Réunion spéciale de la Commission européenne à Strasbourg pour marquer la Journée internationale de la Shoah

0
122

Lors d’une réunion spéciale de la Commission européenne à Strasbourg pour marquer la Journée internationale de la Shoah, le président des rabbins d’Allemagne, le rabbin Avichai Apel, a déclaré : « « Plus jamais » ne signifie pas seulement que nous espérons que les Juifs ne seront plus jamais envoyés aux fours, mais en faisons-nous assez pour pouvoir vivre ici en tant que Juifs ? »
_________________________________________________________
« Partout dans le monde, le peuple juif observe le ‘Jour de la libération et du salut’, la date hébraïque du jour de la victoire sur les nazis en guise de remerciement à Celui Qui nous a sauvés – le Créateur du monde, parallèlement à une reconnaissance publique de Ses bonnes actions à ses messagers des Alliés qui ont sacrifié leur vie pour la guerre contre le mal et les ténèbres » * « L’Azerbidjan, la membre musulmane de la Commission européenne, qui a ouvert son cœur aux Juifs et se tient au front contre l’ennemi juré qu’est l’Iran, ne reçoit pas le soutien adéquat des pays de l’Union européenne » * « Pourquoi avez-vous tué Jankel der Blinder ? La question reste sans réponse…
________________________________________________________
78 ans après la libération du camp d’Auschwitz, la Commission européenne a célébré aujourd’hui (mardi) la Journée internationale de la Shoa. Lors de la commémoration des victimes aux côtés du monument souvenir au Conseil de l’Europe à Strasbourg, des discours ont été prononcés par la secrétaire générale du Conseil Maria Bachenowitz Borich et la ministre des Affaires étrangères d’Allemagne Anlena Bierbach. La cérémonie s’est déroulée en présence des représentants des 47 États membres de la Commission européenne, des ambassadeurs et des observateurs d’autres pays conduits par le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe Tiny Cox et le président du Conseil des ministres du Conseil Ragnil Durarenlothdottir aux côtés de représentants du monde juif conduits par le rabbin de Strasbourg, le rav Avraham Weil. La cérémonie s’est conclue par une minute de silence à la mémoire des victimes de la Shoah et des autres victimes. Le président des rabbins d’Allemagne et vice-président de la Conférence rabbinique européenne, le rabbin de Francfort, le rav Avichai Appel, a été invité à prendre la parole lors de la cérémonie. Il convient de noter que c’est la première fois que le responsable d’une organisation juive est invité à prendre la parole devant la Commission à l’occasion de la Journée internationale de commémoration de la Shoah.

Le rav Apel a commencé ses paroles : « Le jour de la Journée internationale de la Shoah, je me tiens devant vous en tant que rabbin en Israël, un ancien juif de 3300 ans, depuis que nous sommes devenus une nation. Au pied du mont Sinaï, nous avons reçu la Tora – le Livre des lois qui nous accompagne comme une torche qui éclaire le chemin à travers l’histoire. Nos sages ont demandé : « Et pourquoi l’appelle-t-on par son nom ? Sinaï ? – parce que de là la haine est descendue dans le monde. A partir de ce moment, l’antisémitisme venimeux a éclaté, et la grande question qui ne cesse de résonner et de pointer du doigt la conscience du monde éclairé comme le doigt d’un procureur en colère, c’est : Pourquoi ? Why ? Warum ? Pochemu ? Pourquoi ? Après tout, nous sommes un peuple qui a apporté au monde les valeurs les plus nobles et les plus humanistes de la fraternité humaine, des valeurs sociales telles que le jour de repos hebdomadaire, l’amour de l’étranger et de l’immigré, le souci du travailleur et l’équité du commerce, et tout cela sert d’amplificateur à la terrible et sanglante question : Pourquoi ? ».

LIRE  Royaume-Uni: la Chambre des communes va débattre pour interdire le Hezbollah

« Je ne suis pas venu ici pour donner une réponse, car il n’y en a pas. Je me tiens devant vous en sachant qu’il y a des questions qui ne peuvent pas être discutées dans le « Département de philosophie », car elles appartiennent au « Département de psychologie ». Pouvons-nous avoir un discussion raisonnable sur l’antisémitisme ? Non ! Le célèbre philosophe français Jean-Paul Sartre a déjà dit : parce que l’antisémitisme appartient au département des situations et non au département des opinions, et avec une situation, il est impossible d’avoir une discussion ! L’antisémitisme existe comme le jour et la nuit, le flux et le reflux, une réalité ! Un fait ! Et depuis combien de temps nous assistons à une flambée antisémite qui enregistre une marée dans de nombreux coins du globe, sans raison et sans culpabilité. Parfois les excuses essaient d’être raisonnées, et pourtant elles sont absurdes. Et la question criante est : « pourquoi » ?

« Je me tiens ici à la Commission européenne, dont le fondement est de garantir : jamais plus ! Mais « jamais plus » ne signifie pas que des millions de Juifs ne seront pas envoyés dans les fours. La question que nous devons nous poser, en particulier ici, dans cette importante institution, faisons-nous assez pour vivre ici en tant que Juifs ? Tout appartient-il au passé, et nous, en tant que citoyens fidèles, pouvons-nous vivre ici selon notre foi, manger de la viande abattue selon la loi juive ? Face à nos enfants, ou la liberté de religion ici n’appartient-elle pas aux droits de l’homme ? »

Le rav Apel a raconté à l’auditoire l’histoire de Dov Shilansky, qui a été président de la Knesset – le parlement israélien. Il est né à Shavel, en Lituanie. Il a vécu sous le régime communiste et les camps d’extermination. Il a organisé une série de réunions publiques et postes parlementaires et parlait cinq langues : hébreu, anglais, allemand, yiddish et lituanien. Il a lancé un projet de commémoration de l’Holocauste : « Chaque personne a sa place », mais la grave discrimination de son enfance est restée gravée dans sa mémoire, lorsque les Juifs n’étaient pas autorisés à marcher sur les trottoirs, uniquement sur la route avec les chevaux.

LIRE  Mark Zell dénonce l’attitude des Démocrates américains et fait une révélation

« Dans une poignante interview d’un journaliste, il a raconté comment le président du Parlement israélien était venu visiter Vilna, et comment ses poumons étaient remplis de fierté de pouvoir marcher sur le trottoir ! Il y avait un silence pendant la marche, qui a été rompu lorsqu’il s’est tourné vers ses compagnons lituaniens de haut rang avec une histoire qui a marqué un point d’interrogation à la fin : l’un des membres de la communauté juive était « Yankael der Blinder » – Jacob l’aveugle. Il aimait les enfants et leur donnait des bonbons. Il n’a jamais fait la distinction entre un enfant juif et un autre enfant. Il n’a pas vu, il a donné des bonbons à tout le monde. Il aimait tout le monde, et la voix d’un enfant heureux, fils de n’importe quelle religion, l’émut toujours. « Mes chers hôtes », dit alors Shilensky. « J’essaie de tout comprendre, mais une chose que je ne comprendrai jamais : pourquoi avez-vous tué Yankel der Blinder » ? Pourquoi ? »

« La Journée internationale de commémoration de la Shoah – a déclaré le rav Apel – n’est pas seulement un événement sur un calendrier. C’est un réveil, un panneau d’avertissement et un panneau routier. Le peuple juif, selon les instructions de ses grands rabbins et dans la législation de la Knesset israélienne, vous chérit, et ils le notent sur le calendrier juif, partout dans le monde, et aussi chez eux. Ceci, avec la participation des hauts fonctionnaires des pays, la «Journée de libération et de sauvetage», la date hébraïque pour Jour de la victoire sur les nazis, initié et exploité par le gouverneur Dr. German Zakharev. Cette journée évoque un souvenir de remerciement à celui qui nous a sauvés – le Créateur du monde, ainsi qu’une reconnaissance publique de gratitude envers ses messagers – les soldats des Alliés et les partisans des nations du monde qui ont sacrifié leur vie dans la guerre contre le mal et les ténèbres, pour la liberté de leur peuple et le salut de notre peuple. Nous sommes les enfants de l’Eternel, et en tant que ceux qui demandent chaque jour dans nos prières le pardon du Créateur du monde pour nos actions, nous connaissons le secret du pardon pour les êtres humains. Nous nous souvenons de ce qui ne peut être oublié, mais… pardonnons et tendons la main pour construire un monde meilleur et plus beau, dans lequel il y a de l’amour pour chaque personne créée à l’image divine. »

LIRE  Corona : les uns, et les autres...

Le rav Apel a consacré la fin de son discours au sujet de l’antisémitisme que nous vivons aujourd’hui : « À l’occasion de la fête de la liberté du peuple juif, nous rappelons : « qu’à chaque génération on se dresse contre nous pour nous exterminer. Il est impossible de ne pas citer en un site aussi important, l’ennemi de service qu’est, l’Iran ! Ce n’est pas un secret, tout y est dit ouvertement et avec défi : le pouvoir des ayatollahs à Téhéran veut provoquer un nouvel holocauste. Pourquoi ? Il n’appartient pas au domaine des opinions mais à celui des situations. C’est un fait ! Par conséquent, le globe entier et ses habitants, toutes les personnes de conscience et de moralité qui veillent à ce que la graine de la haine ne repousse pas et ne s’enracinent pas, ont le devoir moral de contrecarrer toute possibilité d’un programme nucléaire iranien.

« Lors de la dernière fête de Hanoucca, le rassemblement des rabbins français a été accueilli par l’ambassade d’un pays à population chiite musulmane qui est ici membre de la Commission européenne – l’Azerbaïdjan. Ce pays, où les Juifs ont reçu un traitement chaleureux et enveloppant pendant des siècles, se tient en première ligne contre l’Iran et entretient une fraternité de voisinage entre ses citoyens azéris et juifs. Et l’antisémitisme est absent parmi ses citoyens. Malheureusement, le pays musulman qui a ouvert son cœur aux Juifs et a même établi une ambassade en Israël, ne reçoit pas le soutien adéquat des pays de l’Union européenne, et au contraire, comme étonnant et surprenant, le sénateur français a appelé à un embargo sur l’achat de gaz et de pétrole de cet important pays, qui prend un une position sécuritaire, consciencieuse et morale, et la garde des frontières de l’Europe « Pourquoi » ? »

Le rabbin Apel a terminé ses paroles avec beaucoup d’enthousiasme : « Moi, le rabbin Avichai Apel de Francfort, je suis un fier fils du peuple juif qui a goûté à toute l’amertume humaine de l’histoire et en a payé le prix fort. En tant que représentant de ce peuple, je fais appel à vous d’ici et d’aujourd’hui : soyons partenaires, pour qu’ils ne nous apportent pas un sacrifice supplémentaire et pour qu’aucun autre peuple ne paie un tel prix à l’avenir ! « Jusqu’à ce qu’un loup soit envoyé paitre avec un agneau et un tigre avec une chèvre » – comme cette vision de la fin des jours, Il fera la paix pour nous, pour nous tous – et le nom du Ciel grandira et sera sanctifié ! »

Photo: ‘Imagine’ et Eli Itkin

Aucun commentaires

Laisser un commentaire