Les paroles complètes de Rothman devant la Haute Cour : « N’essayez pas d’enlever la démocratie au peuple d’Israël »

0
262

Le président de la commission constitutionnelle de la Knesset, le député Simcha Rotman, s’est tenu hier devant 15 juges de la Haute Cour et leur a expliqué pourquoi la Knesset devrait limiter leurs pouvoirs juridiques et les a appelés à ne pas invalider la Loi fondamentale.

JDN – Benjamin Berger

Le professeur Haim Hanani, vice-président du Technion au début des années soixante, a lancé une expérience. Il s’est tourné vers ses étudiants et leur a demandé : « De quelles informations avez-vous besoin pour pouvoir concevoir un pipeline qui transportera le sang de Haïfa à Eilat ».

Les étudiants assidus et talentueux l’ont inondé de questions.

Quelle est la longueur de la ligne ? Quelle est la topographie ? Quelle est la viscosité du liquide sanguin et sa composition chimique ? Est-ce du sang riche en oxygène ou en dioxyde de carbone ? Quelle est la vitesse d’écoulement et la pression attendues à l’intérieur du tuyau ? Et de plus en plus de questions qui se retrouvaient immédiatement sur les pages de dessins et les barres de calcul.

Lorsque les étudiants ont terminé leur travail et soumis leurs travaux, Hanani a informé ses étudiants qu’ils avaient tous échoué au test. Et il a expliqué : ‘Je n’ai pas demandé de tester votre capacité à planifier un pipeline de sang, mais de tester votre sensibilité morale. Aucun d’entre vous n’a demandé pourquoi un pipeline est nécessaire pour transférer le sang de Haïfa à Eilat, à qui appartient ce sang et de qui il a coulé ? »

Suite à cette expérience, un département d’études en sciences humaines a été créé au Technion. Sur le site Internet du département apparaît l’histoire de Hanani et son inquiétude face à une situation dans laquelle « des cordonniers s’occupent de l’atome » dans le pays, parce que les étudiants n’ont pas la formation humaniste et politique nécessaire.

Les pétitionnaires et, à notre grand regret, également le conseiller juridique du gouvernement, proposent à votre honneur différentes techniques juridiques, de l’aire de battage à la cave, du Bangladesh, de l’Ouganda et du Pakistan, pour invalider l’amendement à la loi fondamentale : le judiciaire.

Et ils bombardent votre honneur de différentes questions. Est-il possible d’être disqualifié en raison de la doctrine d’un amendement constitutionnel inconstitutionnel, ou selon le principe de l’abus des lois fondamentales, ou en général selon les principes du droit hébreu exprimés dans le jugement concernant la troisième taxe d’habitation.

Mais le simple fait de répondre à ces questions revient à échouer. Dans une certaine mesure, même la réponse courte que j’ai soumise et qui traitait de la question de l’autorité constitue déjà un échec au test. Parce que ce sont toutes des questions sur la façon de concevoir le tube dans lequel circule le sang, mais personne ne se demande pourquoi un tel tube est nécessaire ? Le sang, selon nos sources, est interdit dans la consommation, car le sang est l’âme. Dans ma parabole d’aujourd’hui, le sang est l’âme vitale. L’âme de la démocratie israélienne. Le droit de vote du citoyen israélien.

Pourquoi avons-nous besoin d’une procédure judiciaire ou d’un jugement qui nuira à l’âme de la démocratie ? Même avec tous les arguments, les plus clairs, les plus intelligents ou les plus stupides. Quelle est la justification pour retirer à l’État d’Israël sa caractéristique la plus fondamentale en tant qu’État démocratique ?
– les élections libres.
– la capacité du public à exprimer son opinion.
– la capacité du public à changer les lois qui régissent sa vie.
– la capacité du public à déterminer les modalités selon lesquelles le gouvernement du peuple opère, par le peuple, pour le peuple.

Pendant de nombreuses années, dans un processus progressif de sophistication juridique, la Cour suprême israélienne a assumé des pouvoirs sans égal dans le monde.
Au début du processus, le président de la Cour suprême, Moshe Landau, a mis en garde contre ces mesures : « C’est une condition essentielle au bon fonctionnement des tribunaux dans un pays comme l’État d’Israël – que les tribunaux s’abstiennent de s’engager dans des questions de politique, de choisir entre des visions du monde sur des questions de société, d’économie et de politique qui font l’objet de controverses publiques, chaque fois que la Knesset a donné son avis sur une question de ces questions et a exprimé sa volonté par le biais de la législation ‘Hérut ; et que toute annulation de la loi ‘Hérut par un tribunal dans des affaires telles que celles-ci fera du tribunal un partenaire principal dans le travail de la législation et font des juges le fléau des débats publics, lorsqu’une partie du public les applaudit et que l’autre partie rejette leur décision comme étant unilatérale et fondamentalement erronée. De cette manière, le tribunal n’entrera pas seulement en conflit avec la majorité dans la Knesset, mais elle perdra la confiance du grand public, condition pour qu’elle ne soit pas transférée à son statut public. Comme je le croyais, le régime constitutionnel accepté par nous tous est une démocratie parlementaire dans laquelle le peuple, à travers leurs représentants élus, expriment leur volonté d’arbitre final des questions politiques. Si le parlement élu ne remplit pas correctement son rôle, aucun remède ne sera trouvé dans le contrôle d’un régime oligarchique par un groupe de personnes, aussi sages soient-ils, prudents et honnêtes, ils ne seront autorisés à annuler les paroles des représentants publics en matière de législation, sans avoir à s’opposer, de temps à autre, au jugement du public lors des élections. Il est arrivé ce que j’ai prévu : une demande de remède miracle pour les patients du régime en place, le franchissement de la ligne rouge par les tribunaux et un mauvais service à leur égard. »

Et nous voici arrivés à l’époque où les prophéties de Landau se sont réalisées. La confiance du public dans la Cour décline en raison de son implication considérable dans les questions sociales, économiques et politiques.
Mais la confiance du public dans la démocratie demeure.
Au cours des trois dernières années, le peuple s’est rendu aux urnes à maintes reprises dans le but de parvenir à une décision, à un gouvernement stable. À maintes reprises, le public est venu voter en masse aux élections avec des pourcentages de vote surprenants et impressionnants, parmi les plus élevés parmi les pays démocratiques.

Cinq fois, nous sommes allés aux élections. Parce que le public israélien croit en la démocratie. Je crois aux élections libres. Croyez en la liberté d’expression. Croyez en la capacité de tenter de parvenir à un large accord sur toutes les questions.
Et ce dont nous avons le plus besoin est un large consensus pour corriger le système judiciaire. Le chemin n’y est pas facile.

Il sera certainement étendu si vous décidez que le sujet est affecté à un développement intelligent.
Ne soyez pas tentés de devenir des partenaires principaux dans l’élaboration de la législation. Ne soyez pas tentés de recevoir des applaudissements d’une partie du public lorsque l’autre partie rejettera votre décision comme étant unilatérale et partiale, la sortie de la crise constitutionnelle dans laquelle Israël se trouve depuis de nombreuses années ne sera que prolongée et compliquée.

Et il est clair que nous, à la Knesset, ne sommes pas exempts d’erreurs.
En vérité, le Parlement souffre de maladies, comme l’écrivait Landau.

Et dans la promotion de la réforme, ainsi que dans d’autres domaines.
Nous pourrions certainement nous tromper. Il est tout à fait possible qu’un autre ait été planté.
Mais si nous plantons, nous serons aussi ceux qui pourront réparer.
Et s’il est planté et que nous ne le réparons pas, le public qui nous a élus pourra nous remplacer, et alors le travail de réparation sera entre les mains de ceux qui viendront après nous.

Et tout comme nous, à la Knesset, pouvons corriger nos erreurs et celles de nos prédécesseurs à la Knesset, vous aussi pouvez corriger vos erreurs et celles de vos prédécesseurs devant les tribunaux.
Pour être honnête, si la Cour suprême avait été attentive aux critiques publiques croissantes, exprimées depuis de nombreuses années par de nombreuses bonnes personnes, de droite et de gauche, il n’aurait pas été nécessaire de modifier la loi.
Si le tribunal avait respecté le jugement des autres autorités et en particulier celui du public qui les a élues, et utilisé la variété des outils à sa disposition pour corriger la distorsion morale et démocratique de l’expression « tout est juste », il n’aurait pas a dû modifier les Lois fondamentales.
En fait, l’existence même de cette discussion indique que le tribunal ne respecte pas le jugement du public.

L’idée même qu’il est possible de tenir un procès propre et stérile, alors que la question fondamentale en discussion est de savoir si le tribunal fonctionne correctement aujourd’hui ou bien agi dans le passé, indique un brouillage des valeurs.
Pouvez-vous être ceux qui jugent cette question, sans crainte, sans parti pris, car il s’agit de votre honneur, de votre position et de vos pouvoirs ?
Je comprends que vous pensez que vous agissez bien, mais si vous voulez également être les arbitres finaux sur cette question, où sont les équilibres ? Où sont les freins ?

La clé du débat d’aujourd’hui n’est pas de donner les bonnes réponses mais de poser les bonnes questions. Et la bonne question est de savoir si le remède aux maux de la démocratie réside « dans le contrôle d’un régime oligarchique par un groupe de personnes, aussi sages, prudentes et honnêtes soient-elles ?
Et la réponse est non.

… Les pétitionnaires et, malheureusement, le conseiller juridique du gouvernement vous apportent également un nid de raisons, pour purifier la pensée de la discrimination et vous pousser à accepter une décision qui nie les principes fondamentaux de notre système démocratique et place le tribunal au-dessus du personnes.

Dans un pays démocratique, le peuple est souverain. N’essayez pas d’enlever au peuple israélien la démocratie et sa confiance dans la démocratie.
Joignez-vous au mouvement visant à corriger le système judiciaire et à restaurer la confiance du public en lui. Il ne s’agit pas d’une démarche politique. Il s’agit d’une démarche nécessaire à laquelle toutes les autorités gouvernementales devraient être partenaires.

Les pétitionnaires vous demandent de concevoir un pipeline qui sapera l’âme de la démocratie.
J’exige que vous demandiez pourquoi. Ne soyez pas des « cordonniers qui s’occupent de l’atome ».
Les pétitionnaires demandent un procès et moi, au nom de la majorité des personnes qui nous ont élus, je réclame justice.
Le Chabbat, nous lisons les paroles du prophète « Pour l’amour de Sion, je ne me tairai pas et pour l’amour de Jérusalem, je ne me tairai pas jusqu’à ce qu’il jaillisse comme un fleuve de justice et son salut comme une torche allumée ».
Cette nation réclame justice depuis des années, ne les faites pas attendre plus longtemps.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire