Les synagogues, ainsi que les manifestations de Balfour – des monnaies d’échange

0
48

C’est ainsi que la question sacrée des prières dans les synagogues est devenue une monnaie d’échange cynique entre les mains du Likoud et de Kakhol lavan.

JDN

La conduite du cabinet est de nos jours la même que celle des partis à l’époque des scrutins d’avant, tout y est politique de la tête aux pieds. En conséquence, les synagogues, ainsi que les manifestations de Balfour, sont devenues des pièces de monnaie d’échange.

Cette mauvaise odeur suscite une profonde inquiétude : elle est née cette semaine des fuites qui continuaient à émaner des discussions au cours des réunions des responsables politiques, en particulier du cabinet du corona, qui portaient sur la fermeture hermétique projetée en Israël en ce début d’année 5771.

Ces fuites ont révélé que les décideurs parviennent à gérer la crise corona comme ils ont réussi à gérer la politique au cours des deux dernières années – mal. La face des choses est la même, à l’image de la crise politique longue et incessante qui trouble l’État d’Israël depuis deux ans maintenant, mais cette fois, les échecs peuvent avoir des incidences sur des vies humaines.

Le gouvernement a commencé la nouvelle année sur la même traînée qu’elle a terminée l’année précédente, avec les mêmes crises, tensions, explosions et routines de flexion principalement entre le Likud et Kakhol lavan, une routine de crise qui est entrée en vigueur même dans les profondeurs des discussions sur le corona et le confinement, et est conduit avec la même lourdeur et la même anarchie dans laquelle toute la vie politique a été menée ces deux dernières années.

LIRE  Le mystère de la catastrophe du sous-marin russe ultra-secret “Losharik”

Les fuites régulières qui découlent des réunions du cabinet du corona et des réunions du gouvernement montrent une lourdeur terrible à chaque fois. Il est difficile de croire qu’il s’agit du gouvernement d’urgence ou d’unité formé uniquement sous l’excuse officielle de traiter le corona, et au cours de tous les mois de son existence, il n’a pas vraiment pris de mesures pratiques pour faire face à la deuxième vague tant attendue et même quand elle arrive et que ces gens se réunissent pour en discuter, tout le débat devient politique, émotionnel et intéressé.

Le thème si sacré et si important des prières de Yom Kippour dans les synagogues est devenu une monnaie d’échange entre les mains du Likoud et de Kakhol lavan qui l’ont manipulé pour la principale raison pour laquelle ils se sont réunis : les manifestations de masse des organisations de gauche contre le Premier ministre à Balfour.

La politique précède l’essence

En règle générale, Kakhol Lavan se trouvent devant une situation conflictuelle face aux manifestations à Balfour. D’une part, la plupart des manifestants sont des électeurs de gauche issus pour la plupart des districts du Meretz qui pensent qu’ils ont le vent en poupe. D’un autre côté, ils pourraient former un public cible potentiel si Kakhol lavan était assez fort contre Netanyahou. Toutefois, Kakhol lavan est le partenaire de Netanyahou et lui donne en fait le pouvoir malgré les accusations et autres allégations portées contre lui par les organisations de gauche. Pourtant, la position officielle de Kakhol lavan est de défendre vigoureusement le droit des manifestants à se transformer en manifestations de masse, sans limites.

LIRE  120 étages, l’un des bâtiments les plus hauts du monde sera construit à Ramat Gan

Le ministre de la Justice Avi Nissenkorn protège totalement les manifestations, avec la collaboration du procureur général Avichai Mandelblit, et, dans chaque débat sur la question, ils mènent inexplicablement la demande de permettre à ces manifestations de se poursuivre, même en cas de couvre-feu général et absolu pour tous les citoyens israéliens, sans exceptions.

Tout le monde au parti Kakhol Lavan n’adhère pas à cette position et de nombreux ministres ont exprimé la ferme opinion que l’aspect politique doit être mis en attente pendant que le virus fait rage : il n’y a aucune raison de permettre à des milliers de personnes d’organiser une manifestation politique précisément lorsque l’on impose un confinement globalisé à tous les citoyens. Pour de nombreux députés également de gauche, il ne semble pas bon qu’ils se battent pour des manifestations alors que les citoyens paient des prix élevés pour une fermeture sévère.

D’un autre côté, Netanyahou met également tout son poids sur l’annulation de ces manifestations et donne l’impression que c’est l’un de ses intérêts clairs à imposer la fermeture. C’est ainsi que nous sommes arrivés au point où la question des manifestations devient le principal sujet de débats intenses entre les membres du gouvernement et les membres du cabinet du corona.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire