Pas seulement un lapsus : les manuels palestiniens regorgent de négation de l’Holocauste

0
38

Juif.org

Le président palestinien Mahmoud Abbas est finalement revenu sur ses remarques controversées sur l’Holocauste faites mardi en Allemagne, après avoir suscité l’indignation en Israël et à l’étranger.

Dans une déclaration écrite mercredi, il a affirmé qu’il n’avait pas l’intention de nier « la singularité de l’Holocauste – le crime le plus odieux de l’histoire humaine moderne ».

Mais, ce même Mahmoud Abbas à l’époque, a affirmé dans son doctorat que l’Holocauste n’était rien de plus qu’un « mensonge fantastique ». Et il semble qu’il continue de nourrir cette croyance dans son rôle de chef de l’Autorité palestinienne.

Les manuels scolaires distribués à plus d’un million d’élèves arabes en Judée Samarie, y compris dans les écoles appartenant à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de « Palestine » dans le Proche-Orient (UNRWA), semblent empreints d’antisémitisme, y compris de négation de l’Holocauste.

Sous la directive d’Abbas, le ministère palestinien de l’Éducation a mis en œuvre une réforme complète du programme, à la suite de quoi le contenu des manuels scolaires est devenu beaucoup plus radical – par rapport aux années précédentes.

Le matériel pédagogique retravaillé comprend désormais des appels au Jihad, à la violence et à l’incitation contre Israël et les Juifs. De plus, les tentatives précédentes pour parvenir à la paix avec Israël, comme les accords d’Oslo, ont été délibérément omises des nouveaux manuels.

Bien qu’Abbas ait clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention de nier l’Holocauste, les nouveaux manuels palestiniens ne mentionnent pas du tout le génocide des Juifs. L’Holocauste a été complètement omis des livres d’histoire qui enseignent la Seconde Guerre mondiale et son influence sur le cours de l’histoire.

LIRE  La yiddishisation forcée du Birobidjan: la stratégie de Staline pour contrôler les Juifs

Étonnamment, les Nations Unies, qui favorisent souvent les Palestiniens vis-à-vis d’Israël, sont également critiquées dans les manuels. Les étudiants reçoivent l’ordre d’avoir un simulacre de procès dans lequel ils poursuivent l’ONU pour ne pas avoir protégé les Palestiniens pendant la Nakba, également connue sous le nom de catastrophe palestinienne.

En outre, le massacre d’athlètes israéliens par des terroristes palestiniens aux Jeux olympiques de Munich en 1972 est décrit sous un jour positif et présenté comme un exemple de lutte palestinienne légitime.

Les manuels scolaires incluent également la diabolisation du judaïsme, plutôt que juste Israël – comme c’était le cas avant la réforme de l’éducation d’Abbas.

Les enseignants ont également pour instruction de baisser les notes des élèves qui ne font pas de lien entre « les massacres sionistes et la religion juive ». Un livre d’histoire enseigné en 11e suggère que les Juifs gouvernent le monde, en utilisant l’imagerie antisémite classique d’un bras décoré de l’étoile de David tenant le globe.

Les étudiants palestiniens apprennent également que les Juifs sont des racistes qui contrôlent tout l’argent, les médias et la politique du monde, l’exploitant pour leur propre bien. Les Juifs sont également qualifiés de menteurs et de corrompus, et d' »ennemis de l’Islam ».

Certains manuels parlent également ouvertement du génocide qui attend les Juifs à la fin des temps, à l’instar du contenu qui apparaît dans le Pacte du Hamas.

Le contenu glorifie également le meurtre de civils lors d’attaques terroristes. Un terroriste tel que Dalal Mughrabi, qui a dirigé l’attaque contre un bus israélien en 1978 qui s’est soldée par le meurtre de 38 Israéliens – dont 13 enfants – est idolâtré comme modèle dans un manuel destiné à la cinquième année.

LIRE  Ce que l’Israélien Eytan Stibbe emportera dans la station spatiale

La langue arabe est enseignée à travers une histoire choquante, qui dépeint le port de ceintures explosives et suicidaires. L’histoire décrit des Palestiniens qui « égorgeaient des soldats ennemis » et « portaient des ceintures d’explosifs et transformaient ainsi leurs corps en un feu qui brûle le char sioniste ».

Une nouvelle par IMPACT-se, une organisation israélienne à but non lucratif qui surveille le contenu des manuels scolaires, a analysé des centaines de pages des nouveaux manuels scolaires de l’UNRWA et a découvert que l’agence continue d’inciter à la violence et d’effacer Israël des cartes géographiques.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire