La décision est tombée : les élections auront lieu le 9 avril en Israël !

0
401

Après quelques semaines d’hésitation, les principaux groupes formant l’actuel gouvernement ont pris la décision d’avancer les prochaines élections le 9 avril 2019, au lieu de novembre comme cela aurait du être le cas.

Il faut dire que faire tenir un gouvernement de manière artificielle, avec un membre de plus que l’opposition (61 députés formant la majorité), n’est pas viable à long terme. Déjà quelques projets de lois ont été rejetés par l’opposition.

De toutes manières, le présent gouvernement a déjà tenu 4 ans, ce qui n’est pas mal.

Entre temps, la Knesset passe en vacances, ce qui simplifiera aussi la vie politique du pays, restant entre les mains de l’actuelle équipe, qui, en quelque sorte, peut agir à sa guise, sans risque d’opposition réelle de la part de ses opposants.

Mais nul doute que le ton va monter, comme c’est toujours le cas en période électorale, et il faut s’attendre à de hauts cris dans de nombreux cas.

L’intéressant, pour l’avenir, est de savoir ce qui va se passer avec plusieurs partis politiques, ou, à dire vrai, avec la plupart d’entre eux :

  • Kakhalon, avec son parti Koulanou, va-t-il se renforcer ? Les résultats de son sacerdoce ne sont pas réellement encourageants…
  • Libermann, qui a joué la démission, va-t-il gagner au jeu ? C’est peu probable, car il y a de moins en moins de russes qui ont besoin d’un parti répondant à leur nationalité.
  • Bennet, qui tente d’occuper la place d’une Droite pure et dure, va-t-il gagner du terrain contre Netaniyahou, qui, l’autre fois, lui a piqué un nombre important de voix ?
  • Abouksis-Lévy, l’une des nouvelles forces qui va rentrer dans la lice, va-t-elle effectivement gagner son pari ?
  • Gabaï, qui semble être un cheval perdant, va-t-il parvenir à maintenir au moins son parti à la place où il est actuellement ?
  • Lapid, notre grand opposant, va-t-il effectivement arriver à près de 20 députés ? Cela serait fort décevant.
  • Il est question que le parti des retraités reprenne vie, sur leurs vieux jours.
  • Et enfin, du côté orthodoxe, la grande question est de savoir si les deux partis achkenazes en présence vont s’allier, ou est-ce que Déguel, encouragé par son succès aux élections municipales récentes (prouvant que ce groupe ne représente pas 40% du public orthodoxe comme l’Agoudath Israël le prétendait, mais 60%), va-t-il courir tout seul – et risquer que l’Agoudath Israël ne parvienne pas à conserver sa place à la Knesset ?
  • Et les partis sefarades ? Shass va-t-elle maintenir son score actuel ? Est-ce qu’Elie Yichaï va-t-il tenter de reprendre du service ?
LIRE  La circoncision, bientôt interdite en Belgique ?

Tout cela est à présent à suivre, et cela promet une vie politique plus que perturbée.

Ce qui n’est pas forcément de bonne augure, à un moment où la Russie semble tourner le dos à Israël (à la suite du krach de leur avion) et où les Etats Unis ont pris la décision gênante de rapatrier leurs soldats présents en Syrie, ce qui permet à la Turquie de penser qu’elle a les mains libres, ainsi qu’à l’Iran.

Que l’Eternel ait pitié de Son peuple !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire