L’Université hébraïque développe un test plus rapide et moins cher

0
122

Des chercheurs israéliens à l’Université hébraïque de Jérusalem développent un test du COVID-19 plus rapide et moins cher

Le nouveau test fournirait des résultats 4 à 10 fois plus rapides que la méthode actuelle, et il est fait presque entièrement à partir de matériaux facilement disponibles à l’achat dans le pays.

Des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem ont annoncé dimanche qu’ils avaient développé une nouvelle méthode de test pour COVID-19 qui est non seulement 4 à 10 fois plus rapide que les tests les plus couramment utilisés aujourd’hui, mais aussi beaucoup moins cher, tout en fournissant le même niveau de précision.
En outre, la plupart des matériaux nécessaires pour effectuer le nouveau test sont déjà disponibles en Israël, atténuant considérablement à la fois la grave pénurie de matériaux de test du pays et sa forte dépendance économique à l’égard des marchés commerciaux étrangers.
La méthode a été développée dans les laboratoires du professeur Nir Friedman de l’Institut des sciences de la vie et de la faculté d’ingénierie et d’informatique et de la docteure Naomi Haviv du centre de recherche en neurosciences de l’Université hébraïque, et est basée sur des matériaux qui ne sont pas affectés par les pénuries mondiales et peuvent même être recyclés pour une utilisation répétée lors de futurs tests.
La méthode couramment utilisée aujourd’hui pour les tests COVID-19 consiste à extraire des molécules d’ARN de l’échantillon d’un patient pour déterminer si elles contiennent de l’ARN viral, ce qui confirme la présence du coronavirus.
Le nouveau test développé par les chercheurs effectue la même action, mais est fabriqué à partir de matériaux plus communément réalisables, qui produisent des résultats à une vitesse beaucoup plus élevée.
Haviv a déclaré: “Nous avons une méthode d’extraction d’ARN efficace, 4 à 10 fois plus rapide que la méthode actuelle. Elle est basée sur des billes magnétiques et peut être effectuée à la fois robotiquement et manuellement.”

Outre les billes magnétiques, tous les autres matériaux nécessaires pour effectuer les tests sont disponibles à l’achat en Israël. Les billes elles-mêmes sont recyclables et peuvent être réutilisées pour effectuer de futurs tests.

LIRE  Ahed Tamimi définit « l’occupation » : Jaffa, Haïfa et Saint-Jean d’Acre…
“La méthode robotique a déjà subi une série de tests à l’hôpital Hadassah, utilisant des centaines d’échantillons de patients – et est maintenant opérationnelle.”

Friedman a également mentionné les comparaisons de tests réussies effectuées à Hadassah, affirmant que l’équipe “avait déjà utilisé la méthode sur des centaines d’échantillons à Hadassah, et que tous les tests étaient identiques aux résultats obtenus avec le test actuel”.
Il a déclaré que la prochaine étape de leurs recherches consistait à développer une méthode permettant de tester simultanément des dizaines de milliers d’échantillons.
Cette méthode sera basée sur des outils de séquençage génomique, et les premiers résultats semblent prometteurs.
“Nous sommes en train de développer un test qui permettra de tester 15 000 personnes en même temps. Nous avons déjà des indications très positives qui nous encouragent à croire que cela peut fonctionner”, a déclaré Friedman.
Le développement de la nouvelle méthode actuellement utilisée a été dirigé par le Dr Ayelet Rahat, le Dr Masha Adam, Alon Chapelbaum, le Dr Ronen Sadeh et le Dr Anise Kluschendler, ainsi que deux experts de l’industrie de la robotique, le Dr Uri Shabi et le Dr Moshe Cohen.
L’étude a été financée par la Fondation Edmund de Rothschild et réalisée par une équipe de 15 personnes dans les laboratoires de l’Université hébraïque.
Adaptation : Marc Brzustowski

Aucun commentaires

Laisser un commentaire