Les murs de Jérusalem détruits par les Babyloniens dévoilés

0
171

Des vestiges de la muraille de la ville construite pendant la période du Premier Temple dans le royaume de Juda ont été découverts dans la Cité de David.

JDN

Des fouilles archéologiques menées dans le parc national de la ville de David ont révélé les restes du mur de la ville qui a été construit pendant le Premier Temple du royaume de Juda, pour protéger Jérusalem de l’est. Les fouilles sont menées dans le parc national de la ville de David pour le compte de l’Autorité des antiquités d’Israël, en collaboration avec l’association de la ville de David (Elad), dans le cadre du développement du parc national.

Selon les directeurs des fouilles, le Dr Philip Vokosovic du Centre d’étude de la Jérusalem antique et le Dr Joe Uziel et Ortal Kalaf de l’Autorité des antiquités d’Israël : « Les murs de la ville protégeaient Jérusalem de plusieurs attaques pendant le règne des rois de Juda.

« Les restes des décombres peuvent être vus dans les fouilles archéologiques, qui au fil des ans ont révélé de nombreuses preuves de destruction, y compris des bâtiments qui ont brûlé jusqu’à leur contenu. Cependant, tout n’a pas été détruit, et des parties des murs qui se dressaient et protégeaient le ville depuis des décennies ou plus restent à ce jour. » .

La nouvelle section qui a été exposée relie deux sections qui ont été précédemment excavées sur le versant est. Dans les années 1960, l’archéologue britannique Kathleen Canyon a découvert une section du mur dans la partie nord de la pente et l’a étendue jusqu’à l’époque du royaume de Juda. Environ une décennie plus tard, l’archéologue professeur Yigal Shilo a découvert une longue section du mur, lors de fouilles qui existaient dans la partie sud de la pente.

LIRE  Israël: une fabrique de ketchup vieille de 2 000 ans découverte à Ashkelon

Au fil des ans, on a affirmé que malgré la nature impressionnante des vestiges, ces murs ne devraient pas être considérés comme des vestiges des murs de Jérusalem. Avec le dévoilement du nouveau passage reliant les découvertes du passé, il semble que le débat soit clos, et qu’il s’agisse sans équivoque du mur oriental de l’ancienne Jérusalem.

La reconstitution de tronçons précédemment démantelés lors de fouilles au début du XXe siècle permet de tracer près de 30 mètres supplémentaires du mur subsistant sur une hauteur de 2,5 mètres et une largeur allant jusqu’à 5 mètres. Dans le livre de 2 Rois, 25, il y a une description de la conquête de la ville par les Babyloniens : Du mur que les Babyloniens n’ont pas pu briser, peut-être en raison de la forte pente du versant oriental de la Cité de David, qui descend vers le Cédron à un angle de 30 degrés.

Les découvertes de la destruction et de la destruction peuvent être vues dans un bâtiment qui se tenait à côté du mur et a été exposé au cours des saisons de fouilles précédentes : à l’intérieur du bâtiment, des rangées de jarres de stockage ont été découvertes, qui ont été brisées à l’intérieur des ruines du bâtiment lorsqu’il brûlé et effondré. Sur les anses des jarres apparaissent des empreintes « Rosette » en forme de rose, identifiées à la fin de la période du Royaume de Juda.

Près du mur, une empreinte babylonienne en pierre a été dévoilée avec une représentation d’un personnage debout devant des symboles élégants des deux dieux babyloniens Marduk et Nevo. Non loin de l’endroit où le sceau a été trouvé, un timbre (une empreinte de sceau en argile) d’un homme juif nommé « Cipher » a également été découvert.

LIRE  Enquête sur le patrimoine juif en Irak et en Syrie: 27 sites considérés comme menacés

Aucun commentaires

Laisser un commentaire