Le lauréat du prix Israël: « Nous sommes sur la voie de la troisième destruction »

0
415

« En tant que personne qui travaille en faveur de la société israélienne depuis plus d’une décennie, par désir d’unité et d’amour pur, je ne me souviens pas d’une époque où notre société était tellement divisée. Maintenant que le vaccin contre le virus est là, je me demande qui trouvera le vaccin pour guérir notre société au lendemain de l’épidémie ? »

Ynet

Le rav Yitzchak David Grossman

Ce sont des jours de guerre d’un genre que nous n’avons jamais connu auparavant. Une guerre contre un ennemi inconnu et invisible, un petit virus qui change toute la réalité que nous connaissions. Le fléau du corona qui a éclaté dans le monde entier et ici, ici en Israël, est une autre campagne contre laquelle nous devons rester fermes et unis, comme nous, les étudiants des guerres, le faisions dans chaque campagne quand nous en avions besoin.

Les citoyens d’Israël, conscients des guerres et des crises, ont toujours su s’unir et se renforcer les uns les autres. Notre pouvoir dans notre unité n’est pas un slogan dénué de sens, mais notre voie. Avec des manières agréables, dans l’amour de l’homme et dans l’amour de la terre, nous savions gagner chaque bataille. Nous avons un pays merveilleux et nous n’avons jamais rien laissé faire de mal et de ravages dans notre pays.

Nous sommes en guerre contre le virus depuis un an maintenant, et le désespoir est évident dans toute la société. Hormis les dommages sanitaires et les milliers de morts qui ont déjà perdu leur vie, nous sommes confrontés à de graves dommages au niveau du tissu social qui nous a toujours distingués et qui a été une source de fierté. On nous a demandé de maintenir une distance sociale qui n’est pas si caractéristique de notre société cohésive (et de la nature humaine en général). Parallèlement à cette distance, de sévères restrictions économiques ont affecté presque toutes les maisons en Israël.

Mon ami bien-aimé, le président Reuven (Ruby) Rivlin, a déclaré: « Alors que nous nous battons sur le front du corona, le fléau du désespoir et de l’aliénation fait rage sur le front intérieur. » En ce moment, en tant que société, nous ne devons pas désespérer car nous n’avons jamais abandonné aucune campagne. Le désespoir est un danger pour notre existence même, non pas en tant qu’État mais en tant que société. Je vois comment la crise sanitaire affecte tous les niveaux de notre vie et nuit à l’humanité dans la santé, dans l’économie, mais surtout dans notre fils en tant que société.

LIRE  L'Allemagne va déposer un dossier en soutien à Israël devant la CPI

Nous nous devons nous tourner vers d’autres destructions.

De nombreux civils sont maintenant à l’avant-garde de la guerre du corona et accomplissent un travail sacré pour sauver beaucoup d’entre nous. Les meilleurs experts, universitaires et médecine, personnel médical, scientifiques et technologie, enseignement et industrie, sont tous unis pour vaincre le virus. Et ces jours-ci, les citoyens israéliens se font vacciner en masse dans le cadre de l’opération complexe et difficile dite «prêter l’épaule». Maintenant que le vaccin contre le virus est déjà là, je me demande, qui va trouver le vaccin social dont nous aurons besoin au lendemain de l’épidémie ?

Le virus corona nous a frappés lorsque la société israélienne a fait face à une deuxième campagne électorale, qui a déclenché un mouvement de division. Aujourd’hui, nous sommes avant la quatrième fois et nous sommes appelés à choisir. La situation politique instable a approfondi la polarisation entre les différents secteurs de la société, et la crise de Corona n’a fait qu’exacerber le discours violent et l’atmosphère de polarisation, et progressivement, de manière alarmante, ceux-ci ont envahi la société israélienne et rendu l’atmosphère publique toxique et partisane.

Nous sommes maintenant engagés dans une bataille pour l’avenir de la jeune génération et nous sommes fermement résolus à en laisser un pays de gloire et une société réformée. Nous sommes allés au combat contre un virus destructeur, mais l’ennemi n’est pas le virus lui-même. Il est en nous. Nous avons tendance à marquer le jour de la destruction de la maison, qui a été détruite en raison de la haine gratuite, afin que nous puissions tous nous souvenir des conséquences dévastatrices de cette haine – et il semble que nous soyons confrontés à une nouvelle destruction du même ordre.

LIRE  Corona en Israël : quelques notes actuelles

Nous ne devons pas rester à l’écart.

Le virus corona ne fait pas la distinction entre laïques et religieux, arabes et juifs, pauvres et riches et jeunes et adultes. Nous sommes tous partenaires du destin et au-dessus de nous tous plane la menace du virus. Nous devons donc voir la crise corona comme une opportunité de créer l’unité et un temps pour découvrir la garantie mutuelle par gratitude, gentillesse et générosité.

En tant que société, nous avons besoin d’agir et d’exiger une correction immédiate de la situation désastreuse dans laquelle nous nous trouvons. C’est entre nos mains seulement. Nous ne devons pas rester à l’écart. Chacun, homme et femme, doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour contribuer à adoucir l’atmosphère et la colère dans le public, être fortifié par l’amour gratuit et le respect mutuel, et agir avec tolérance et patience. Après tout, nous avons prouvé à maintes reprises qu’en temps de crise, nous savons surmonter les désaccords et nous tendre la main. La situation actuelle n’est-elle pas une raison suffisante à cela?

Nous devons comprendre que le changement et l’atmosphère trouble ne sont pas incontournables, et tout dépend de nous et de nos actions. Nous ne devons pas compter sur les dirigeants publics pour diriger le changement – même pour la simple raison que nous devons faire partie du changement auquel nous aspirons. Nous devons comprendre que cette période, malgré sa grande difficulté, est une occasion en or pour nous de transcender les controverses, de se débarrasser de la colère et de la haine accumulées – et de supprimer tous les murs et clôtures entre les différents secteurs de la société.

Chacun de nous a un rôle où il peut influencer pour créer un environnement bon, agréable et tolérant qui respecte les différences entre nous et se traite toujours les uns les autres avec respect.

LIRE  L'Iran a projeté d'assassiner un politicien pro-israélien en Allemagne

Nous avons rédigé la « Charte de l’unité ».

A la porte de ma maison à Migdal Ha’emek, j’ai accroché une pancarte, avec une citation de la prière de rav Elimelech de Lizhensk: « Que Sa volonté soit que nous voyions la vertu de notre prochain et non ses défauts. » Et chaque jour, quand je quitte ma maison, je dis dans mon cœur: « Je verrai la vertu de mes proches et je ne laissserai pas se développer en mon cœur la moindre haine, et je regarderai tout le monde avec beaucoup de miséricorde et d’amour. »

De cette manière et dans ma foi, en tant que personne qui travaille depuis plus d’une décennie pour la société israélienne par désir d’unité et de distribution d’amour gratuit. Et au fil des ans, je ne me souviens pas d’une époque où notre société était si divisée. Et c’est maintenant le moment où il faut se reprendre.

Ces jours-ci, je suis fier de diriger le « ForoLe Forum social « , qui représente une variété de secteurs et de communautés de la société israélienne, s’associe pour créer un véritable changement dans la société israélienne. Idan Raichel, lauréat du prix israélien Nathan Sharansky et bien d’autres, nous avons rédigé ensemble un » traité d’unité « qui formera le base des principes selon lesquels notre société s’efforcera de fonctionner en Israël à partir de 2021, et a été signée aujourd’hui (jeudi) à la Maison du Président.

Puisque je pense que les déclarations et les actions sont séparées, il ne suffit pas de déclarer et de signer la Convention de mes membres, mais d’assimiler les valeurs et les principes qui y sont inscrits dans une loi. Nous, les membres du forum, travaillerons pour inculquer ce qui est écrit parmi les jeunes en Israël par le dialogue et le volontariat. Nous créerons des cercles de discours et des plans de cours éducatifs qui apprendront à la jeune génération à parler avec respect, à reconnaître la diversité et à nous connecter tous ensemble.

Le rabbin Yitzchak David Grossman est le lauréat du prix Israël

Aucun commentaires

Laisser un commentaire