Israël est en forte croissance et le déficit diminue, mais les citoyens ne bénéficient pas de cette situation

0
189

Israël est en forte croissance et le déficit est faible, mais les citoyens israéliens n’en profitent pas. Selon les données, le déficit continue de se réduire après s’être établi à 1,4 % en mars dernier | Avril s’est terminé avec un excédent budgétaire de 8 milliards de shekels.

Be’hadré ‘Harédim – Kobi Barkat

Les caisses publiques sont en excellent état. Il y a une forte croissance économique en Israël – et le pays a tout simplement beaucoup de recettes fiscales, encore plus que les prévisions les plus optimistes du ministère des Finances et de la Banque d’Israël.

Le déficit en avril s’est réduit à seulement 0,6 %, contre 1,4 % en mars (le déficit le plus bas depuis 2008). Pour illustrer, au moment de formuler le budget de l’État pour 2022, la prévision du Trésor était d’un déficit de 3,8 %.

Le mois d’avril s’est terminé avec un excédent budgétaire de 8 milliards de shekels, dû à la fois à une diminution du côté des dépenses (principalement due à la baisse du corona) et à une augmentation significative des recettes fiscales. Depuis le début de l’année, il y a eu un excédent budgétaire de 32 milliards de shekels.

Détails des recettes fiscales de l’État :

La collecte des impôts directs a augmenté de 20% par rapport à l’année dernière et a rapporté environ 21,7 milliards de NIS dans le pays, contre 17,3 milliards de NIS en avril de l’année dernière.

Et combien d’argent l’État a-t-il collecté sur nos impôts ? Impôt sur le revenu des indépendants et des sociétés (brut) – En avril 2022, la collecte dans cette section s’élevait à 8,2 milliards de NIS, contre 6,2 milliards de NIS en avril de l’année dernière. À des taux d’imposition uniformes, il s’agit d’une augmentation de 28 %.

LIRE  Le Dalaï Lama redoute que l’Europe devienne “musulmane ou africaine”

La collecte auprès des indépendants (y compris les actionnaires de sociétés) a augmenté de 12 % tandis que la collecte auprès des entreprises a augmenté de 34 %.

Les recettes des impôts indirects en avril dernier se sont élevées à 14,2 milliards de shekels, contre 13,5 milliards de shekels pour la période correspondante de l’année dernière. À des taux d’imposition uniformes, les recettes fiscales indirectes sont restées inchangées en termes réels en raison de remboursements de TVA élevés par rapport à avril 2021.

Le total des recettes nettes de TVA en avril 2022 a atteint 10,3 milliards de NIS, contre 9,9 milliards de NIS en avril 2021. Les recettes fiscales sur les achats et les importations en avril se sont élevées à 1,8 milliard de NIS, soit une augmentation de 8 % par rapport à avril 2021. Cette augmentation s’explique en partie par Importations relativement élevées de véhicules en avril dernier.

Cela s’explique par le fait que bien qu’il y ait toujours une crise de fabrication dans l’industrie automobile, la guerre en Ukraine et l’embargo sur la Russie ont provoqué le déplacement de véhicules de ces pays vers d’autres pays, dont Israël.

Et combien le pays a-t-il gagné grâce au carburant, dont le prix a continué d’augmenter en avril ? Les recettes provenant des droits d’accise sur le carburant, qui ont été réduits d’un demi-shekel par litre pendant trois mois, se sont élevées à 1,8 milliard de shekels en avril (avant déduction des remboursements sur le diesel), soit une augmentation de 1 % par rapport à avril de l’année dernière. La modération de l’immigration s’explique en partie par le manque de jours de travail dû à la Pâque.

LIRE  Emmanuel Macron se rendra en Israël le 23 janvier dans le cadre du 5e Forum sur la Shoah

24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les flux d’actualités dans WhatsApp « dans ma chambre »
Rejoignez maintenant la chaîne de télégrammes de Haredim Rooms et restez à jour tout le temps >>
Pour rejoindre et suivre l’état des salles ultra-orthodoxes sur WhatsApp, cliquez ici

Aucun commentaires

Laisser un commentaire