Le parlement bruxellois a rejeté un projet de loi interdisant l’abattage cacher !

0
309

La Conférence rabbinique européenne se félicite de la décision : « Le message est clair pour les citoyens belges et pour toute l’Europe. »

Par une majorité de 42 voix contre 38, le parlement bruxellois a rejeté le projet de loi visant à interdire l’abattage casher dans le district.

La communauté juive de Belgique a connu un grand succès. Le parlement belge a voté ce vendredi contre le projet de loi interdisant l’abattage cacher dans la province. 88 des 89 députés ont pris part au vote déterminant. 42 ont voté contre, 38 ont voté pour. Ce faisant, le parlement de Bruxelles a rejeté le projet de loi visant à interdire l’abattage casher dans la province, ce qui ne remet pas en question toutefois la décision contraire prise dans les deux districts de Wallonie et de Flandre.

La Conférence rabbinique européenne salue la décision. Le président de la conférence, le rav Pin’has Goldschmidt, a déclaré que « le message est clair pour les deux chambres du parlement des provinces de Wallonie et de Flandre qui ont interdit l’abattage, et pour toute l’Europe » – les parlementaires de Bruxelles ont transmis une message clair sur les Juifs et leur avenir. Cependant, les dirigeants de la Belgique et de l’Europe doivent s’adresser aux deux provinces dans lesquelles l’abattage a été interdit.

Le rav Goldschmidt a déclaré que « les dirigeants européens se battront résolument pour que les communautés juives vivent et réussissent en Europe, mais ils ne fournissent pas un moyen de protection pour notre mode de vie. L’Europe doit refléter le type de continent qu’elle veut être, si des valeurs comme la liberté religieuse en font partie de manière inséparable. Le leadership européen doit traduire dans les actes ses déclarations. »

LIRE  Israël : une loi concernant le filtrage de sites

Le Grand rabbin de Belgique et le représentant de la conférence dans les institutions de l’UE, le rabbin Avraham Gigi (notre photo), a déclaré: « Le vote au parlement à Bruxelles prouve que notre force dans notre unité et en fait la communauté juive peut continuer dans l’abattage et la formation à Bruxelles. Pourtant nous continuerons tout de même à lutter contre la décision dans les deux autres districts d’où émane la mauvaise odeur d’antisémitisme. Déterminer comment les bêtes doivent être abattues est une intervention grossière dans la vie juive, à la fois scandaleuse et désobligeante. Et nous attendons l’aide de la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire