Les hôpitaux se remplissent en Israël. A leur tête : Cha’aré Tsédek et Ma’yané haYechoua’

0
105

Le ministère de la Santé met ce soir (samedi soir) à jour les données sur la morbidité corona. 54 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués hier, sur 262 000 tests. Le pourcentage de positifs continue d’augmenter et atteint 20%.

Il convient de noter que le nombre réel de personnes vérifiées sur le terrain est probablement beaucoup plus élevé, mais non déclaré au ministère de la Santé.

Le nombre de patients graves dans les hôpitaux continue d’être élevé, et il grimpe à 732. Parmi eux, 208 sont des patients dont l’état est défini comme critique.

À l’heure actuelle, il y a environ 442 000 personnes en Israël définies comme des « patients actifs ». De plus, il y a – 197 000 BNA qui doivent également rester en isolement.

La forte augmentation du nombre de patients difficiles continue de peser lourdement sur les hôpitaux où les taux d’occupation augmentent de façon alarmante : Ichilov arrive en tête avec 93 % d’occupation, Shaare Zedek juste derrière avec 91 %. Mayané haYechouva’ à la 3ème place avec 87%.

Selon les chercheurs de l’Université hébraïque, dans les dix prochains jours, près de 1 500 nouveaux patients devraient être hospitalisés dans un état critique. Selon les experts, Israël se prépare aux deux semaines les plus difficiles dans les hôpitaux de la vague Omicron.

Selon les prévisions des chercheurs, au cours des dix prochains jours, environ 1 500 à 900 patients gravement malades devraient être hospitalisés. Selon eux, la stabilisation n’arrivera que début février. Ils ont en outre déclaré que, selon des observations à Londres et à New York, il y avait un risque réduit que les patients se détériorent et aient des difficulté à respirer.

LIRE  L'effet Biden assombrit le Moyen-Orient

En ce qui concerne la propagation de la pandémie, ils s’attendent à ce que le taux d’infection dans la semaine à venir soit élevé et que le nombre de personnes vérifiées continue d’être proche de 100 000 infectés par jour. Une diminution significative des infections se produira très probablement – seulement dans la première semaine de février, et sera due au grand nombre d’infections jusqu’à présent, c’est-à-dire au développement de l’immunité de la population due à l’infection dans les conditions actuelles.

Les chercheurs ont également implicitement critiqué la conduite du gouvernement, arguant que le changement substantiel dans la manière de se comporter observé au cours des deux dernières semaines pourrait entraîner un retard dans le déclin de la vague omicron, et une prolongation de la vague d’infection et de congestion dans hôpitaux. Enfin, ils ont déterminé qu’à ce stade il n’y a pas de reflet fiable de l’état d’infection, la prolongation ou le renouvellement de l’épidémie ne sera découvert qu’au stade de l’augmentation des hospitalisations.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire