La Haute Cour a rejeté la demande de l’Etat: le projet de loi sur l’enrôlement sera abrogé dans trois mois

0
54

Illustration : l’entrée de la « lichkath haguiouss » (le bureau d’enrôlement de l’armée) à Jérusalem

Neuf juges de la Haute Cour ont rejeté la demande de l’État de rejeter l’ordonnance finale abrogeant le projet de loi concernant l’enrôlement des jeunes des Yechivoth, annonçant qu’elle entrera en vigueur le 1er février – dans environ trois mois. Cette décision signifie qu’aucune autre demande de report de la part de l’État ne sera autorisé et le projet de loi sera abrogé. Ceci signifie pour le monde orthodoxe un très gros problème, mais, d’un autre côté, une fois de plus, la Haute Cour s’immiscie dans des domaines ne la concernant pas et sème la zizanie dans le monde politique.

Ainsi donc la Haute Cour a annoncé aujourd’hui (mardi) que la décision d’abroger le projet de loi en question prendrait effet le 1er février. Elle a rejeté la demande de l’État et a décidé qu’aucune prolongation ne serait accordée à la loi. Cela signifie que si aucune nouvelle loi n’est promulguée, les étudiants de la yechiva seront enrôlables automatiquement. L’Etat voulait dans sa demande il y a quelques jours voulait six mois de répis.

Selon la décision, tant que la Knesset ne promulguera pas de nouvelle loi sur le recrutement, à partir de février, tous les étudiants orthodoxes de Yechiva seront recrutés de manière automatique.

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a déclaré à propos de la décision de la Haute Cour sur le projet de loi : « Je salue la décision de la Haute Cour. Le gouvernement Netanyahou éludait le projet de loi depuis cinq ans. Il n’y a pas de concessions. La Haute Cour déclare aujourd’hui la fin des concessions des hommes politiques face aux pressions qui leur sont appliquées ! » Curieux, c’est quoi, la vie politique, selon ce petit personnage, si ce n’est des jeux de pression et d’intérêt…

LIRE  Les critiques contre Ganz ne cessent de fuser : "Il s'est rendu auprès de celui qui veut le voir derrière les barreaux"

Aucun commentaires

Laisser un commentaire