Israël ne doit plus s’excuser, mais demander des excuses

Israël ne doit plus s’excuser, mais demander des excuses

0
48

Israël doit cesser de s’excuser pour un meurtre qu’il n’a pas commis par Judy Shalom Nir-Mozes

Les journalistes qui couvrent les zones de guerre savent qu’ils se mettent en danger, tout comme Shireen Abu Aqleh d’Al Jazeera l’a fait ; qui que ce soit qui a tiré le coup mortel, l’ONU, le Département d’État et le Washington Post nous doivent des excuses pour des accusations non fondées. La journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Aqleh, qui a été tuée à Jénine samedi, est décédée alors qu’elle faisait son travail de journaliste et qu’elle couvrait des événements à proximité d’une fusillade entre les forces de Tsahal et des militants palestiniens armés dans le camp de réfugiés de Jénine. Sa mort est un drame, mais aussi un risque des reportages des zones de guerre. Ainsi, j’appelle les ministres, les responsables de la police et les commandants militaires à cesser de se frapper la poitrine, à garder la tête haute et à ignorer toutes les accusations non fondées.

 

Un risque professionnel connu

Nous ne savons pas quelle balle a tué Abu Aqleh, et nous ne le saurons probablement pas dans un proche avenir. Mais cela n’est pas l’important. Contrairement à l’incitation qui se produit du côté palestinien, Abu Aqleh n’a pas été assassinée par Israël et n’a pas été prise pour cible par Tsahal. Je suppose qu’il en va de même pour les hommes armés palestiniens, leur feu n’était pas dirigé contre elle. Tout journaliste, qui couvre les guerres, et beaucoup d’entre nous l’ont fait – moi y compris, sait qu’il se met en danger. Abu Aqleh était bien consciente de ce fait et en parlait souvent. C’est un risque professionnel. Malheureusement, des reporters sont tués partout dans le monde dans des zones de guerre. Une vingtaine de journalistes ont été tués en couvrant le conflit israélo-palestinien au cours des 30 dernières années. Rien qu’en 2021, un total de 45 reporters ont été tués dans des conflits partout dans le monde, et en 2020, quelque 65 journalistes sont morts. Au cours des 30 dernières années, 1 523 membres de la presse ont été tués en couvrant les conflits armés en Irak, au Mexique, en Syrie, au Pakistan et en Afghanistan. Certains sont même morts en Europe et aux États-Unis. Pourtant, ils sortent courageusement pour rendre compte des zones de guerre, tout comme Shireen Abu Aqleh l’avait fait.

Israël devrait passer d’un ton défensif à un ton offensif

LIRE  Il y a 72 ans s’ouvrait le procès de Nuremberg

Le chef d’état-major de Tsahal devrait donc cesser de rechercher ceux qui ont tiré le coup fatal et dire publiquement que l’armée regrette sa mort, mais qu’au combat, de tels incidents peuvent se produire. L’armée devrait également dire que bien que l’identité du tireur reste floue, Tsahal n’a certainement pas « assassiné » le journaliste comme l’ont prétendu les Palestiniens, ce qui n’est que de la propagande vicieuse. Il n’y a pas de place pour un ton d’excuse. En fait, Israël devrait changer son ton défensif par un ton offensif. Les Israéliens devraient attaquer l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), qui s’est empressée de condamner Jérusalem pour la mort d’Abu Aqleh, mais a oublié de condamner le meurtre de deux femmes journalistes au Mexique, survenu deux jours plus tôt. Et avec tout le respect que je dois à nos amis américains, lorsque le porte-parole du département d’État, Ned Price, a exigé une enquête sur les événements et appelé à rendre des comptes, Israël aurait dû demander s’il avait exigé la même détermination pour la soi-disant justice lorsque des journalistes ont été tués couvrant les événements américains. guerres au Koweït, en Irak et en Afghanistan ?

Exiger des excuses à ceux qui parlent « d’assassinat »

Israël devrait également exiger du Washington Post, qui a publié des articles affirmant que Tsahal était responsable du meurtre de Jénine, de produire des preuves à l’appui de leurs accusations – au-delà des affirmations sans fondement des Palestiniens. Nous devrions également exiger des excuses. Quant à la conduite de la police israélienne lors des funérailles d’Abou Aqleh, ils essayaient simplement d’éviter que les émeutes ne deviennent incontrôlables. Ils ont demandé au frère du journaliste de s’abstenir de chanter des slogans nationalistes pendant le cortège, car ils craignaient qu’ils ne provoquent des explosions violentes, mais la famille a ignoré la requête. Lorsque la foule du cortège a commencé à lancer des pierres et à agiter des drapeaux palestiniens, les officiers ont été forcés d’agir pour empêcher des émeutes de masse. Ce que le monde a vu, cependant, ce sont des images de Palestiniens portant le cercueil d’un héros local, recouvert du drapeau palestinien, tout en combattant des forces de police vêtues de noir et brandissant des matraques. De telles images n’ont servi qu’à augmenter les messages de colère sur les réseaux sociaux autour d’un événement déjà volatil. Cela était avantageux pour le récit palestinien et, rétrospectivement, cela aurait peut-être dû être évité. Mais les agents sur le terrain étaient préoccupés par la protection de l’ordre public et la prévention d’un effet boule de neige de la violence. Il est donc temps de mettre fin aux auto-récriminations et aux justifications apologétiques ainsi qu’aux tentatives de clarification et aux promesses d’enquête. La mort d’Abou Aqleh n’est la faute de personne, et si le blâme doit être dirigé quelque part, il devrait être mis sur ceux qui utilisent cette tragédie pour promouvoir leur propagande.

LIRE  Un attentat à Jérusalem à la station centrale des bus : deux ba'houré Yechiva attaqués ont contré le terroriste

Jforum – Ynet

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop