Netaniahou, en isolement, prononce un discours enflammé !

2
415

Dans son discours prononcé de la place réservée aux personnes en isolement à la Knesseth (il revient de vacances à l’étranger) (notre photo), Netanyahou a critiqué le travail du gouvernement face au virus corona, au sujet du projet nucléaire iranien et envers les Palestiniens – les qualifiant de « trois omissions ». A la fin de son discours, Netanyahu a salué : « Avec l’aide de D’, une année va commencer avec ses bénédictions ! »

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a violemment attaqué ce soir (jeudi) la coalition au plénum de la Knesset, concernant le budget qui sera soumis au premier vote : « Le budget qui a été présenté aujourd’hui est un mauvais budget. Il nuit tant aux agriculteurs et aux couches les plus faibles, qu’à la périphérie et à la classe moyenne. »

Dans son discours, Netanyahou a déclaré : « Vous avez donné des sommes énormes à Mansour Abbas et Mahmoud Abbas, car votre sort en dépend. Outre cela, vous avez commis trois énormes erreurs ! La première concerne le corona : nous avons mis entre vos mains un pays qui se trouvait dans les meilleures conditions au monde.

« En seulement deux mois, vous nous avez amenés dans le pire endroit du monde – près de 11 000 cas attestés par jour. Cela s’est produit parce que vous avez ignoré mon appel pour apporter immédiatement le troisième vaccin en Israël et trainé  de 6 semaines supplémentaires. Vous vous êtes attardé et dans votre impuissance vous parlez aujourd’hui de « contenir les morts » et continuez de permettre des réunions en grande foule, comme si de rien n’était. »

LIRE  Xavier Bertrand, candidat à la présidentielle : “La conduite d'Israël est légitime"

« Le deuxième problème – l’Iran. La seule chose qui est ressortie de la réunion avec le président Biden est l’engagement de Bennett qu’Israël ne se prononcera pas contre l’accord nucléaire avec l’Iran. Pendant des années, j’ai refusé de prendre un tel engagement, comme j’ai refusé de m’engager à la politique « pas de surprises » de la part de notre gouvernement.

« L’accord nucléaire avec l’Iran met en danger notre existence même, alors j’ai agi contre lui partout et de toutes les manières. Si nous ne l’avions pas fait à la fois politiquement et opérationnellement, l’Iran aurait depuis longtemps un arsenal d’armes nucléaires.

Netanyahu a poursuivi : « La troisième omission : les Palestiniens. Nachman Shai a révélé la vérité lorsqu’il a déclaré qu’afin d’obtenir la paix pour la Maison Blanche, Bennett n’a pas répondu au meurtre de notre combattant, le regretté Barel Shmueli. Et je réitère les condoléances à sa famille. Non seulement Bennet n’a pas réagi, il a également transféré un demi-milliard de shekels à Abbou Mazen.

« Vous offrez aux Palestiniens des cadeaux gratuits et leur permettez de reprendre place dans l’agenda mondial (duquel nous sommes parvenus à les faire disparaitre). Alors que nous avons contourné les Palestiniens et conclu quatre accords de paix historiques avec des pays arabes, sans leur faire de cadeau. Ce n’est pas un gouvernement de guérison – c’est un gouvernement laxiste, un gouvernement par défaut. Et le tout dans une énorme étreinte médiatique.

« Vous souvenez-vous de l’époque dans notre gouvernement où chaque communiqué de presse s’ouvrait avec le titre « Échec », pour des bêtises ? Mais à propos de vos énormes échecs, les médias transgressent leur rôle et restent silencieux. Ils sont le porte-parole du gouvernement, et Bennett est le éthrog des médias.

LIRE  Nouvelle frappe d’Israël sur le centre chimique de Jamraya

« À Roch Hachana, nous demandons généralement : ‘Soyons à la tête et non à la queue.’ Maintenant c’est exactement le contraire : la queue, avec six sièges, est devenue la tête. Plus que jamais nous devons demander que l’année avec ses malédictions cesse, et qu’une année avec ses bénédicttions va commencer ! »

2 Commentaires

  1. Il est ahurissant de constater comment tout s’écroule de toute part.
    Tous les repères réputés solides ou conçus comme tels chancellent.
    Qui peut dire aujourd’hui où l’on va ?
    Personne !

Laisser un commentaire