La coalition fait des remises – l’opposition s’élève contre…

2
171

Smotrich, aux côtés de Simcha Rothman, déclare : « En raison de notre responsabilité pour l’unité du peuple et afin de mener ce processus sur la base d’un large consensus, nous avons décidé de ralentir le mouvement et de tendre vers le dialogue et la négociation. Nous avons fait preuve de responsabilité et rendu pris des décisions difficiles – maintenant c’est à vous de jouer ! » Eh bien, c’est tout vu…

JDN – Illustration : shutterstock

Assouplissement de la réforme judiciaire : le ministre Bezalel Smotrich a tenu ce soir (mardi) une conférence de presse au cours de laquelle il a évoqué pour la première fois l’assouplissement du changement dans la composition de la commission de sélection des juges, en compagnie du président de la comité constitutionnel, le député Simcha Rothman. Selon lui, la décision a été prise dans le but de tenir des pourparlers, le Premier ministre Benjamin Netanyahou et Yariv Levin étaient censés faire une déclaration similaire aux médias – mais à la fin, ils ont laissé le soin à Rothman et Smotrich de le faire.

« Aujourd’hui, tout le monde convient déjà que le système judiciaire de l’État d’Israël a besoin d’une véritable correction et d’une réforme. Mais cela n’a jamais été fait. J’ai été impliqué dans la réforme du système judiciaire pendant de très nombreuses années. Il n’y a personne qui soit plus engagé dans cette réforme que le député assis ici à côté de moi, le président du Comité constitutionnel, le député Simcha Rothman, et moi-même. Des années d’engagement dans l’apprentissage et l’activité pratique pour formuler un concept conceptuel démocratique ordonné et la demande de cet amendement nécessaire pour renforcer l’État juif et démocratique d’Israël. Lors de la dernière campagne électorale, nous n’avons lancé qu’un seul plan – un plan de droit et de justice pour amender le système judiciaire. Nous avons reçu un mandat démocratique clair du public pour diriger l’amendement. Celui-ci et nous nous y sommes engagés », a commencé Smotrich.

Selon lui : « Le camp national est allé aux urnes à maintes reprises, a donné un mandat à ses élus, mais a estimé que sa voix était réduite au silence. Que la politique en laquelle il croyait lui était refusée. Ainsi, la confiance du public à la Cour suprême n’a eu cesse de diminuer. Un pays démocratique doit avoir un système judiciaire fort qui fait son travail et gagne la confiance d’un large public. La crise de confiance dans la Cour est dangereuse pour la démocratie israélienne. De plus en plus d’audiences sentent qu’elles n’ont pas le droit de choisir. Il y a ceux qui font fi de leur volonté, et stérilisent leur choix démocratique et leur liberté. Aujourd’hui, nous, les élus du camp national, sommes unis pour corriger. Tout comme nous avons promis aux citoyens d’Israël. »

« Mais il est important pour nous de veiller à le faire de manière responsable, dans un format équilibré qui tienne compte des positions de nos frères qui ne sont pas d’accord avec les nôtres. Nous ne sous-estimons pas leurs positions et leurs préoccupations. Nous les écoutons et devons leur donner une réponse. Tout au long des derniers mois, nous avons demandé à prendre la parole et atteint tous les forums possibles. Malheureusement, jusqu’à présent, notre main tendue n’a pas rencontré de réponse. Mais à titre de ceux qui ont pris la direction du pays entre leurs mains, la responsabilité est sur nos épaules d’agir dans toutes les circonstances. Nous aimons notre pays, notre peuple, notre armée et notre économie inconditionnellement, et nous avons la responsabilité de maintenir cette unité, malgré les différences. Alors nous corrigeons de manière responsable ! », a-t-il ajouté.

« Au cours des dernières semaines, et parallèlement à la lourde tâche de préparer le budget et la loi sur les règlements, j’ai rencontré des centaines de personnes bonnes et dévouées au cours de plusieurs dizaines d’heures et de discussions. J’ai écouté, entendu et exprimé, et pris à cœur beaucoup de commentaires. Mes amis de la direction de la réforme aussi. Le schéma du comité de sélection des juges que nous avons formé constitue un amendement important qui, comme mentionné, va diversifier la composition de la Cour, et d’autre part, prévoit une réponse et apaise de nombreuses inquiétudes que nous avons entendues. Il n’est pas nécessaire d’être d’accord avec cela pour admettre honnêtement que ce n’est pas la « fin de la démocratie ». C’est très loin de là. Ceux qui prétendent le contraire sont déterminés à ne pas le faire pour des raisons pratiques », a-t-il noté.

Il a également déclaré : « Ce n’est un secret pour personne qu’il y a des voix dans notre camp qui souhaitent voir même à ce stade une réforme plus globale dans tous les domaines qui sont à l’ordre du jour. Réglementer la relation entre les conseillers juridiques et les élus, annuler la raison du caractère raisonnable, fixer le statut des lois fondamentales et réglementer la méthode de révision constitutionnelle des lois. Il y a des voix qui exigent tout de nous ici et maintenant, sans aucun compromis. Mais ce n’est pas un processus correct. En raison de notre responsabilité pour l’unité du peuple et afin de mener ce processus dans un large consensus, nous avons décidé de ralentir et de tendre vers le dialogue. Nous avons fait preuve de responsabilité et pris des décisions difficiles – maintenant c’est à vous d’agir afin d’empêcher la rupture. Je vous appelle à vous joindre, à appeler à l’apaisement des esprits et à adopter la proposition de dialogue. »

Quelle erreur ! Les leaders de l’opposition rejettent la proposition de pourparlers de Smotrich : « Elle est dangereuse, lâche et anti-démocratique »

Le chef de l’opposition et président de Yesh Atid Yair Lapid, après le discours de Smotrich, a répondu par un refus : « Pour ceux qui n’ont pas compris la vérité entre tous les mensonges de Smotrich et Rothman : ils continuent la législation. Ils continuent de détruire l’économie, ils continuent de démanteler Tsahal, ils continuent de menacer de ne pas obéir aux décisions de justice, ils détruisent la démocratie, ils déchirent le peuple, mais ils refusent d’assumer la responsabilité de leurs actes et ne blâment que les autres. Ils ne sont pas seulement dangereux, ce sont aussi des lâches ».

Le président du camp de l’État, le député Benny Gantz, en réponse à la déclaration de Smotrich, affirme qu’il n’est prêt pour des pourparlers que s’il y a un arrêt complet de la législation de réforme juridique. « La destruction est sur votre tête. La destruction est sur la tête de Netanyahou. Arrêtez tout et nous parlerons plus tard ce soir », a-t-il déclaré.

Le président du Parti travailliste, la député Merav Michaeli, a répondu : « Smotrich pense que le public est stupide. Lui et ses amis prennent le contrôle de la Cour suprême et bafouent la démocratie comme en Hongrie et en Pologne, tout en essayant de blâmer le des centaines de milliers d’esprits et de cerveaux qui manifestent pour les dommages que lui et ses amis causent au pays, dans les lois sur les coups d’État qui sont promues. Cela ne fonctionnera pas pour vous cette fois. La protestation s’intensifiera jusqu’au blitz de la législation. Votre dangereux et anti-démocratique groupe sera jeté à la poubelle. »

Cela promet…

2 Commentaires

  1. Le fait de revenir sur une décision de la cour suprême et de l’annuler par un simple vote à la Knesset, c’est tout simplement la suppression de la cour suprême et de son indépendance.
    Bref, une grave dérive anti-démocratique.

    • Faut juste que vous expliquiez pourquoi la Cour suprême, quand elle annule purement et simplement une loi de la Knesset, ne commet pas la même chose, et qu’avec cela, la démocratie tire à sa fin ! Et c’est le cas depuis 30 ans…

Laisser un commentaire