Lahcen, ou la promesse d’un marocain

0
1379

Cela a commencé il y a plus de 60 ans à Arazan, un village marocain aux alentours de Taroudant. Ce jour-là, le cœur serré, Moché est venu annoncer à ami de toujours, Lahcen, qu’il quitte le pays pour émigrer en Israël.

Forcé de quitter, avec sa famille, sa belle terre du sud qui veille sur ses aïeux, Moché, demande alors à Lahcen s’il veut bien prendre soin des tombes de ses ancêtres.

Promesse est faite et pendant plus d’un demi-siècle, Lahcen a honoré sa parole. Il s’en souvient comme si c’était hier. Les deux hommes se sont dit « Inch Allah » un jour d’hiver, et Moché s’en est allé l’âme un peu moins lourde, mais rasséréné par les paroles de son ami qui s’occupera de ses ancêtres comme il s’occupait des siens.

Le dos aujourd’hui voûté sous le poids du temps, Lahcen est un homme d’une infinie noblesse, un Amazigh musulman du village d’Arazan, dans la région de Taroudant. Chaque début d’année, il se rend immanquablement sur les tombes de la famille de son ami Moché. Il les nettoie et, malgré ses modestes moyens, il se pourvoit toujours  de quelques pots de peinture et d’un pinceau pour en rafraîchir les épitaphes.

Des épitaphes en hébreu qu’il prend soin de faire revivre minutieusement, lui qui n’a jamais écrit une lettre de sa vie pour simple et bonne raison qu’il n’a jamais mis un pied dans une école.

Et ne vous avisez surtout pas de lui dire, rapporte Omar Louzi, le président du Rabat Business Club,  qu’il est vieux, à présent, et qu’il en a bien assez fait. Car Lahcen vous répondra sur le ton de l’impératif qu’ « une promesse c’est une promesse ». « Je continuerai à faire ce que j’ai à faire jusqu’au retour de mon ami Moshé ou jusqu’à ma mort. »

LIRE  5 signes qui montrent qu'un conflit généralisé entre Iran et Israël pourrait bien voir le jour en 2018

Un extraordinaire exemple de fraternité humaine qui perpétue la tradition humaniste amazighe propre à cette partie de l’Afrique du nord : le site d’Arazan, à 35 km de Taroudant et au bord de l’Oued Sous a été abandonné par sa population juive il y a très longtemps ; le mellah, en pisé, s’est effondré mais la synagogue est encore maintenue sur pied grâce aux soins que lui prodiguent un autre voisin musulman…

Source : http://rol-benzaken.centerblog.net/m/11725-le-musulman-lahcen-qui-entretient-les-tombes-juives

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire