Ce que les laïcs n’ont pas compris: les orthodoxes font aussi partie de la sphère publique

0
354

L' »affaire Machia’h sur la place publique » avec la réaction du maire de Tel Aviv, puis la critique acerbe lancée par le tribunal dans cette ville, n’a pas fini de faire du bruit. Rapportons ici ce que l’on peut lire sur le site de… Yedi’oth A’haronoth ce matin.


Ce que les éclairés ne peuvent pas comprendre, c’est que les ultra-orthodoxes ont aussi des droits sur l’espace – exactement le même espace – de la laïcité. Alors, quel est leur message ? Simple: nous ne vous voulons pas ici. En fait, nous vous voulons – à condition que vous soyez comme nous. Comme nous sur la place, comme nous dans l’armée…

Ohed Mandelbaum

L’espace public appartient à tout le monde, c’est seulement si vous vous comportez comme nous.

Les chaudes journées d’été viennent avec « Ben Hazmanim » – les vacances d’été dans les Yechivoth. Mais si vous songez à avoir des journées séparées pour les hommes et les femmes dans la piscine municipale ou le patinage, vous vous trompez. À côté des cris de rébellion entourant le sujet de «la rébellion», les illuminés défendent «l’espace public».

Ils sont si zélés dans leur opposition à la séparation des hommes et des femmes dans l’espace public, pour des raisons religieuses, qu’ils ont oublié que parfois ils séparent les hommes des femmes – et sans aucune raison. Ainsi, par exemple, «Israël libre» organise des cours pour les femmes uniquement sur le féminisme (et croyez-moi, les hommes peuvent aussi apprendre cela). Ironiquement, cette organisation s’oppose au même moment à la «séparation» dans les cours organisés par le ministère du Travail pour les hommes ultra-orthodoxes et les femmes ultra-orthodoxes.

LIRE  Analyse: Trump va-t-il changer les relations entre le Royaume-Uni et Israël ?

Ils sont tellement fanatiques dans leur opposition de principe à la séparation des hommes et des femmes dans l’espace public, pour des raisons religieuses, que la municipalité – Tel Aviv, par hasard, a « défendu la non-discrimination et le pluralisme et la tolérance » – tout en oubliant qu’elle a elle-même organisé une course séparée destinée uniquement aux hommes.

Et nous n’avons rien dit du football. Pourquoi ne joue-t-on pas en pleine mixité dans ce genre de jeux ? Si tout le monde est pareil – pourquoi les groupes ne sont-ils pas constitués de la base d’égalité hommes-femmes 50:50 ? La réponse est évidente, mais ne s’impose pas à l’esprit de ces gens.

L’incident dans lequel quatre juifs ultra-orthodoxes ont refusé de s’asseoir à côté des femmes sur le vol El Al, leur faisant changer de place – ne représente pas toute la communauté ‘harédi, mais c’est certainement un symptôme de la perception culturelle de ce secteur de la population.

Ces gens qui viennent défendre la mixité sur la place publique nous disent de la manière la plus simple: l’espace public appartient à tout le monde, si vous vous comportez comme nous. Mais si vous voulez maintenir la pubeur (même si les femmes elles-mêmes acceptent cela), il n’y a pas de place pour cela. L’espace public est seulement si vous agissez comme nous.

Ce qu’ils oublient, ou du moins répriment, c’est que les ultra-orthodoxes font aussi partie de la sphère publique. Ils paient également des impôts et ont une part dans les revenus fixes de la municipalité et de l’État. Les ultra-orthodoxes paient aussi la taxe d’achat, la TVA, la taxe d’achat, la taxe sur les carburants, etc. – comme tout le monde, et ils font aussi partie de l’espace public.

LIRE  Ramadan : la venue de centaines d'imams étrangers préoccupe

Alors, quel est le message de ces personnes ? Simple: nous ne vous voulons pas de vous ici. En fait, nous vous acceptons – pourvu que vous soyez comme nous. C’est exactement ce qui se passe avec l’armée. À maintes reprises, des sources professionnelles nous disent que les ‘harédim n’a pas besoin d’être dans l’armée et que l’armée n’a besoin de personne qui ne veut pas servir (ultra-orthodoxe ou laïc). Mais l’armée était et sera le «creuset» de la société israélienne, un concept qui signifie la fusion des ultra-orthodoxes en quelques «moins ultra-orthodoxes» au mieux.

Le but des illuminés qui crient à «l’égalité du fardeau» n’est pas vraiment l’égalité. Ils veulent – comme dans la sphère publique – que les autres soient comme eux, pas comme différents. La «conversion spirituelle» n’est pas une invention nouvelle, et transformer des soldats ‘harédis dans la Kirya ou ailleurs, en laïcs, n’est pas une tâche difficile. Il suffit de les exposer à un contenu impudique et à une explosion de violence, comme l’a suggéré Bila’am.

C’est exactement de cette manière que les éclairés cherchent à transformer l’espace public de chacun dans leur sens. Et nous ? En ce qui les concerne, nous les avons renfermés dans leur ghetto. Il est plus pratique de ne pas voir le noir.

Ohad Mandelbaum est professeur d’histoire et d’éducation civique à Tel Aviv

Aucun commentaires

Laisser un commentaire