La nomination de Méni Mazouz annulée à l’unanimité au tribunal de grande instance

0
60

Un coup dur pour le médiateur et le gouvernement : la nomination de Méni Mazouz annulée à l’unanimité au tribunal de grande instance.

La Haute Cour a décidé à l’unanimité d’annuler la nomination de Méni Mazouz au poste de président du Comité consultatif pour les nominations aux postes supérieurs, qui était fixée pour un mandat complet de huit ans | C’est un coup dur pour Beharev Miara et les membres du gouvernement dirigé par Benny Gantz.

Be’hadré ‘Harédim – Hizky Neuman

Les juges de la Haute Cour de justice ont annoncé il y a peu de temps ce soir (jeudi) dans une décision dramatique qu’ils acceptaient la requête et annulaient la nomination de Mazouz au poste de président du comité des nominations supérieures. C’est un coup dur pour le gouvernement et le conseiller juridique qui a inventé le terme « gouvernance substantielle ». La décision remet en question la nomination du chef  Herzi Halevi.

Il s’agit d’une pétition déposée par l’organisation « Lavi » contre la nomination du juge à la retraite Meni Mazouz en tant que président du Comité consultatif pour les nominations des hauts fonctionnaires, une nomination valable pour 8 ans. Lors de la précédente audience sur la pétition, une ordonnance conditionnelle a été rendue, après que les juges ont critiqué la nomination permanente de Mazouz en période électorale. Gali Maharav-Miara, la conseillère juridique du gouvernement, a rejeté la proposition des juges d’une nomination temporaire uniquement dans le but d’approuver la nomination du chef d’Etat-Major.

Hier (mercredi) après-midi, les juges de la Haute Cour ont tenu une audience décisive sur la requête de l’association Lavi contre la nomination du juge à la retraite de la Cour suprême Meni Mazouz, en période électorale, au poste de président de la commission des nominations supérieures. Le comité est chargé de s’assurer qu’il n’y a pas de défaut dans la pureté morale des candidats aux postes supérieurs. Lors de l’audience, les juges ont rendu la tâche difficile au représentant de l’État qui a présenté la position du conseiller juridique du gouvernement Gali Beharav-Miara, selon laquelle la proposition des juges de nommer Mazouz comme président de la commission n’était que temporaire, pour la le but de nommer le chef d’état-major désigné Herzi Halevi, ne devrait pas être acceptée.

LIRE  La Chine veut-elle que l’Iran développe des armes nucléaires?

Le représentant de l’État, chef du département des Hautes Cours au ministère de la Justice, Aner Hellman, a affirmé qu’il est d’une grande importance de garder la commission indépendante, et donc, selon lui, il n’y a pas lieu de nommer le chef de la commission que temporairement, au lieu de pour la période acceptée de huit ans. Selon lui, parce qu’il n’y a pas de place pour une nomination temporaire pour le poste, et il est nécessaire de le doter maintenant pour permettre la nomination du chef d’Etat-Major – il n’y a pas d’autre « solution raisonnable et adéquate » autre qu’une nomination permanente. Ceci malgré l’exception à la règle qui empêche les nominations permanentes par un gouvernement de transition, qui s’est engagé à faire preuve de retenue en période électorale. « La contention n’est pas la paralysie », a déclaré Hellman.

Mais les juges n’ont pas retenu ses explications, et se sont disputés avec lui tout au long de l’audience. La juge Yael Wilner s’est demandée ce qu’il y a de si inhabituel dans la situation actuelle qui permet d’effectuer une nomination permanente pendant huit ans en période électorale. Selon elle, le raisonnement selon lequel le comité des nominations aux cadres supérieurs devrait être indépendant vaut dans le cas de tout autre comité.

« Qu’y a-t-il de si spécial dans cette affaire pour qu’ils s’écartent de la règle ici? », s’est demandé Wilner. Selon elle, « l’apparence des choses oblige à éviter une nomination permanente ». Le juge Noam Solberg s’est également dit perplexe face au rejet de la proposition d’intérim : « Il vaut mieux qu’un gouvernement intérimaire lie les mains de deux autres gouvernements et ne résolve pas un problème précis ici ? »

LIRE  L’assaillant de la maison d’un rabbin aux Etats-Unis s’est aussi attaqué à une synagogue

Les juges se sont également demandé si leur proposition de nomination provisoire de Mazouz avait même été portée à la porte du gouvernement, et Solberg a demandé dans ce contexte : « L’affaire est passée entre les lobes gauche et droit du conseil juridique du gouvernement, ou est-elle parvenue l’approbation du gouvernement? » Hellman a répondu que l’affaire était parvenue à la porte du Premier ministre Yair Lapid : « Nous ne pouvons pas tout transférer au gouvernement lui-même, car alors tout prendrait un mois. Mais comme nous l’avons mentionné dans la discussion précédente, la proposition est parvenue à la porte du Premier ministre. »

L’avocat Yitzhak Bem, un représentant de l’association Lavi qui a déposé une pétition contre la nomination de Mazouz, a également pris la parole lors de l’audience, et il a déclaré que l’État n’avait pas expliqué en quoi une nomination permanente de Mazouz est conforme à la demande de réduction des nominations lors d’une période électorale, en raison « du manque de confiance de la Knesset dans le gouvernement. » Il a ajouté : Ce qui est en jeu ici, c’est la confiance du public dans l’institution de conseil juridique. La conseillère s’écarte ici de la ligne de l’arrêt et des décisions d’elle et de ses prédécesseurs. Je demande à votre honneur de ramener l’ombudsman aux principes de l’arrêt, car dans toute la position longue présentée ici, aucune réponse n’est donnée à la question principale de pourquoi nommer pour huit ans alors que cela n’a aucune validité publique. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire