Négociations sur la frontière maritime : la première réunion au Liban s’est terminée

0
38

Des représentants israéliens sont arrivés au quartier général de la FINUL à Nakura, à 200 mètres de la frontière, pour ouvrir des pourparlers avec le Liban qui ont duré environ une heure et demie. Il s’agit des premières négociations civiles entre les deux pays en 30 ans, et la deuxième réunion est prévue pour encore deux semaines. La délégation comprend le directeur général du ministère de l’Énergie et le conseiller politique de Netanyahou.

Ynet

La délégation israélienne est arrivée ce matin (mercredi) dans la ville de Nakura, dans le sud du Liban, pour participer aux discussions sur la démarcation de la frontière maritime économique entre Israël et le Liban. Les pourparlers ont été menés au siège de la FINUL dans la ville côtière à 200 mètres de la frontière et, pour la première fois, des négociations civiles ont lieu entre les deux pays depuis 30 ans. La deuxième réunion aura lieu le 28 octobre.

Les négociations portent sur une zone relativement petite de 850 kilomètres carrés qui est en litige. Pour Israël, cela représente moins de 2% de la superficie totale de son eau économique, et pour les Libanais environ 3%. Un haut fonctionnaire du ministère de l’Énergie, qui est en charge des pourparlers, a déclaré hier que si la partie libanaise venait aux pourparlers avec une approche pragmatique, elle recontrerait également à une approche pragmatique du côté israélien. « De cette façon, nous pouvons avancer », a-t-il déclaré. « C’est mieux que de rester coincé pendant encore cinq ou dix ans. »

La délégation israélienne comprend des membres de haut niveau du ministère de l’Énergie, dont le directeur général Udi Adiri, ainsi que le conseiller politique du Premier ministre Reuven Ezer, le ministre des Affaires étrangères Alon Bar et le chef de la division stratégique de Tsahal, le général de brigade Oren Seter. La partie libanaise était représentée principalement par du personnel militaire, et peut-être aussi par le chef d’état-major du ministère libanais des Affaires étrangères.

LIRE  En Suède, une manifestation néonazie interrompue grâce à une importante contre-mobilisation

Des membres de la FINUL, dirigés par le commandant de la Force, le général Stefan del Cole, ont également participé aux pourparlers, en plus de l’envoyé de l’ONU au Liban, Jan Kubish. La partie américaine était représentée par le secrétaire d’État adjoint américain David Shenkar, qui a dirigé la percée dans les contacts israélo-libanais, et l’ambassadeur algérien américain John Drusher, qui était chargé d’escorter les pourparlers.

Le responsable du ministère de l’Énergie a ajouté qu’il ne s’agissait pas d’un processus de paix ou d’une normalisation, et a précisé que les négociations n’étaient pas similaires à l’accord de paix avec les émirats. « L’objectif est limité et clair : nous le traitons comme un différend technico-économique et voulons le résoudre », a-t-il déclaré. L’intention est de résoudre le conflit afin d’ouvrir la voie à l’utilisation des ressources au profit des deux peuples. « 

On estime que les Libanais ont décidé d’entamer des pourparlers avec Israël après avoir réalisé que les économies pour leur économie dans le cas où ils trouveraient un réservoir de gaz de taille moyenne pourraient atteindre cinq à six milliards de dollars par an. Le règlement du différend peut apporter des économies similaires à l’économie israélienne et, en même temps, contribuera également à renforcer la stabilité régionale, car ces différends sont une cause d’instabilité et d’incertitude.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire