La jeune femme sauvée de son mari arabe : la souffrance était indescriptible

La jeune femme israélienne de 29 ans s’était convertie à l’islam après avoir rencontré son mari. Mais la vie dans son village est rapidement devenue un cauchemar.

0
1651

L’association Yad leA’him a signalé une augmentation significative du nombre de demandes d’assistance dans les semaines précédant Pessa’h.

L’appel à l’aide récent d’une jeune femme à Yad leA’him a mené à son sauvetage et à celui de ses enfants d’un village arabe dimanche dernier.

« Ce dimanche matin, nous avons reçu un appel téléphonique d’une jeune femme qui a dit qu’elle ne pouvait plus vivre comme ça, que le comportement violent de son mari envers elle n’était plus supportable », a déclaré Suri Kostalitz de Yad leA’him.

« Neta », 29, a raconté qu’adolescente, elle a rencontré un jeune homme arabe et s’est convertie à l’islam. Il y a environ 10 ans, Neta et le jeune homme se sont mariés, et elle a depuis vécu avec lui et sa famille dans leur village.

« La vie avec mon mari a toujours été très dure. Bien sûr, avant le mariage, je ne voyais rien. Il m’a toujours gâté et a pris soin de moi, mais immédiatement après la vie de couple est devenue difficile, et les choses n’ont fait qu’empirer au fil du temps. »

Neta a eu trois enfants avec son mari, qui lui a imposé des restrictions arbitraires sur ce qu’elle pouvait et ne pouvait pas faire pour eux.

« À un certain point, mon mari ne me laissait pas acheter de la nourriture pour enfants, alors j’ai retiré un peu d’argent de la banque sans sa permission pour acheter leur en acheter. Depuis lors, tout le monde dans le village a décidé de simplement m’ignorer. Même vivre avec mes beaux-parents est devenu une sorte de souffrance indescriptible.  »

Les abus que Neta a subis ont considérablement augmenté dans les jours précédant son sauvetage par Yad leA’him, et son mari a même essayé de la jeter hors de la maison sans ses enfants.

LIRE  Israël va installer son premier feu de signalisation piloté par Intelligence Artificielle

« J’ai senti que je devais partir, alors j’ai appelé Yad leA’him ».

Le jour de sa fuite, une équipe de sécurité de Yad leA’him a récupéré Neta et ses enfants à l’entrée du village et les a conduits à un poste de police, où Neta a déposé une plainte pour violences conjugales.

Neta et ses enfants se sont ensuite vus attribués un appartement et un travailleur social pour les assister dans leur transition.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire