Le président philippin recadré par le président d’Israël

0
313
L’EXPRESS.fr

Le président israélien Reuven Rivlin (D) reçoit son homologue philippin Rodrigo Duterte (G) à Jérusalem le 4 septembre 2018.

Rodrigo Duterte avait comparé sa guerre contre la criminalité et le trafic de drogue avec l’extermination des Juifs par Hitler.

Le président israélien, Reuven Rivlin, a délivré mardi une brève leçon d’histoire à son homologue philippin, Rogrigo Duterte, qui s’était comparé au chef nazi responsable de la Shoah. « Hitler incarnait en fait le diable », a déclaré Reuven Rivlin au président philippin en visite à Jérusalem, « c’était le diable sur Terre ».

Le chef d’Etat israélien a ajouté que la visite du président philippin lundi à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, avait dû lui faire comprendre combien toute référence à Hitler était sensible. Une sortie qui fait écho à la polémique provoquée en septembre 2016 par Rodrigo Duterte, qui avait fait référence à Hitler pour justifier ses méthodes sanglantes pour combattre la criminalité et le trafic de drogue qui ont fait des milliers de morts aux Philippines.

« Hitler a massacré trois millions de Juifs. Bon, il y a trois millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer », avait-il dit. Selon les historiens, six millions de Juifs ont été tués durant la Seconde Guerre mondiale.

Les propos du président philippin avaient suscité une profonde indignation internationale, notamment d’Israël. Il avait présenté ses excuses et s’était rendu dans une synagogue quelques jours plus tard.

Rodrigo Duterte a paru attentif aux propos du président israélien mardi. Il doit déposer mercredi à Rishon LeZion (centre) une gerbe au monument érigé en hommage à la décision des Philippines d’accueillir 1 300 Juifs qui fuyaient la Shoah. Il se rendra ensuite en Jordanie.

LIRE  « Le procès Klaus Barbie, Lyon, 1987 », au Mémorial de la Shoah

Manifestations des défenseurs des droits de l’Homme

La visite du président philippin a suscité l’indignation parmi l’opposition israélienne et les défenseurs des droits de l’Homme, qui dénoncent les propos outranciers de Rodrigo Duterte ainsi que ses méthodes brutales contre le trafic de drogue. Ils ont notamment accusé le gouvernement israélien de fermer les yeux sur les violations des droits par Rodrigo Duterte au nom d’intérêts commerciaux.

Plusieurs dizaines d’Israéliens opposés aux ventes d’armes aux Philippines ont manifesté à l’extérieur de la présidence durant la rencontre. « Nous protestons contre l’implication d’Israël dans les crimes commis là-bas [aux Philippines] », a affirmé l’avocat et militant des droits de l’Homme, Itay Mack.

La visite de trois jours du chef d’État philippin pourrait en effet aboutir à la signature de contrats significatifs, au moment où Manille prévoit un programme de plusieurs milliards de dollars de modernisation de ses forces armées.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire