Le protocole de la réunion d’avant Lag Ba’Omer dévoilé !

0
157
Israeli rescue forces and police at the scene after a mass fatality scene during the celebrations of the Jewish holiday of Lag Baomer on Mt. Meron, in northern Israel on April 30, 2021. Photo by David Cohen/Flash90 *** Local Caption *** ?"? ????? ?? ????? ???? ????? ??? ???? ????? ?????? ????? ?? ?? ???? ?? ?????

Le protocole de police avant la catastrophe de Meron a été révélé : « Autoriser l’entrée complète »

JDN – Baruch Shapira

C’est à cela que ressemblait la discussion qui a eu lieu avant la célébration de Méron – le chef du département des opérations a averti: « La grande menace – la surpopulation et les infrastructures ». Le commandant du district nord a recommandé: « En raison du corona, pas plus que 10 000 personnes au même molent. » Le commissaire a décidé : « L’entrée de tous sera permise ».

Le 19 avril, environ une semaine et demie avant la terrible catastrophe du mont Méron, au cours de laquelle 45 personnes ont péri et 102 ont été blessées, une audience spéciale s’est tenue dans le bureau du chef de la police Kobi Shabtai, en présence du responsable de la Division des opérations (AGA), les ressources humaines et le conseiller juridique de la police.

À l’ordre du jour figuraient toutes les questions de sécurité diverses et complexes, y compris le corona, et de nombreuses questions ont été discutées dans le cadre de la sécurisation de Lag BaOmer : commandement et contrôle, répartition des responsabilités, évacuation et traitement, et même maintien de la sécurité sur les embouteillages sur les routes d’accès à la tombe de rabbi Shimon Bar Yochai.

Dès la divulgation du résumé de l’audience classifiée, qui a été publié ce matin dans « Vint » et « Yedioth Ahronoth » par Eli Senor, on peut voir que le danger était déjà connu, du moins dans le protocole officiel de la police. Cependant, le commissaire et les hauts responsables de l’organisation ont donné leur feu vert. Ce document devrait également recevoir beaucoup de poids dans le cadre des travaux du comité mis en place sous la direction de l’ancienne juge de la Cour suprême Miriam Naor.

LIRE  Cologne : le preneur d'otage s'est revendiqué de l'État islamique

Selon la lecture du procès-verbal, il ne fait aucun doute que l’officier supérieur qui a également donné l’approbation et qui est responsable de cet incident est le commissaire Shabtai qui a poussé et insisté pour ne pas limiter le nombre de participants à l’événement malgré les nombreux dangers qui guettent. « Il faut savoir que s’il y a des restrictions (sur la question Corona), la police israélienne ne sera pas en mesure de mener des actions coercitives », a déclaré le commissaire lui-même dans le résumé de l’audience. Ceci ne l’a pas empêché de conclure avec l’autorisation complète pour le public de se rendre sur le terrain de Méron, mais pas pour les visiteurs extérieurs.

Déjà lors de la réunion, ils ont reconnu que les déplacements sur les passages menant à l’enceinte où la catastrophe s’est produite étaient un point problématique et dangereux. Comme le commissaire lui-même l’a souligné : « Ces questions nécessitent une concentration d’efforts et d’attention dans le cadre du déploiement, compte tenu du grand nombre de participants dans une cellule à espace restreint et limité et du danger tangible pour la vie humaine. »

Lorsque l’audience a été ouverte à toutes les personnes présentes, parmi les premiers à faire entendre sa voix se trouvait le commandant du district nord, le surintendant Lavi, dont c’était le premier événement à Meron. C’est Lavi qui, selon le protocole, a cherché à limiter le nombre de fidèles à 10 000, dans le cadre du virus corona. « J’ai recommandé une limite – 10 000 participants, des sites pour l’allumage sur trois niveaux différents. Un pass vert, et 10 000 personnes qui soient autorisées à entrer à un moment donné. Ces limites sont dures, mais nous devons prendre une décision. » Il a souligné que des foules sont attendues pour assister à l’événement : « Nous sommes en contact avec les ‘hassidim. Il y a une attente de la foule religieuse qui veut venir. L’évaluation est que la site affichera complet ».

LIRE  Israël classé 9e mondial pour l’état de santé de ses citoyens

Après que Lavi ait parlé à l’époque, le chef de la division des opérations, Amnon Alkalay, a également souligné le possible surpeuplement comme un danger clair et immédiat. « Le but – la paix publique. La grande menace – la surpopulation et les infrastructures », a-t-il affirmé, et a recommandé de se préparer à « un événement à plusieurs victimes et de se préparer à la congestion, y compris un plan pour diluer la foule par le service de la circulation ».

La police israélienne a déclaré hier soir en réaction : « L’incident fait l’objet d’une enquête par une commission d’enquête d’État et, par conséquent, à ce stade, nous ne serons pas en mesure de répondre au fond de l’affaire. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire