La mort de Yossef Othaman pleurée par ses voisins orthodoxes

0
508

L’attentat de Har Adar a provoqué la mort de trois responsables de la sécurité, dont un arabe du nom de Yossef Othaman, originaire du bourg d’Abou Gosh, sur la route de Tel Aviv à Jérusalem. De manière surprenante, sa mort laisse les Juifs vivant à Telz Stone, la ville orthodoxe voisine, dans la douleur.

Le père du défunt travaille depuis des décennies à Telz Stone dans la surveillance du Beth A’hlama, cet important foyer pour femmes après naissances connu dans tout le pays. Il se fait appeler Arié, d’après le nom que son grand-père s’est donné malgré ses origines musulmanes, et lui-même, a-t-il pu raconter, songe à une conversion…

Issam/Arié « fréquente » l’office organisé dans l’enceinte du Beth A’hlama à Sim’hath Tora, quand, au moment de « Kol hane’arim » (une montée à la Tora consacrée à « tous les enfants ») les bébés se trouvant dans cette institution sont amenés à la séance, ainsi que de nombreux habitants de la ville, le tout en faisant la plus importante montée des enfants du monde. Et c’est Issam qui vient, chaque année, pour filmer ce moment exceptionnel !

Le fils défunt Yossef était aussi connu des fidèles de ce minian, rapporte le site ‘Hadré ‘Hadarim. Ne serait-ce que cette année-ci, à Roch haChana, il a remplacé son père pour assurer la garde de cet endroit, et les fidèles parlent de relations d’amitié et de confiance exceptionnelles avec eux.

 

Mais, à dire vrai, il en était de même avec le terroriste : il s’avère qu’il travaillait chez des familles de Har Adar à titre d’homme de ménage, et cela a été le cas entre autre chez une journaliste connue du nom de Wecksler, présentant la météo dans un grand média… Inutile de préciser que personne ne soupçonnait que cet homme, marié et père de 4 enfants, allait un jour se lever et abattre trois personnes !

LIRE  Jérusalem : le nouveau quartier que la mairie veut voir sortir de terre

Toutefois, il s’avère après coup (information de Israël Hayom) que ce dernier, Namer A’hmoud Ma’hmad Gamal, avait connu un grand drame : ses relations avec sa femme étaient mauvaises, au point que celle-ci a fini par le quitter et se réfugier en Jordanie, lui laissant leurs quatre enfants. Il décida de se suicider, mais préféra le faire de cette manière – il est vrai qu’ainsi il laisse à ses enfants une bonne rente, puisque l’Autorité palestinienne attribue de grandes sommes à la famille de meurtriers de cet ordre…

 

Le tout est fort triste.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire