Révolte dans le parti Yamina : « Qui sont les vrais traitres ? »

0
75

Des hauts fonctionnaires et militants clés de Yamina contre les chefs de parti : « Bennett et Shaked sont les vrais traitres »

Dans une lettre de soutien au député Ami’hai Shikli, les candidats du parti à la Knesset, les coordinateurs du personnel et les principaux militants ont exprimé leur opposition à une décision initiée par Bennett de le déclarer traitre à la cause de ce parti – et donc de l’en exclure officiellement.

Be’hadré ‘Harédim – Benjamin Berger

Ce soir (dimanche), les candidats à la Knesset du parti, les coordinateurs du personnel et les principaux militants du parti Yemina ont publié une lettre de soutien au député Ami’hai Shikli, dans laquelle ils critiquaient l’intention du Premier ministre Naftali Bennett de le déclarer traitre face au programme de leur parti. Les auteurs de la lettre ont attaqué le Premier ministre Bennett et la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, et les ont même qualifiés de « traitres de droite ».

La lettre est signée, entre autres, par ceux qui étaient candidats à la Knesset au nom du parti, Shai Maimon, Roni Sassover, le professeur Asher Cohen et Yossef Pfizer. Selon eux : « L’objectif est clair et connu de tous : punir Shikli pour en être resté à l’idée originale de leur parti, à la vision et aux valeurs de la Knesset par loyauté envers les électeurs et les militants. Ces valeurs, il faut le souligner à nouveau, ont été présentées lors de la campagne électorale au public pour punir aujourd’hui quiconque s’y maintient, une punition qui est une autre étape de leur survie politique. »

LIRE  Netanyahou veut sauver les Kurdes

La lettre précise en outre que « Shikli, contrairement à eux, lutte pour représenter les mêmes valeurs, et le fait régulièrement et résolument, sans recevoir de promesses et sans aucune considération. »

Les signataires de la lettre ont poursuivi leur attaque contre le premier ministre Bennett : « Il sera trop long de détailler l’éventail des promesses électorales : un engagement clair à former un gouvernement de Droite, le refus de nommer Lapid Premier ministre, un évitement conjoint avec la gauche radicale, le refus de tout partenariat avec Ra’am, le renforcement de la Histadrout pour les jeunes colonies et le renforcement de la colonisation en Judée-Samarie. Ces valeurs ont disparu et ont été jetées de côté par ceux qui veulent là rejeter Shikli de leurs rangs en échange du plus grand bénéfice, le poste de Premier ministre et celui de ministre de haut rang. »

Ils ont conclu : « Le comité décidera de ce qu’il décidera, et les juristes interpréteront la loi comme ils l’interprètent, c’est leur autorité. Cependant, aucune déclaration officielle ne changera la réponse à la question de savoir qui sont vraiment ceux qui, essentiellement, ont trahi la vision, les valeurs et l’érudition qu’ils ont promises – en échange d’avantages politiques. Nous, soussignés, soutenons Shikli, et en fait par notre soutien, nous exprimons la position cohérente et continue derrière la vision, les principes et les valeurs de la camp nationaliste. »

Dans le même temps, sur un compte Twitter, le maire de Sderot, Alon Davidi, a écrit : « Naftali Bennett s’est écarté de la voie, appelant la droite à s’opposer à la déclaration de Shikli comme traitre et à le rejeter de Yamina. Ne laissez pas le conseil de la Choura diriger notre pays et décider de la sécurité de nos enfants. »

LIRE  Décryptage : on a regardé pour vous « Passeurs » sur Arte

Comme vous vous en souvenez peut-être, plus tôt ce mois-ci, la faction de droite a annoncé que tous les membres de la faction avaient accepté de déclarer le député Amichai Shikli comme rejeté du parti. Une déclaration de la faction a déclaré que « MK Shikli a choisi de quitter le parti et d’agir en opposition totale à ses positions, avec une activité délibérée pour contrecarrer la faction, la coalition et le gouvernement israélien. » L’annonce est intervenue 24 heures après que la député Idit Silman a annoncé sa démission du poste de président de la coalition et son retrait de la coalition elle-même.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire