Pompeo: des armes aux EAU sans nuire à l’avantage d’Israël

Pompeo: des armes aux EAU sans nuire à l’avantage d’Israël

0
31

Ces remarques sont intervenues en pleine controverse en Israël sur la question de savoir si Washington vendra des avions furtifs F-35 à Abu Dhabi, maintenant qu’Israël et les Émirats arabes unis ont des relations diplomatiques.

«Les États-Unis ont des exigences légales en ce qui concerne le QME, et nous respecterons cela», a déclaré Pompeo. «Nous entretenons également une relation de sécurité de plus de 20 ans avec les Émirats arabes unis.»

Sans mentionner les F-35 ou tout autre système par son nom, Pompeo a déclaré que les États-Unis veulent «s’assurer que nous livrons l’équipement [dont les EAU] ont besoin pour se défendre de la… menace de la République islamique» d’Iran.

Mais il a dit qu’il était «sûr que nous trouverons un moyen» de le faire tout en assurant la supériorité militaire d’Israël au Moyen-Orient.

Netanyahou a déclaré que l’accord de normalisation avec les EAU «n’incluait pas l’acceptation par Israël d’un accord sur les armes. Je ne connais aucun accord sur les armes qui ait été conclu mais notre position n’a pas changé.

LIRE  Et alors ? Rien... (politique)

Le Premier ministre a ajouté qu’il avait réitéré ses objections à Pompeo, qui s’est dit fermement engagé à maintenir le QME d’Israël. «Cela a été vrai pendant quatre décennies de paix avec l’Égypte et 2,5 décennies de paix avec la Jordanie. Les États-Unis ont maintenu cet avantage et je suis convaincu qu’ils continueront de le faire », a-t-il déclaré.

La veille, le conseiller spécial de la Maison Blanche, Jared Kushner, a déclaré sur CNN que « ce nouvel accord de paix devrait augmenter la probabilité [que les EAU] obtiennent des [F-35] ».

Au cours de la semaine dernière, les discussions sur l’achat des avions par les EAU ont soulevé la question de savoir si le Premier ministre savait que cela se produirait peu de temps après la normalisation – ce qu’il a nié lundi – et les critiques de Netanyahu pour ne pas avoir informé le ministère de la Défense de la question.

Pompeo et Netanyahou ont également abordé la décision des États-Unis de déclencher des «sanctions de reprise» contre l’Iran, qui empêcheraient que l’embargo sur les armes de l’ONU sur la République islamique ne s’épuise dès octobre. Les autres parties prenantes à l’accord nucléaire iranien affirment que les États-Unis ne sont pas autorisés à le faire, car ils ont quitté le cadre défini, en 2018. Le Plan d’action global conjoint (JCPOA), selon le nom donné au plan, est un document distinct de la Résolution du Conseil de l’ONU instituant le mécanisme de reprise, qui stipule que tout membre permanent du CSNU peut déclencher le maintien des sanctions.

LIRE  Cristiano Ronaldo au cœur d’une tempête

Netanyahou a félicité les États-Unis pour avoir « résisté à l’agression iranienne » en appelant à des sanctions de reprise, avertissant qu’il serait « scandaleux » pour le monde de permettre l’expiration de l’embargo sur les armes, facilitant ainsi à son régime l’obtention de « chars, missiles aériens et de défenses anti-aériennes pour poursuivre sa campagne d’agression dans la région et dans le monde.

«C’est juste absurde», a t-il dit.

Netanyahou a souligné que les États du Golfe sont aussi fermement opposés à la fin de l’embargo que lui.

«Je suggère à nos amis, en particulier à nos amis européens à ce stade, que lorsque les Arabes et les Israéliens s’entendent sur quelque chose, il est logique d’y prêter attention», a-t-il déclaré.

Pompeo a déclaré que les États-Unis «utiliseront tous les outils dont nous disposons» pour garantir que l’Iran n’atteindra pas l’arme nucléaire, et il est convaincu qu’ils réussiront.

«Nous pensons que c’est dans le meilleur intérêt du monde entier. De nombreux dirigeants me le disent en privé. Il est temps de se lever… L’Iran est sur le point d’avoir accès à ces armes et à cet argent », a-t-il déclaré. La semaine dernière, Pompeo a précisé que les dirigeants du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne avaient tenu ces propos en privé (mais n’avaient pas le courage d’une posture assumée publiquement).

Netanyahou et Pompeo ont loué l’accord EAU-Israël, le Premier ministre l’appelant «l’alliance des modérés contre les radicaux» et «une aubaine pour la paix et la stabilité régionale».

Le Premier ministre a exprimé l’espoir que davantage de nations officialiseraient leurs relations avec Israël, affirmant qu’il pourrait y avoir «de bonnes nouvelles dans un proche avenir».

LIRE  Halamish : le Grand rabbin sefarade d’Israël s’exprime

L’itinéraire de Pompeo pour cette semaine comprend le Soudan et Bahreïn, deux pays avec lesquels les relations d’Israël se sont récemment réchauffées et pourraient suivre les traces des Émirats arabes unis, que le secrétaire d’État prévoit également de visiter.

Le secrétaire d’État rencontrera également le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le ministre de la Défense Benny Gantz à Jérusalem.

En outre, Pompeo prononcera un discours à la Convention nationale républicaine lundi, via un lien vidéo depuis un «lieu inconnu» à Jérusalem.

Le département d’État a déclaré que Pompeo «abordera la convention à titre personnel. Aucune ressource du Département d’État ne sera utilisée. Le personnel n’est pas impliqué dans la préparation des remarques ou dans les préparatifs de la comparution du secrétaire Pompeo. Le département d’État ne supportera aucun frais en rapport avec cette comparution.  »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
ILS Shekel israélien
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop