Le récit de l’une des personnes libérées du Hamas

0
97

Elle a été libérée de captivité et raconte l’enfer : « Nous avons marché des kilomètres sous terre, c’était plein de canaux ».

Yokhéved Lifshitz, qui a été libérée hier de la captivité du Hamas, raconte ce qui lui est arrivé depuis le moment de son enlèvement. « Je ne pensais pas que nous arriverions à cette situation, ils ont fait sauter la clôture que nous avions construite avec deux milliards et demi de dollars. Ils ont kidnappé des personnes âgées et des jeunes, j’ai eu beaucoup de douleur dans les côtes ».

Be’hadré ‘Harédim – Israël Lefkowitz

Yokhéved Lifshitz, qui a été libérée hier de la captivité du Hamas, raconte dans Ichilov ce qui lui est arrivé à partir du moment de l’enlèvement : « Je ne pensais pas que nous arriverions à cette situation, ils sont devenus fous, m’ont couché sur le côté sur une moto, ils ont fait sauter la clôture que nous avions construite avec deux milliards et demi de dollars. Ils ont kidnappé des personnes âgées et des jeunes, j’ai très mal aux côtes ».

« J’ai vécu un enfer dont nous n’avions jamais rêvé. Ils m’ont mise sur une moto allongée et ont roulé avec moi dans les champs, quand j’étais sur la moto, les Shabab m’ont battue et m’ont blessé aux côtes », a-t-elle déclaré.

« Ils ont volé ma montre et mes bijoux en m’enlevant. Nous avons traversé les tunnels jusqu’à atteindre une grande salle. Nous étions un groupe de 25 personnes et ils ont séparé 5 d’entre nous. Quand nous sommes arrivés, ils nous ont dit « aucun mal ne nous arrivera ». « Nous avons parcouru des kilomètres sous terre dans les tunnels pendant deux ou trois heures. Un médecin arrivait et nous examinait tous les deux jours. S’il n’y avait pas de médicaments, ils apportaient des médicaments équivalents.

« Il y avait un otage avec nous qui était blessé aux bras et aux jambes qui a été blessé quand ils l’ont amené sur la moto, c’était dur de voir ça. Nous étions cinq dans le groupe, chaque groupe avait quelqu’un pour veiller sur lui « .

Lifshitz poursuit : « L’attitude était bonne. Ils se sont occupés de tous les détails, y compris l’hygiène. C’est eux qui nettoyaient les toilettes, pas nous, pour qu’il n’y ait pas de maladies. Ils voulaient nous parler, nous leur avons dit : pas de politique. Ils étaient très sympathiques, nous recevions une petite quantité de nourriture chaque jour. »

« Ils nous ont donné une leçon. Il y a trois semaines, ils sont venus en masse près de la clôture. Les FDI ne l’ont pas pris au sérieux. Nous étions le bouc émissaire. Ils semblaient prêts et l’ont préparé pendant longtemps, ils se sont occupés du shampoing et de tout le nécessaire. Le manque de connaissances au sein de Tsahal et du Shin Bet nous a beaucoup blessés, nous étions les boucs émissaires du gouvernement, j’ai toujours en mémoire les images de ce qui s’est passé. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire