Des voix contre l’unité nationale

0
624

De plus en plus de voix se font entendre en Israël au sein de la coalition gouvernementale et de l’opposition contre l’idée de former un gouvernement d’unité nationale. Cette semaine, c’est au tour du ministre de l’intégration, Zéev Elkin, d’exprimer son désaccord sur l’idée de faire entrer au sein du gouvernement des députés issus du « mouvement sioniste » de Herzog. Elkin a en effet déclaré que le fait de chercher à former un gouvernement d’unité nationale risquait de mettre en danger sa stabilité déjà précaire. Quant à la ministre déléguée aux Affaires étrangères, Tzipi ‘Hotovely, membre du Likoud, elle a annoncé être opposée à des pourparlers en vue de faire entrer des représentants du camp sioniste au sein du gouvernement : « Les électeurs nous ont choisis, nous et nous seuls, a-t-elle affirmé. C’est donc à nous qu’il revient d’endosser un mandat confié au parti national, conformément à l’agenda pour lequel nous avons été élus ». Cependant, du côté du parti nationaliste, certains s’opposent aussi à une participation à un gouvernement d’unité nationale : « Nous avons promis pendant plus d’un an que c’était eux ou nous ! », a dit la député Shapir en parlant du parti ‘Avoda. Quant aux députés de gauche, ils refusent de participer à ce qui leur apparaît être un jeu d’alliances qui ne sert que les vues politiques d’Herzog – et en aucun cas les intérêts des israéliens.

LIRE  Hautes tensions dans le nord (Syrie, Liban, Iran)

Aucun commentaires

Laisser un commentaire