La Croix-Rouge laisse encore tomber les Juifs

0
58

Les défaillances morales de la CICR face à la crise actuelle

Dans un contexte où l’Holocauste a laissé une cicatrice profonde dans la mémoire collective, les attentes envers le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) sont élevées. Cependant, les récentes actions de la CICR soulèvent des questions sur sa capacité à maintenir un cap moral dans des situations critiques, en particulier lors du récent conflit entre Israël et le Hamas.

En 2015, le Congrès juif mondial a organisé un événement marquant le 70e anniversaire de la libération des camps d’extermination nazis, au cours duquel le président du CICR, Peter Maurer, a admis les échecs de l’organisation pendant l’Holocauste. Cependant, les événements récents démontrent que le CICR n’a pas tiré toutes les leçons du passé.

Dans son discours d’ouverture en 2015, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a déclaré : « Le CICR n’a pas réussi à protéger les civils et, plus particulièrement, les Juifs persécutés et assassinés par le régime nazi. Elle a échoué en tant qu’organisation humanitaire parce qu’elle a perdu son sens moral.

Le 7 octobre, lors du pogrom orchestré par les escadrons de la mort du Hamas à la frontière israélienne, le CICR a émis un communiqué de presse appelant « toutes les parties à respecter leurs obligations juridiques en vertu du droit international humanitaire ». Une réaction qui semble étonnamment déconnectée du contexte, étant donné qu’il s’agissait du plus grand massacre de Juifs depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le communiqué du CICR a omis de mentionner explicitement Israël ou les Israéliens, suscitant des critiques quant à sa neutralité et à sa réticence à reconnaître les victimes juives. Cette attitude a été perçue comme une défaillance morale majeure, remettant en question l’engagement du CICR envers la protection des droits humains, indépendamment de l’identité ethnique ou religieuse.

Une remarque particulièrement frappante dans le communiqué de presse du CICR est l’absence de condamnation du Hamas, groupe responsable du pogrom. Alors que le CICR s’engage normalement à garantir la sécurité des civils dans les zones de conflit, il a étonnamment critiqué Israël pour avoir averti les civils de quitter la zone de danger, un acte visant à minimiser les pertes civiles.

De plus, le CICR a échoué dans sa mission centrale de sécuriser la libération des otages israéliens détenus par le Hamas. Des allégations selon lesquelles la Croix-Rouge aurait refusé les médicaments destinés à une victime, enlevée puis libérée après deux mois de captivité, soulignent une lacune majeure dans l’action de l’organisation.

Les défauts flagrants du CICR dans cette crise récente remettent en question sa capacité à maintenir une boussole morale et à agir de manière éthique, en particulier envers la communauté juive. Alors que les attentes étaient élevées, le CICR semble avoir adopté une approche à géométrie variable, traitant différemment les situations impliquant les Juifs et celles impliquant d’autres groupes.

Ces défaillances morales ne passent pas inaperçues, surtout dans le contexte de la commémoration de l’Holocauste, et soulèvent des préoccupations quant à la capacité du CICR à évoluer au fil du temps. Les Juifs, dont l’histoire a été marquée par la tragédie de l’Holocauste, espèrent que le CICR rectifiera ses erreurs et agira conformément à ses principes fondamentaux. Cette période critique pourrait bien être la dernière chance pour le CICR de restaurer la confiance et de prouver son engagement envers la justice et la dignité humaine.

Jforum.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire