias a déclaré qu’il avait été grandement renforcé par le rav Kanievsky zatsal. « Je suis venu le voir parce que nous ne pouvions pas attendre d’enfants. Au bout d’un an, nous avons été testés et tout allait bien. Puis on nous a dit, laissez tomber ! C’est psychologique ! Alors je suis venu chez le rav. Je voulais une bénédiction, une certaine prière. Quelque chose de spirituel. Je voulais un miracle. Parce que la grossesse est un miracle. Il a regardé. Autour de moi, sourire. Il m’a écouté et m’a dit : « Sois calme, tout ira bien. Il m’a dit que tu apprendras tel ou tel traité.  » C’est un homme incroyable. Et je me dis, ça ne s’attrape pas. Et soudain un test de grossesse positif. Et tu dis oui. Tu pries. Puis vient le coup de téléphone : une fausse-couche. Et la chute arrive. Et un mois plus tard, tout recommence. »

Le fils d’Atias a un an et s’appelle ‘Haïm en l’honneur de rabbi ‘haim Kanievsky. Atias fait également partie de la société qui s’est réunie autour de l’acteur Danny Stegg, et comprend Aviv Alush, Itai Turgeman et Maurice Cohen pour étudier la Guemara une fois par semaine.

LIRE  Traquer l’évasion fiscale en Israël des juifs français ?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire