Retour au pouvoir de l’antisémite Mahathir

0
131

Malaisie : Retour au pouvoir d’un Premier Ministre antisémite

 Mohamad Mahatir, âgé de 92 ans, est sorti de sa retraite pour remporter les élections parlementaires malaisiennes et redevenir le Premier Ministre du pays. Il est doté d’un palmarès impressionnant de déclarations d’un antisémitisme extrême. L’une d’entre s’est particulièrement illustrée parce qu’elle a été proférée lors d’un rassemblement de pratiquement tous les pays musulmans. Tant les propos tenus par Mahatir que les réactions internationales qu’ils ont suscités valent la peine qu’on s’en souvienne. Ils apportent un éclairage supplémentaire sur ce qu’il est advenu depuis cette période, à la fois aux communautés et états musulmans, autant qu’aux attitudes ambiguës que les démocraties occidentales entretiennent avec eux.

En octobre 2003, à Putrajaya, en Malaisie, s’est déroulé le Dixième Sommet de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI). Y ont assisté les dirigeants de 57 pays. Mahathir, qui était alors Premier Ministre de Malaisie, a attaqué le peuple juif et l’Occident dès son discours inaugural.

Mahathir a représenté les relations entre Musulmans et Juifs comme un conflit mondial frontal. Il a déclaré : “1,3 milliards de Musulmans ne peuvent être vaincus par quelques millions de Juifs. Il doit bien exister un moyen. Et nous ne pourrons trouver une voie que si nous cessons de penser, d’évaluer nos forces et nos faiblesses pour commencer à planifier, à élaborer une véritable stratégie et à contre-attaquer. Nous sommes en réalité très forts. 1,3 milliards de gens ne peuvent, tout simplement pas, être éradiqués. Les Européens ont déjà exterminé six millions de Juifs sur douze millions. Mais, aujourd’hui, les Juifs dirigent ce monde par procuration. Ils font en sorte que d’autres qu’eux-mêmes combattent et meurent pour eux”.

Mahathir a poursuivi : “Nous sommes confrontés à un peuple qui pense. Ils ont survécu à 2.000 ans de pogroms, non pas en répliquant, mais en pensant. Ils ont inventé et promu avec succès le socialisme, le communisme, les droits de l’homme et la démocratie, de façon à ce que le fait de les persécuter apparaisse comme un mal et pour qu’ils puissent jouir de droits égaux aux autres.

« Grâce à cela, ils ont, à présent, obtenu le contrôle des pays les plus puissants et cette minuscule communauté est devenu une puissance mondiale. Nous ne pouvons pas les combattre uniquement grâce à nos muscles. Nous devons aussi utiliser notre cerveau[1]“. La nature du discours de Mahathir est une mutation du faux montage antisémite tsariste, Le Protocole des Sages de Sion.

En faisant référence à l’Occident, Mahatir a déclaré : “Nous sommes tous musulmans. Nous sommes tous opprimés. Nous nous sentons tous humiliés. Nous contrôlons plus de 5% des 180 pays sur cette planète”. On reconnaît là toute la mythologie de la culture victimaire que propage le monde musulman sur-lui-même. De nombreux habitants musulmans de pays regorgeant de pétrole sont extrêmement prospères. Si une partie des Musulmans est humiliée, c’est bien par le comportement d’autres Musulmans.

Encore pire, au cours de ces dernières décennies, des centaines de milliers de Musulmans ont été assassinés par d’autres Musulmans, en partie au cours dee guerres meurtrières entre pays musulmans. La guerre Irak-Iran des années 1980 n’en est qu’un exemple. En outre, des centaines de milliers d’autres sont morts au cours de guerres civiles. C’est cette réalité qui se poursuit inlassablement en Syrie, au Yémen, etc. »

L’importance de ce qui s’est passé en 2003 allait bien au-delà des déclarations d’un incitateur antisémite musulman de premier plan. Le Washington Post a fait référence à l’ovation debout dont a bénéficié Mahathir, pour son discours : “Les applaudissements à l’intention de Mahathir ont été suivis par le Prince couronné Abdallah d’Arabie Saoudite, le Président Pervez Musharaf, notre homme en Afghanistan, Hamid Karzaï, et même Vladimir Poutine de Russie, représentant la vaste minorité musulmane de son pays…

« Mais ce qui corrompt et affaiblit de vastes parties du monde islamique, ce ne sont pas les Juifs, ni ceux de New-York et pas même ceux de Tel Aviv, mais uniquement ses propres cercles dirigeants incompétent et égoïste – en d’autres termes, celles-là mêmes de ces personnalités qui se sont levées comme un seul homme pour montrer à quel point elles ont adoré ce discours[2]“.

L’Union Européenne avait un sommet prévu au même moment que la conférence de l’OCI. Il a été proposé d’inclure une condamnation des propos de Mahathir dans la déclaration finale de 19 pages. Selon le Haaretz, le projet déclarait : “Ses commentaires inacceptables entravent tous nos efforts pour amener à l’harmonie inter-ethnique et religieuse et ils n’ont aucune place dans un monde digne de ce nom. De telles remarques aussi fausses qu’antisémites sont aussi blessantes pour les Musulmans que pour les autres[3]“.

Malgré leur passé controversés envers les Juifs, les Européens ne sont pas parvenus à obtenir l’unanimité autour d’une ferme condamnation. Le Président français de centre-droit Jacques Chirac s’est opposé à ce communiqué, ainsi que l’a fait le Premier Ministre socialiste grec Costas Simitis. Ceci en dépit du fait que Mahathir avait entrepris une attaque massive contre tous les Juifs du monde, sans aucune protestation de la part des dirigeants des pays musulmans.

Là-dessus, il a été décidé que le Président italien du Conseil de l’Union Européenne afficherait un communiqué sur son site internet. Il y disait que “L’U.E déplore les propos tenus par le Président Mahathir”. Il déclarait que “De tels propos entravent tous nos efforts pour promouvoir l’harmonie inter-ethnique et religieuse et ils n’ont absolument aucune place dans un monde tolérant”. Ce serait suivi par des années de faibles réponses européennes à l’incitation antisémite extrémiste musulmane.

Mahathir avait, cependant, piégé Chirac. Il l’a remercié pour avoir fait obstruction à la déclaration du sommet de l’U.E, qui était destinée à regretter son discours. Chirac ne souhaitait pas du tout se montrer publiquement comme la principale caution, en Europe, de l’antisémitisme le plus extrémiste. Il a répliqué à Mahathir : “Vos propos sur le rôle des Juifs ont provoqué une ferme désapprobation en France et tout autour du monde”.

Les Etats-Unis ont tenu des paroles claires et nettes. Le Président George. W. Bush a rencontré Mahathir lors du sommet Asie-Pacifique à Bangkok, quelques jours plus tard. Il lui a fait savoir que ses propos étaient “faux et facteurs de division”. Il a ajouté : “Ils se dressent carrément contre tout ce que je crois [4] [5] “. Mahathir a, cependant, démenti que Bush ait pu lui faire des remontrances.

Mahathir avait précédemment, déjà fait des remarques antisémites, telles que celles-ci. On en a rappelé certaines dans les médias occidentaux, à l’occasion de ce discours de 2003 à l’OCI. En 1986, lors d’un rassemblement du mouvement des non-alignés, Mahathir avait déclaré que : “L’Expulsion des Juifs de la Terre Sainte, il y a 2.000 ans et l’oppression nazie des Juifs ne leur avaient rien appris.

Si jamais cela a eu une conséquence, c’est juste que cela a transformé les Juifs en ces mêmes monstres qu’ils condamnent si fermement à travers leur matériel de propagande. Ils sont les bons élèves du Dr Goebbels[6]“. 

En 1997, Mahathir a prétendu que son gouvernement était effrayé à l’idée que les Juifs planifiaient de détruire l’économie de la Malaisie, ainsi que celle des autres pays musulmans[7]. Lors de la conférence économiques de Davos, en 1999, Mahathir a accusé la Connexion juive à l’ensemble des problèmes économiques de l’Asie.

Les incitateurs anti-Juifs et anti-israéliens les plus extrémistes sont, depuis très longtemps, issus du monde musulman. Si on devait démontrer cette sinistre réalité par une illustration simple, le discours de Mahathir en 2003 et les applaudissements qu’il y a reçus de la part des leaders politiques des pays musulmans correspond le mieux à ce bilan.

Par Manfred Gerstenfeld – www.jforum.fr

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

————————————————————-

[1] www.smh.com.au/articles/2003/10/20/1066502121884.html

[2] www.washingtonpost.com/archive/opinions/2003/10/21/return-to-wannsee/aecded6d-7405-44b4-ac06-59a18c5c8602/?utm_term=.931c6f01b416

[3] Sharon Sadeh, Yoav Stern, and Amiram Barkat, “EU Condemns Malaysian PM’s Remarks on Jews, But No Apology is Forthcoming,” Ha’aretz, October 19, 2003

[4] http://edition.cnn.com/2003/WORLD/asiapcf/southeast/10/16/oic.mahathir/

[5] www.nytimes.com/2003/10/21/world/malaysia-talk-attacking-jews-draws-bush-ire.html

[6] www.nysun.com/editorials/anti-semitism-with-a-purpose/77919/

[7] www.agi.or.jp/user03/926_174.pdf

Aucun commentaires

Laisser un commentaire