Rudy, Andrew, David sont libres. « Tribus perdues d’Israël », les Juifs igbos au Nigéria

0
282

Par Israelvalley Desk

Ce matin Rudy Rochman (photo), Andrew, David arriveront en Israël après une terrible aventure au Nigéria. Ils ont été emprisonnés dans des conditions inhumaines dans une très petite cellule… pour avoir apporté, dans le cadre d’un film documentaire, un Sefer Tora à une synagogue igbos. Grâce à la France, Israël et les Etats-Unis ils ont été enfin libérés. Israelvalley a été très inquiet car au Nigéria… tout est possible. C’est l’occasion pour IsraelValley de parler des igbos.

Les Juifs igbos (ou Juifs ibos ou Ibos bnei Israël) sont des membres de l’ethnie Igbos du Nigeria qui pratiquent la religion juive et disent provenir de l’émigration hébraïque, et ultérieurement juive d’Afrique du Nord et d’Égypte, en Afrique de l’Ouest. Des légendes orales parmi les Ibos racontent que cette migration s’est déroulée il y a environ 1500 ans. Ceci indépendamment des Ibos qui se considèrent comme Juifs messianiques et qui ne sont pas considérés par la plupart des Juifs comme de véritables Juifs.

Il y a actuellement 26 synagogues dans le pays, et la communauté juive est estimée à environ 40 000 personnes, sur un total de 140 000 000 Nigérians. Parmi les plus importantes communautés, celle d’Abuja avec la synagogue Gihon et celle de Port Harcourt dans le sud du Nigeria. Les Ibos bnei Israël sont du point de vue religieux actuellement dirigés par le rabbin conservateur Howard Gorin, diplômé en 1976 du Jewish Theological Seminary of America.

Les Juifs igbos ne sont pas les seuls Nigérians se réclamant de l’héritage juif. D’autres tribus pratiquent le judaïsme, dont certaines appartenant à l’ethnie Yoruba.

LIRE  Drame près de Kfar' Habad : une femme a été tuée par un train !

Certaines sources mentionnent la présence juive au Nigeria dès 638 avant l’ère actuelle. On suppose que des Juifs se sont enfuis en Afrique après la destruction du Premier et du Second Temple de Jérusalem, et qu’ils ont établi des communautés tout autour du continent africain. Cette population est allée vers le sud en Afrique subsaharienne et vers l’ouest en Afrique du Nord, suivant probablement les conquêtes arabes.

Les Juifs igbos prétendent descendre des trois tribus d’Israël : GadZabulon et Menanché et que certaines des familles de la communauté sont descendants des Cohanim et des Lévites, les prêtres juifs et leurs assistants du temps du Temple de Jérusalem.

La reconnaissance de Juifs nigérians par la majorité de la communauté juive mondiale a été officialisée en 19951997, quand le premier ministre israélien Yitzhak Rabin a envoyé une équipe au Nigeria à la recherche des « Tribus perdues d’Israël ». Des rabbins et des éducateurs de l’ouest, tel que le rabbin Gorin ont visité à cette époque la communauté, et de nombreuses communautés juives de l’ouest ont aidé celles du Nigeria en envoyant des livres, des ordinateurs et des articles religieux. Cependant, l’État d’Israël n’a toujours pas, à ce jour, reconnu les Ibos comme une des Tribus perdues.

Les pratiques religieuses des Juifs igbos comprennent la circoncision de tout enfant mâle huit jours après sa naissance, l’observation des lois de la cacheroute, la séparation des hommes et des femmes pendant les règles, le port du talit et de la kippa, et la célébration des fêtes comme Yom Kippour et Roch Hachanah. Depuis peu, les communautés ont aussi adopté les fêtes de Hanoucca et de Pourim, qui n’ont été instaurées qu’après la dispersion de nombreuses tribus d’Israël.

LIRE  Pèlerinage juif au Maroc : rav Shelomo Aben Danan, le plus célèbre dayan de la ville de Fès

Les Juifs igbos parlent communément l’ibo, mais utilisent l’hébreu comme langue liturgique.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire