Le scandale de l’utilisation de Pegasus par la police israélienne contre les citoyens

0
130

Le contrôleur de l’État a commencé à enquêter sur les allégations d’utilisation présumée par la police des logiciels espions de NSO contre des civils | Bureau du contrôleur : « Les mesures augmentent les risques de fuite d’informations personnelles et d’utilisation abusive des bases de données »

Be’hadré ‘Harédim – Avi Gadlovitch

Le contrôleur de l’État Netanyahu Engelman a annoncé ce soir (mardi) qu’il examinait l’utilisation présumée par la police des logiciels espions du NSO contre des civils. Ceci, après qu’une enquête menée par le journal Calcalist a révélé que la police avait ces dernières années piraté les téléphones de civils en utilisant le logiciel espion de la société ‘Pegasus’. L’enquête a allégué que certaines des introductions par effraction avaient été commises sans ordonnance du tribunal ou sans la supervision d’un juge. Auparavant, la police avait nié les allégations et affirmé que tout suivi avait été fait conformément à la loi et avec l’approbation d’un juge uniquement.

Le Bureau du contrôleur de l’État a noté qu’au cours des dernières semaines, le contrôleur Netanyahu Engelman a commencé à critiquer l’utilisation des forces de l’ordre, et en particulier la police israélienne, de moyens technologiques à des fins répressives. L’audit examinera également l’utilisation présumée par la police de divers logiciels pour infiltrer les téléphones portables des citoyens, tels que le logiciel NSO.

Le bureau du contrôleur de l’État a déclaré : « Le bureau d’audit de l’État met un accent particulier sur la protection de la vie privée des citoyens et résidents israéliens. Les moyens technologiques sont utilisés comme preuves dans les procédures pénales et soulèvent des questions d’équilibre entre leur utilité et la violation du droit à la vie privée et l’abus de bases de données, c’est pourquoi le contrôleur de l’État, Matanyahu Engelman, a décidé d’inclure dans le plan de travail du ministère formulé depuis longtemps la question de l’utilisation des forces de l’ordre dans des moyens technologiques à des fins d’application. »

LIRE  Néo-négationnisme : la revue L’Histoire doute de l’existence du Peuple juif ! Frédéric Sroussi

Selon l’enquête approfondie publiée ce matin, la surveillance et les cambriolages ont été effectués par le sceau de la police « Signet » sur ordre des policiers de haut rang. Le logiciel a pris le contrôle des appareils mobiles de la police des militants et a pu écouter toutes leurs conversations et surveille toute leur correspondance.

Le commissaire de police Kobi Shabtai a ordonné aujourd’hui une enquête sur tous les cas de suivi publiés ce matin dans l’enquête. Shabtai a déclaré que certains de ces cas ne se sont pas produits du tout.

La police a précisé aujourd’hui à la suite de l’enquête qu’elle acquiert des outils technologiques auprès d’entreprises extérieures, également dans le domaine des communications et de la cyber. Les sociétés externes ne sont pas exposées aux informations de renseignement ou aux produits des informations d’enquête, et ce faisant, l’activation de l’outil technologique à des fins policières est effectuée par les professionnels de la police israélienne et non par les employés des sociétés externes.

L’utilisation des outils technologiques acquis auprès d’entreprises extérieures ainsi que ceux développés par la police se fait conformément à la loi, a expliqué la police. « Ainsi, par exemple, en ce qui concerne l’utilisation d’un outil technologique aux fins d’écoutes téléphoniques, une demande d’écoutes téléphoniques est soumise à un tribunal compétent comme il est d’usage, et celle-ci est examinée par le tribunal et approuvée au préalable. »

« J’ai ordonné un examen de tous les cas évoqués dans l’article et qui se seraient produits il y a plusieurs années », a déclaré  Shabtai. « L’examen a révélé que certains cas étaient incorrects. Entre autres choses, de tels outils n’ont pas été utilisés devant les manifestants du drapeau noir, les téléphones des chefs d’autorités. Ces détails sont incorrects. En ce qui concerne l’utilisation des mesures d’exécution en général, comme indiqué, tout se fait avec les approbations légales requises. Le commissaire a ajouté que « la police israélienne n’utilise pas ses capacités technologiques avancées devant des civils et des manifestants innocents ».

LIRE  Neuilly-sur-Seine : inauguration de la place Joseph H. Sitruk zatsal

Selon Shabtai, « Je suis fier de combiner des systèmes technologiques qui sont devenus une pointe de flèche dans la guerre contre le crime, la violence et les criminels. L’utilisation de la technologie de pointe dans la lutte contre le crime est un intérêt national majeur et il s’agit de protéger la loi- en faveur du public respectueux d’Israël et de la sécurité intérieure du pays. Il faut avoir une longueur d’avance dans ce domaine.

« Il est important de noter qu’il s’agit de l’un des domaines les plus contrôlés et supervisés par toutes les entités juridiques à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation, y compris les plus hauts gradés, et je veux m’assurer que la police israélienne sous mes auspices agisse conformément à la loi. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire