Le New York Times a rompu avec un journaliste palestinien qui appelait au meurtre de Juifs

0
109

Le New York Times a rompu ses liens vendredi dernier avec un journaliste indépendant palestinien dans la bande de Gaza après que l’homme s’est révélé être un antisémite de la plus basse espèce. Il a appelé au meurtre d’enfants juifs et a cité Hitler sur les réseaux sociaux.

Be’hadré ‘Harédim – Yanki Farber – Illustration (sans rapport avec le texte)

Le New York Times, l’un des plus grands journaux aux États-Unis et dans le monde, a annoncé qu’il avait mis fin à sa relation avec un journaliste de Gaza qui a un historique de souhaits de mort contre des Juifs sur les réseaux sociaux, y compris des messages du genre: « Je n’accepte pas un Juif, un Israélien ou un Sioniste, ou toute autre personne qui parle l’hébreu, je suis pour qu’ils soient tués où qu’ils soient, enfants, personnes âgées et soldats, les Juifs sont des fils de chiens, je suis pour qu’ils soient tués et brûlés eux comme Hitler l’a fait, je serais si heureux. »

Le message a été découvert et publié par HonestReporting, un groupe de surveillance pro-israélien. Dans l’un de ses messages, il a mentionné Hitler. « Comme Hitler l’a dit, donnez-moi un soldat palestinien et une arme allemande, et je ferai ramper l’Europe sur la pointe des pieds », lit-on dans le billet de Paddy Hannoun. Il a également partagé une vidéo de propagande de groupes terroristes à Jénine sur Facebook, une vidéo que Facebook a copiée, disant à ses partisans que les Palestiniens devraient revenir à la « culture de combattre et de tuer des Israéliens ».

Le New York Times a rompu vendredi les liens avec un pigiste et une installation palestinienne dans la bande de Gaza après qu’un observateur des médias a signalé son antisémitisme répété et ses appels à la violence contre les Juifs sur les réseaux sociaux. Vendredi, la porte-parole du journal a déclaré à l’Allgemeiner que « le New York Times n’a travaillé avec ce journaliste indépendant que ces dernières semaines, nous ne le faisons plus ».

LIRE  Un son de cloche pessimiste : le PDG de Moderna, "Le corona est là pour toujours"

Aucun commentaires

Laisser un commentaire