Israël pris dans un scandale mondial dans le domaine de l’espionnage

0
36

Espionnage mondial ? Le PDG israélien de Pegasus : « Les téléphones dont on parle ne nous concernent pas »

JDN

Shalio Julio, fondateur et directeur de la société israélienne qui exploite le logiciel Pegasus qui sert d’outil de surveillance gouvernementale, répond aux enquêtes : « Notre plate-forme technologique empêche les attaques terroristes et sauve des vies ; nous avons refusé de travailler avec près de quatre-vingt-dix pays. »

Shalio Julio, fondateur et directeur de la société israélienne qui exploite le logiciel Pegasus qui sert d’outil de surveillance gouvernementale, a rejeté dans une interview sur 103FM les allégations publiées contre la société. La fuite, qui a été publiée dans les médias mondiaux, a révélé les dimensions de l’utilisation par plusieurs gouvernements de logiciels espions israéliens, qui permettent de pirater les téléphones portables et même de les prendre en charge à distance.

« La plate-forme que nous produisons est une plate-forme de sauvetage qui empêche les attaques et qui doit être comprise », a déclaré Julio. « Une enquête a été publiée qui a commencé par une annonce importante d’une énorme fuite de 50 000 documents que même le Washington Post qui a publié l’enquête ne sait pas où se trouve vraiment la liste en question, quels sont les chiffres et qui a mis les chiffres sur la liste . » Il a souligné que « la liste n’a aucun rapport avec le NSO. Le NSO n’a pas de liste de cibles ».

Il a expliqué : « Nous ne vendons qu’aux gouvernements, pas à des entités privées. La deuxième décision était de ne pas vendre à tous les gouvernements, car il y a des gouvernements qui ne méritent pas d’avoir de tels outils. En 11 ans, nous travaillons avec 45 pays et avons refusé de travailler avec près de 90 pays », a-t-il déclaré.

LIRE  Steve Bannon: le vrai président?

Il a ajouté : « Il y avait des gouvernements auxquels nous avons vendu dans le passé et découvert qu’ils avaient abusé du système, et nous leur avons fermé le système. Nous l’avons publié dans le rapport sur la transparence. Cela n’a rien à voir avec l’utilisation du système que nous avons fermé. S’il y a un pays que vous comprenez est un pays qui viole les droits de l’homme, n’a aucune valeur pour la vie humaine, surveille les journalistes même si ce n’est pas par le biais de nos outils, ce sont des pays avec lesquels nous ne travaillons pas. »

Julio a admis plus tard : « C’est difficile de lutter contre l’énorme vague médiatique actuelle, c’est comme éteindre un incendie avec un seau d’eau. Nous prenons ces allégations au sérieux, et nous avons été en contact avec tous les médias. Cela atteindra les tribunaux, pour une décision judiciaire, après que nous ayons déposé des poursuites en diffamation. Nos outils ont sauvé des dizaines de milliers de personnes, d’un attentat dans le métro découvert quelques minutes avant sa réalisation et jusqu’à un camion infernal en route vers un immense spectacle. »

Il a également affirmé qu’il y avait des éléments qui étaient délibérément derrière les publications : « Il y a une semaine, des dizaines d’organisations de défense des droits humains ont envoyé une lettre au Nasdaq leur demandant d’annuler l’introduction en bourse d’une entreprise israélienne ; puis une énorme enquête a été lancée sur une autre société, une société de cyber-renseignement qui aurait écouté des militants des droits de l’homme ; puis une enquête sur NSO. Il y a une main qui guide cela, c’est clair pour nous. L’entreprise compte 850 employés, les personnes les plus talentueuses et les plus précieuses qui soient. Je suis fier de ce que nous faisons. »

LIRE  Bennet répond à Netaniahou à la Knesset

Au cours de l’entretien, il s’est vanté : « Nos outils ont empêché des attentats terroristes en Europe ces dernières années et sauvé des dizaines de milliers de personnes d’attentat terroriste contre un métro de l’une des capitales européennes, évité quelques minutes avant l’attentat. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire