L’ère de la post-vérité et l’air de la calomnie

0
83

Fait opinion GorceSous la baguette du chef d’orchestre de L’OBS

« Bienvenue dans l’ère de la post-vérité, où les convictions ont plus de poids que les faits objectifs » a annoncé l’Obs en décembre 2016, démontrant la justesse de son auto-diagnostic dans un des intertitres de son article : « Les sites de « réinformation » (« fachosphère ») ».

L’hebdo de la gauche bobo assumée ne se cache pas être avant tout un média d’opinion. L’information qu’il présente est toujours orientée dans le sens giratoire d’une conduite résolument à gauche. On ne le lui reproche pas, on trouve simplement cocasse qu’il regroupe les médias opposés à son idéologie, entre des guillemets péjoratifs, sous le vocable de réinformation, suivi d’un synonyme tout sauf factuel : « fachosphère ».

Magnifique démonstration de la nécessité de cette réinformation et du caractère stalinien de l’hebdo de Jean Daniel : le public est sommé de se cloîtrer dans la grille de lecture autorisée ou bien il est excommunié. Pas de demi-mesure et pas d’analyse de contenu, les procès ralentissent les purges et « L’étendue du mensonge est sans limite », en spécialistes dans le texte.

Pour disqualifier l’opinion adverse, prétendre qu’elle croit aux complots

« (L)a théorie du « grand remplacement », qui voudrait qu’un plan secret organise la « submersion » des populations « de souche » par des musulmans venus du Maghreb et d’Afrique, gangrène les esprits. La fachosphère est à la manœuvre, plus active que jamais dans la perspective des européennes de mai. »

explique doctement l’Obs, anciennement « nouvel ». Et de se déclarer accablé que « Huit Français sur dix croient à une ou plusieurs théories conspirationnistes ».

L’Obs, lui, croit en une fachosphère, association mythique d’origine judéo-maçonnique ou extraterrestre et d’obédience illuminati, auteur d’un plan secret pour déstabiliser les vertueux citoyens votant à gauche.

Comment la question a-t-elle été posée aux 8 sondés sur 10 ? Leur a-t-on demandé s’ils craignaient pour leur mode de vie lorsqu’à moyen ou long terme, la démographie de la France basculerait vers une majorité musulmane ? Ou bien leur a-t-on précisément demandé si cette modification démographique déjà observée par de nombreux chercheurs provenait d’un « plan secret » ?

La première version concerne la réaction des sondés à un futur prévisible : les faits montrent un taux de fertilité des Françaises largement supérieur chez les musulmanes, une immigration importante, principalement en provenance de pays musulmans, des conversions à l’islam de plus en plus nombreuses et une émigration de Français non musulmans en nombre non négligeable. NOTE : (Le Figaro).

Rien n’indique l’inversion de cette tendance à brève échéance, voire à moyen ou long terme. Donc, oui, qu’on le redoute ou qu’on s’en félicite, mathématiquement, la France s’achemine vers une démographie à majorité musulmane.

C’est seulement en réponse à la deuxième version de la question, si les sondés imaginent qu’un plan secret est à l’œuvre pour obtenir ce résultat, que l’on peut parler de complotisme, ce qui caractérise un complot étant un « plan secret » et/ou un « groupe organisé tirant les ficelles ».

En matière de désinformation, L’Obs est expert

Au début des années 2000, L’Obs ancien, qui s’appelait alors Nouvel Observateur, avait été pris en flagrant délit de fake news, qu’on n’appelait encore que « désinformation ».

Alors que des dizaines de citoyens israéliens étaient ciblés par des attentats terroristes, une rafale d’inventions, de mensonges, « d’oublis » et « d’erreurs » fut tirée contre Israël depuis le quartier général du Nouvel Obs.

Dans le numéro du 8 au 14 novembre 2001, sous le titre « Le cauchemar des crimes d’honneur », Sara Daniel (la fille de Jean) accusait les soldats israéliens de viols particulièrement pervers :

« Les femmes palestiniennes violées par les soldats israéliens sont systématiquement tuées par leur propre famille. Ici, le viol devient un crime de guerre, car les soldats israéliens agissent en parfaite connaissance de cause. »

Sauf qu’elle n’avait aucune preuve, la petite Sara, s’étant contentée de copier une phrase lue dans un journal anglais, qui citait une Palestinienne évoquant la première Intifada, (13 ans auparavant) sans apporter l’ombre de la plus petite preuve. Si elle avait enquêté un tout petit peu, comme l’ont fait les Israéliens, Daniel Junior aurait constaté que le WCLAC palestinien, le Centre des Femmes pour l’Aide légale et l’Assistance sociale, n’avait recensé aucun viol de femme palestinienne par des soldats israéliens. « Nous ne pensons pas que les soldats israéliens ont fait cela », avait déclaré l’une de ses responsables, Suad Abu Dayyeh,

Le mensonge de Nouvel Obs avait scandalisé les Juifs français et avait conduit papa Daniel, directeur de la publication, à présenter ses excuses.

Pourquoi changer une journaliste qui gagne à mentir ?

Sara Daniel a grandi et elle est montée en grade, avec ou sans l’aide de son papa. Interviewée en 2011, pour la sortie de son livre de souvenirs comme « grand reporter », elle déclara au sujet du printemps iranien, rapidement réprimé par les mollahs : « Il faut attendre un peu pour voir comment les choses vont se dérouler et voir si Israël continue ses agressions[1] » … Quel rapport avec Israël ? Aucun, si ce n’est la monomanie de l’antisioniste fille d’antisioniste. On ne sonde pas les lecteurs du Nouvel Obs pour savoir s’ils pensent qu’un complot anti-antisémites est abrité par l’hebdomadaire, car il n’est nul besoin de statistiques pour se rendre compte que Mademoiselle Daniel voit des protocoles de sages de Sion partout.

Elle n’est pas la seule, d’ailleurs : en 2002, un reportage à Jénine avait été conçu pour tirer des larmes aux lecteurs. On y voyait la photo d’un Palestinien désespéré, mais digne et courageux, qui creusait les décombres de sa maison, sous laquelle étaient enterrés ses 9 enfants, expliquait-il. Sauf que les enfants étaient vivants, réfugiés dans un camp voisin et que les journalistes de la MENA en avaient informé la rédaction du Nouvel Obs suffisamment à l’avance pour permettre à l’hebdo français de changer son texte.

Complot ? Non, juste une présentation trèèèèès orientée des faits pour susciter une virulente aversion vis-à-vis des méchants sionistes et l’empathie corollaire proportionnelle pour les nouveaux Gavroche du Moyen-Orient. Pas besoin d’un complot quand on a des journalistes préformatés idéologiquement à l’amour du prolétaire de substitution (alias le Palestinien allié de toutes les puissances pétrolières) contre le capitaliste archétypal (alias le Juif cosmopolite forcément fourbe et forcément riche, vivant dans le seul pays du Moyen-Orient sans pétrole).

« Triomphe du viscéral sur la raison » : la preuve par L’Obs

L’ouverture à tous de l’espace virtuel a donné à chacun l’occasion de faire connaître son opinion à tous. Cela a, bien évidemment, permis à des concepts loufoques de circuler largement et, comme l’intelligence de l’espèce humaine est répartie suivant l’omniprésente courbe de Gauss, la partie des QI qui habite la descente de la courbe accueille avec bonheur les théories complotistes les plus outrées.

Pour l’illustrer, L’Obs a trouvé nécessaire de citer Guillaume Brossard, cofondateur et directeur de la rédaction de HoaxBuster.com, un site qui se veut l’équivalent Internet du BVP, le bureau de vérification de la publicité, au siècle dernier.

« Les théories du complot ont gagné un important espace de parole publique, les idées finissent par se diffuser et infuserTout ce qui se présente comme antisystème va prendre le pas sur la logique et la façon de penser. C’est ainsi que des mouvements aux idées moyenâgeuses, comme La Manif pour Tous, ont accès à toute la “réinfosphère”, ce qui leur donne une importance qu’ils n’ont pas »

explique naïvement l’homme qui dévoile le dessous des hoax sauf des siens.

En réalité, exactement comme tous ceux qu’il dénonce sur son blog, M. Brossard considère ses propres préjugés idéologiques comme « la vérité ». Cela tombe bien : L’Obs aussi et l’un citant l’autre, donne à icelui « une importance qu’il n’a pas » !

Rappelons quand même que la Manif pour Tous, qualifiée de moyenâgeuse par Brossard, était composée de familles traditionnelles qui défilaient pacifiquement pour marquer leur opposition au « mariage pour tous ».

Tout ce qui se présente comme antisystème, par exemple le fait d’exiger le mariage homosexuel, prend le pas sur la logique et aveugle Brossard et ses compères. Ils sont prêts à brûler en place publique les sorcières complotistes qui prétendent qu’un enfant est le produit de l’accouplement de son papa et de sa maman et pas de deux papas ou deux mamans.

« Sachant qu’une fausse information a un potentiel viral six fois supérieur à celui d’une vraie, selon le MIT, on mesure la contagion », soupire L’Obs en propageant ses propres fausses informations, sans se rendre compte qu’il a tout lieu de s’en réjouir puisqu’il fonctionne ainsi depuis bien avant l’Internet.

Dis-moi quels sont tes exemples, je te dirai qui tu es

Le pacte de Marrakech, « préparé sous l’égide des Nations unies, destiné à mieux coopérer sur les migrations, a été salué par un déchaînement de fake news »,explique l’hebdo. Décryptage : citation de l’ONU pour asseoir la crédibilité du texte. Citation de la Grande méchante louve, introduite par un verbe incendiaire : « C’est donner la souveraineté de la France à l’ONU » attisé par Marine Le Pen » pour asseoir cette crédibilité (en clair : si vous ne croyez pas à notre version, vous êtes allié objectif du Front National).

Pourtant, comment interpréter l’article 8 du Pacte, qui décrit ainsi « Nos ambitions et principes directeurs » ?

« Par le présent Pacte mondial, nous nous engageons collectivement à améliorer la coopération en matière de migration internationale. Les migrations ont toujours fait partie de l’expérience humaine depuis les débuts de l’Histoire, et nous reconnaissons qu’à l’heure de la mondialisation, elles (les migrations) sont facteurs de prospérité, d’innovation et de développement durable et qu’une meilleure gouvernance peut permettre d’optimiser ces effets positifs. Aujourd’hui, la majorité des migrants voyagent, vivent et travaillent dans des conditions sûres, ordonnées et régulières (Assemblée Générale de l’ONU, Pacte mondial pour les migrations) ».

Certes, les migrations ont construit le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. Migrations volontaires parfois, involontaires souvent, voire forcées, le plus couramment.

En 1948, les 850.000 Juifs chassés des pays arabes en représailles contre la décision onusienne de créer l’État juif d’Israël et l’État arabe de Palestine n’ont pas migré de leur plein gré. On ne peut pas non plus parler d’un choix libre et volontaire pour les 700.000 Arabes de Palestine, convaincus par leurs « frères » de libérer la place afin d’exterminer les Juifs jusqu’au dernier, le jour même de la déclaration d’indépendance d’Israël. D’autant que les mêmes « frères » se sont opposés à la création de l’État arabe de Palestine et ont pareillement refusé de les intégrer, transformant les migrants de mai 1948 en réfugiés, de génération en génération.

Et aujourd’hui, qui croit que les 4 millions de Vénézuéliens fuyant la dictature de Maduro et la famine du pays au plus riche sous-sol de la planète « voyagent, vivent et travaillent dans des conditions sûres, ordonnées et régulières » ?

La pensée magique

Alors affirmer comme préambule que « à l’heure de la mondialisation, elles sont facteurs de prospérité, d’innovation et de développement durable » c’est soit pratiquer la méthode Coué à un niveau olympique, soit prendre les peuples pour des amibes à QI négatif.

Sans entrer dans le détail, il suffit de voir en quels conflits violents le seul mot « immigration » dégénère dans notre pays, pour rire (ou pleurer) à lire la bisounoursienne présentation de l’enjeu du pacte de Marrakech par ses géniteurs.

Lesdits géniteurs avaient probablement donné comme consignes aux rédacteurs du Pacte : « Si vous aviez des moyens illimités en budget, en personnel et en pouvoir sur les nations et leurs dirigeants, comment organiseriez-vous l’accueil parfait pour des migrants disciplinés dans un monde idéal ? » La rédaction mérite 10/10 : des interprètes dans tous les points de passage pour expliquer individuellement aux migrants, dans le détail, les spécificités du pays qui va les accueillir, du personnel spécialement formé dans les points de passage et dans chaque organisme susceptible d’être en contact avec les migrants pour prendre en compte les derniers développements des droits de l’homme, des organismes ad’hoc créés pour améliorer l’accueil… Vous en avez rêvé, l’ONU s’apprête à vous le faire financer !

L’agence de l’ONU dédiée aux migrants, l’OIC, avait compté, en 2018, 25 millions de réfugiés et 258 millions de migrants dans le monde.

On comprend donc qu’elle souhaite « mettre à disposition de tous les citoyens des informations objectives, claires et fondées sur des données factuelles au sujet des avantages et des difficultés que présentent les migrations, en vue de démonter les discours trompeurs qui donnent une image négative des migrants ».

Sauf que, dans les faits, si certaines populations s’intègrent harmonieusement dans leurs pays d’accueil et si d’autres rentrent chez elles dès que la situation le permet, ce n’est pas ce que l’on constate en Europe depuis quelques années. Et il n’est pas certain que ses citoyens (anglais, allemands et suédois, notamment) trouveraient, dans « des informations objectives, claires et fondées sur des données factuelles » de quoi infirmer « les discours trompeurs qui donnent une image négative des migrants. »

Faites ce que je dis, surtout pas ce que je fais !

Le Nouvel Obs, ancien et nouveau, suit scrupuleusement une ligne éditoriale palestinolâtre et antisioniste. Quand les nouvelles n’incriminent pas Israël, il glisse un sous-entendu, quand cela ne suffit pas, il invente. Cela n’empêche pas sa journaliste de jouer les juges de paix entre « médias sérieux » (comprendre « mainstream ») et sites fournisseurs de fake news (comprendre tous ceux qui ne partagent pas l’idéologie de L’Obs). Ce que pour faire, elle commence par expliquer les difficultés et les écueils qui compliquent le travail sérieux des médias du type de celui qui signe sa fiche de paie : « Les médias professionnels commettent des erreurs et ne sont pas à l’abri de manipulations. La déontologie leur impose de vérifier l’information et d’en recroiser les sources. Ils sont censés, aussi, la hiérarchiser. Leur devoir est de reconnaître quand il y a eu erreur ou intoxications, ce qui, malheureusement, ne va pas toujours de soi. »

DEONTOLOGIE rireLa déontologie ! Lire cette phrase dans L’Obs, c’est comme de lire une pub pour les préservatifs dans la Gazette du Vatican : on a du mal à la prendre au sérieux.

Et c’est dans Le Monde que la journaliste de L’Obsa trouvé son préservatif troué : « A première vue, la comparaison entre une rédaction reconnue et un site souvent approximatif, connu pour avoir véhiculé des dizaines de fausses informations grossières, pourrait faire sourire. Mais au petit jeu de la viralité, c’est pourtant bien lagauchematuer.fr/ qui l’emporte : sur l’ensemble de l’année 2017, le blog totalisait 13,6 millions de mentions « j’aime », de partages et de commentaires sur Facebook, quand « Libé » devait se contenter de 11,4 millions, selon les données que nous avons compilées. »

Des faux grossiers comme les soldats israéliens violant des Palestiniennes pour qu’elles soient victimes de crimes d’honneur ? LM♦

Liliane Messikamabatim.info

Logo Liliane Messika

Aucun commentaires

Laisser un commentaire