Les violations des droits de l’homme par des Palestiniens

Les violations des droits de l’homme par des Palestiniens

0
76
Palestinian plain-clothed security officers detain a man during a demonstration in the city of Ramallah in the occupied West Bank, on June 26, 2021, to protest the death of human rights activist Nizar Banat while in the custody of Palestinian Authority (PA) security forces. - Thousands of mourners attended on June 25 the funeral of the 43-year-old Banat, a day after he died in custody following his violent arrest by Palestinian security forces, which sparked outrage in the occupied West Bank. He was known for social media videos denouncing alleged corruption within the PA. (Photo by Ahmad GHARABLI / AFP) (Photo by AHMAD GHARABLI/AFP via Getty Images)

Palestiniens: Les véritables violations des droits de l’homme

L’année dernière, les Palestiniens et leurs partisans du monde entier se prenaient dans les bras après que les autorités de sécurité israéliennes ont fermé sept ONG palestiniennes qui avaient des liens avec le groupe terroriste, le Front populaire pour la libération de la Palestine (PFLP). Neuf pays européens ont publié une déclaration conjointe dans laquelle ils ont rejeté la décision israélienne et ont annoncé qu’ils continueraient à coopérer avec les organisations palestiniennes.

Le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a également pesé sur la décision israélienne, Abbas a déclaré que les dirigeants palestiniens tendaient la main aux parties concernées “pour mettre fin à ces provocations israéliennes contre nos institutions qui fonctionnent conformément au droit international et aux droits de l’homme”.

Les condamnations de la décision israélienne par les pays européens, les Nations Unies et les Palestiniens sont venues malgré les rapports de l’organisation indépendante Monitor des ONG documentant le lien entre les organisations palestiniennes et le FPLP, désigné par les États-Unis et d’autres pays comme une organisation terroriste étrangère.

Les voix de ceux qui ont dénoncé Israël pour avoir pris des mesures contre des organisations liées à un groupe terroriste palestinien, cependant, sont silencieuses lorsque les Palestiniens dénoncent leurs propres institutions de défense des droits de l’homme. Lorsque les Palestiniens commettent des violations des droits de l’homme contre les Palestiniens, l’Union européenne et l’ONU sont plus que indifférentes. Ce n’est que lorsque Israël prend la décision de se défendre contre le terrorisme que nous entendons leurs cris soi-disant justes. Les Européens et l’ONU semblent être plus préoccupés par les droits des organisations affiliées au terrorisme que par les droits des organisations qui s’expriment contre les violations des droits de l’homme perpétrées par les Palestiniens.

Quant à Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne de 87 ans qui a condamné Israël pour avoir fermé les organisations affiliées à la FPLP, il s’est à nouveau affiché comme un hypocrite invétéré.

Pour commencer, le FPLP ne reconnaît pas qu’Israël a même le droit d’exister. Imaginez si un groupe disait que l’Allemagne, l’Ukraine, la Moldavie ou Taïwan n’avaient pas le droit d’exister.

En outre, le FPLP a mené d’innombrables attaques terroristes contre Israël et les Juifs, et critique régulièrement Abbas et l’AP pour avoir mené la coordination de la sécurité avec Israël.

Entre 1968 et 1972, le FPLP a également effectué un certain nombre de détournements contre des compagnies aériennes internationales ; et en 2002 et 2003, il a revendiqué quatre attentats suicides en Israël et en Cisjordanie.

Récemment, même Abbas lui-même a décidé de punir le PFLP, qui fait partie de sa propre Organisation de libération de la Palestine (OLP). Il a coupé tous les fonds à l’organisation.

Dans le passé, la même Autorité palestinienne a également emprisonné le secrétaire général du FPLP, Ahmed Saadat, qui était responsable de l’assassinat en 2001 du ministre israélien du Tourisme, Rehavam Ze’evi, à Jérusalem.

Le PFLP, en fait, a longtemps été un casse-tête pour Abbas et son AP. C’est pourquoi la fermeture des organisations affiliées à la PFLP en Cisjordanie sert en fait les intérêts de l’AP : elle affaiblit ses rivaux politiques.

Pourquoi Abbas est-il hypocrite ? Alors qu’il a accusé Israël de cibler les ONG palestiniennes, il a ordonné à ses forces de sécurité de sévir contre Lawyers for Justice, un groupe d’avocats palestiniens indépendant basé à Ramallah, la capitale de facto des Palestiniens.

Le 26 mars, le ministère de l’économie nationale de l’AP a informé les avocats de la justice de la décision du ministère de ne pas renouveler l’enregistrement de l’organisation en tant que société civile. Selon le ministère, la décision est basée sur une demande du Service de renseignement général palestinien de geler l’enregistrement de l’organisation sous prétexte qu’elle s’est engagée dans des “activités à but non lucratif” et a accepté un financement étranger en violation de la loi de l’Autorité palestinienne.

Lawyers for Justice travaille pour soutenir les militants palestiniens des droits de l’homme et les prisonniers politiques détenus par l’Autorité palestinienne. Il surveille et documente également les violations des droits de l’homme commises par les forces de sécurité de l’AP.

L’organisation a publié un certain nombre de rapports critiquant l’AP pour son emprisonnement et sa torture de militants politiques palestiniens en Cisjordanie. En outre, il a suivi de près le cas de l’éminent militant des droits de l’homme et de l’activiste politique Nizar Banat, battu à mort en 2021 par des agents de sécurité palestiniens qui sont venus l’arrêter à Hébron.

Dans l’un de ses récents rapports, Lawyers for Justice a révélé que le nombre de militants politiques palestiniens arrêtés par l’AP a considérablement augmenté, alors que les manifestations et les assemblées pacifiques étaient réprimées :

“Le groupe note que la politique de suppression des libertés s’étend clairement aux droits et libertés publics, y compris la liberté d’opinion et d’expression et la liberté d’affiliation politique, qui sont des droits constitutionnels qui doivent être respectés et préservés.”

Il n’est donc pas étonnant qu’Abbas et l’Autorité palestinienne tentent de se débarrasser des avocats pour la justice.

Les dirigeants palestiniens ne tolèrent aucune forme de critique. Ils ne veulent pas entendre les plaintes concernant les violations des droits de l’homme commises par les forces de sécurité palestiniennes. Ils ne veulent pas d’organisations de défense des droits de l’homme qui les défient en public et exigent la fin de la suppression des libertés.

Les seules organisations de défense des droits de l’homme que les dirigeants palestiniens veulent voir sont celles qui dirigent leur haine contre Israël, ou celles qui sont affiliées à des groupes terroristes tels que le PFLP, ou celles qui concentrent leur temps et leur énergie sur la défense des droits des terroristes qui mènent des attaques contre les Juifs.

Selon Lawyers for Justice, il n’existe aucune loi de l’Autorité palestinienne qui interdit aux avocats en leur titre individuel ou dans le cadre d’une société civile de fournir des services juridiques gratuits. La nouvelle mesure contre le groupe est illégale : elle a été prise par une agence de sécurité palestinienne, et non par le ministère de l’économie nationale de l’AP, qui est chargé d’accorder des licences à de tels groupes, a précisé Lawyers for Justice dans un communiqué, ajoutant :

« Nous considérons la décision du ministère de l’Economie nationale, intervenue à la demande du Service général des renseignements, comme faisant partie intégrante de l’état de répression et de persécution des militants des droits de l’homme, en particulier au cours des trois dernières années, qui ont connu une forte accélération du rythme de suppression des libertés publiques et des droits constitutionnels garantis par la Loi fondamentale palestinienne et les conventions internationales relatives aux droits de l’homme ».

Selon Front Line Defenders, une organisation irlandaise de défense des droits de l’homme dont l’objectif général est de permettre aux défenseurs des droits de l’homme de poursuivre leur travail sans risque de harcèlement, d’intimidation ou d’arrestation :

“Lawyers for Justice est confronté à de graves conséquences qui affecteront son existence en tant qu’organisation de défense des droits de l’homme en raison des mesures punitives et des restrictions imposées à son enregistrement. Cela entravera son travail en bloquant sa capacité à conclure des accords contractuels avec des organisations locales ou internationales, ou à avoir un compte bancaire.

“Les efforts de l’Autorité palestinienne pour entraver le travail des avocats en matière de justice en matière de droits de l’homme sont en cours depuis plusieurs années. Le groupe a été soumis à différentes formes de harcèlement ciblé [par l’Autorité palestinienne], y compris des campagnes de harcèlement judiciaire et de diffamation…”

Muhannad Karajah, chef des avocats pour la justice, aurait déclaré que le fait de museler son groupe reflète une tendance plus large de l’Autorité palestinienne à “réduire l’espace pour les organisations de la société civile et à renforcer davantage ses services de sécurité”. Sans inscription valide, a déclaré Karajah, Lawyers for Justice ne pourra pas accéder à ses comptes bancaires et pourrait voir ses bureaux fermés et son personnel arrêté.

Jusqu’à présent, la question des avocats pour la justice n’a pas réussi à attirer l’attention de la communauté internationale ou des médias grand public en Occident. Ce silence sert l’objectif de l’Autorité palestinienne de musener ses critiques tout en poursuivant sa campagne pour diffamer Israël et diaboliser et assassiner les Juifs.

En gardant le silence sur les violations des droits de l’homme commises par l’Autorité palestinienne, l’ONU et de nombreux pays occidentaux font une terrible injustice aux Palestiniens, qui continueront à subir la répression et la répression sous l’AP tandis que la communauté internationale, obsédée seulement par la diffamation d’Israël, regarde de l’autre côté.

© Bassam Tawil

Bassam Tawil est un arabe musulman basé au Moyen-Orient.

https://www.gatestoneinstitute.org/19604/palestinians-human-rights-violations

Sur la photo : des agents de sécurité en civil de l’Autorité palestinienne (AP) ont battu un homme à Ramallah le 26 juin 2021, lors d’une manifestation pour protester contre la mort du militant des droits de l’homme et politique Nizar Banat alors qu’il était détenu par les forces de sécurité de l’AP. (Photo par Ahmad Gharabli/AFP via Getty Images)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop