Les responsables de la sécurité n’ont pas bien évalué les conséquences de l’arrestation de Basam al-Saadi

0
120

Les responsables militaires actuels et anciens critiquent vivement la gestion des préparatifs d’une éventuelle réaction dans le sud • En attendant, les restrictions dans les agglomérations entourant Gaza et le sud se poursuivront demain également – c’est le quatrième jour consécutif malgré la colère des habitants.

Des sources de la défense affirment ce soir (jeudi) que les responsables de la sécurité n’ont pas correctement évalué les conséquences possibles de l’arrestation du chef du Jihad islamique Basam al-Saadi dans le camp de réfugiés de Jénine dans la bande de Gaza selon un rapport de Haaretz.

Selon ces sources, l’arrestation de l’activiste n’a été portée à l’attention du Commandement du Sud qu’après l’opération, et donc la première évaluation de la situation concernant les conséquences possibles pour la zone entourant Gaza n’a été menée que quelques heures plus tard, après l’arrestation. Cependant, un porte-parole de Tsahal a déclaré que « le Commandement du Sud était au courant de l’arrestation à l’avance et s’est préparé en conséquence ».

Un haut responsable de Tsahal affirme que la Division des opérations a transmis l’information au Commandement du Sud, mais que l’arrestation n’a pas été considérée comme quelque chose qui pourrait conduire à une escalade et qu’il n’y a donc pas eu d’évaluation de la situation avant qu’elle ne soit effectuée. Par ailleurs, on affirme que ce sont les reportages des médias sur l’arrestation qui ont conduit le Jihad islamique à Gaza à déclarer qu’ils réagiraient à propos de cet acte. Selon eux, après les déclarations, il y a eu une évaluation de la situation par le chef d’état-major Aviv Kochavi et le commandant du commandement sud, le général de division Eliezer Toledano.

LIRE  Syrie: pourquoi la présence de la Chine inquiète Israël ?

Les responsables militaires actuels et anciens critiquent vivement la gestion des préparatifs d’une éventuelle riposte dans le sud. Selon eux, la décision d’imposer de sévères restrictions de mouvement aux habitants de la région pourrait renforcer le Jihad islamique aux dépens du Hamas dans la bande de Gaza, ce qui pourrait également nuire à l’équilibre des forces entre les organisations en Cisjordanie, et la possibilité que le Hamas agisse comme facteur de restriction.

Tsahal estime que le Hamas a également été surpris par cette décision : « Perturber la vie de milliers de familles dans le sud en raison d’une arrestation en Cisjordanie est un exploit dont le Jihad islamique ne pouvait même pas rêver », a déclaré une source sécuritaire, raconte Haaretz.

« Dans l’opération « Gardien des murailles », nous avons combattu au sommet du pouvoir dans la tentative du Hamas de se présenter comme le responsable de ce qui se passe à Jérusalem – et maintenant voici une organisation qui est en effet radicale mais relativement petite, et dicte l’ordre du jour en Judée et Samarie. Le Jihad crée une réalité selon laquelle s’il y a des arrestations à Jérusalem, il y aura la paix dans le sud et les actions de Tsahal lui permettent de produire cette équation », a ajouté la source.

Entre-temps, à l’issue d’une évaluation de la situation, il a été décidé : les restrictions de circulation dans la bande de Gaza se poursuivront également demain – le quatrième jour consécutif malgré la colère des habitants du sud et les protestations qui commencent à augmenter.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire