Les chercheurs de l’université hébraïque : « La deuxième vague est sous contrôle »

0
166

Les chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem estiment qu’a été obtenue une stabilisation du nombre de patients hospitalisés dans un état grave et modéré, ce qui indique que le contrôle de l’épidémie a été atteint. Leur recommandation : se concentrer sur la brisure des chaînes d’infection, et ne pas imposer de restrictions supplémentaires

Be’hadré ‘Harédim

Les restrictions s’éloignent: des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem ont publié aujourd’hui un document montrant que le contrôle de l’épidémie a été atteint, avec la conclusion que les restrictions prévues peuvent être levées. Le document indique qu’au vu de la stabilisation du nombre de patients dans un état difficile et modéré, il semble qu’aucune restriction supplémentaire ne soit nécessaire à ce stade, mais s’investir dans les efforts pour casser les chaines d’infection.

Un rapport hebdomadaire des enquêteurs, définis comme des « conseillers gouvernementaux », veut que « les mesures prises pour enrayer l’épidémie au début et à la mi-juillet (en particulier l’annulation des mariages – NDLR : ces braves gens n’ont pas trop l’air de savoir que c’est pour des raisons de Halakha que l’on ne se marie pas chez les Juifs durant les trois semaines…) ont conduit à une baisse significative du taux d’infection et à une augmentation du nombre d’hospitalisés ». «L’insuffisance hospitalière» n’est plus menaçante et qu’elle «s’éloigne significativement».

Cependant, les chercheurs de l’Université hébraïque estiment qu’environ 200 personnes risquaient de mourir dans les trois prochaines semaines en raison de la vague généralisée en juillet.

À la lumière des changements, les chercheurs recommandent aux décideurs de ne pas prendre d’autres mesures aggravantes, ce qui signifie que les restrictions prévues doivent être levées le week-end. À leur avis, l’interdiction même des rassemblements a déjà fait son travail, et il n’y a pas lieu d’en faire davantage, et certainement pas besoin de déclarer une fermeture qui conduira à l’effondrement de l’économie. « L’amélioration de la situation est survenue à la suite de l’interdiction des rassemblements. Ce faisant, Israël a réussi à éviter une fermeture complète malgré une épidémie à grande échelle. L’importance de limiter les rassemblements dans un espace clos est soulignée. »

LIRE  Mais que vient faire le Bitcoin dans la propagande du Hamas

Les recommandations sont conformes à la position de professeur Gamzou, qui a précisé cette semaine qu’il se concentrera sur la réduction des chaînes de contagion (tâche confiée à l’armée – une décision que le ministère de la Santé n’aime pas, mais aujourd’hui en effet, il semble que cette position ait déjà été acceptée car il a été rapporté hier que le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre de la Santé Yoel Edelstein ont discuté de la possibilité de lever l’interdiction d’ouvrir des magasins et des centres commerciaux le week-end, mais la décision nécessite toujours l’approbation du gouvernement).

Dans le même temps, parallèlement à ce relatif optimisme, les chercheurs soulignent qu’il ne faut pas entrer dans la légèreté et ils précisent que le nombre de personnes infectées est toujours élevé et qu’il y a donc toujours une crainte d’une sous-épidémie. « La stabilisation actuelle est due à un équilibre délicat entre le taux de propagation du virus et le taux de rétablissement et de mortalité. Par conséquent, il y a un avantage significatif à concentrer les efforts sur la tronçonnage des chaînes d’infection qui permettra une stabilisation à long terme à des limites réduites et préviendra de futures flambées.

On rappellera qu’hier également, il a été signalé qu’un document interne du ministère de la Santé basé sur les données des patients difficiles indique une diminution du nombre de patients du corona hospitalisés dans un état grave dans la vague actuelle par rapport à la première vague.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire