Ya’akov Berdugo voit son temps d’émission à Galé Tsahal racourci…

0
130

Pour comprendre l’affaire dont nous voulons parler, il faut savoir que Ya’akov Berdugo est un journaliste situé de manière déclarée à droite, mais il travaille à Galé Tsahel, qui est une station fortement centriste, voire gauchiste. Il y a déjà eu dans le passé divers mouvements pour tenter de contrer ce journaliste, dont… l’idée de fermer cette station (avancée par pas moins que Benny Gantz, et on comprend que c’est Berdugo le problème). De plus, actuellement il est question de la formation d’un parti politique comprenant le député rebelle Ami’hai Shriki et notre Ya’akov Berdugo, ce qui nous permet d’un peu mieux comprendre le problème et peut-être de mieux saisir le personnage.

Be’hadré ‘Harédim – Photo : Channel 20

Ya’akov Berdugo s’est exprimé à propos du scandale le concernant, la décision de limiter ses heures de présence à la station : « Ils ont décidé de limiter la diffusion de la demi-heure la plus écoutée de la journée. C’est un peu surprenant, mais c’est une décision et nous verrons comment nous allons travailler avec elle »

Le commentateur politique de Galé Tzahal, Yaakov Bardugo, s’est exprimé aujourd’hui (mardi) face à la tempête provenant du fait que l’on veut limiter ses heures de diffusion à la station, en disant que « Je ne crache généralement pas dans le puits d’où j’ai bu de l’eau ».

Bardugo était l’invité de l’émission de Sharon Gal sur Channel 13, évoquant la tempête autour de lui : « Je n’aime généralement pas parler de moi, mais les faits sont des faits. C’est surprenant, mais c’est une décision et nous verrons comment nous travaillons avec elle. »

LIRE  Russie-Ukraine, mais qui donc a ouvert la boite de Pandore ?

A la question de Sharon Gal, est-ce une procédure antidémocratique, Bardugo n’a pas attaqué la station où il émettait et a dit avec prudence : « Vous pouvez dire ce que vous voulez, les autres diront ce qu’ils veulent, mais je ne crache généralement pas un puits où j’ai bu de l’eau. C’est une décision qui a été prise et qui a été rendue publique dans les médias. Je n’ai pas été consulté sur cette question. »

Bardugo s’est vu poser la question s’il est difficile d’être un journaliste avec des visions du monde de droite : « Un peu impopulaire. Même si vous avez le plus grand public et que vous provoquez qu’un grand public vienne vous écouter, ils diront que c’est à cause des gladiateurs que l’on entend se disputer dans les ondes. » Berdugo a fait valoir que l’affirmation était incorrecte et que la note était en fait due au désir des gens d' »entendre la vérité ».

Comme mentionné, Gali Elstein, commandant par intérim de Galé Tzahal, a annoncé il y a deux jours dans un communiqué des changements dans les horaires de la station, y compris une coupure dans le programme du commentateur politique principal Yaakov Bardugo, aux côtés de Yaron Wilensky – d’une heure et demie à une heure, même si ses cotes d’écoute sont les plus élevées sur toutes les émissions d’actualité en Israël, environ 690 000 auditeurs chaque soir.

Sa décision, qui devrait entrer en vigueur le mois prochain, a irrité de nombreuses personnes, en partie par crainte qu’il ne s’agisse que de la pointe de l’iceberg de ce qui est prévu de faire, avec cette éviction du commentateur populaire, qui mène un discours de droite à la station.

LIRE  Israël : 40 degrés de température une semaine durant !

Parmi les personnes interrogées figurait l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’est adressé à la faction du Likoud aujourd’hui à l’ouverture de la faction du Likoud, en déclarant : « On essaie de clouer le bec au public de droite ! » Il a pris comme exemple ce qui a été fait avec Berdugo : « Il a droit à 350 000 auditeurs, trois ou quatre fois plus que le présentateur lié à la gauche, Razi Barkai, alors ils essaient de limiter ses apparitions, avant de le rejeter totalement. »

Netanyahu a ajouté qu' »ils essaient de prendre le contrôle de la volonté du peuple par ces moyens », et a souligné qu’ils essaient d’étouffer la volonté publique de toutes les manières possibles.

Une autre personne qui a réagi à la décision était le président du Shas, Aryeh Deri, qui a écrit sur Twitter : « Il n’est pas surprenant de constater que le camp « pluraliste » utilise la méthode consistant à faire taire les personnes qui correspondent à la voix de millions de personnes dans l’État d’Israël »

Deri a ajouté que « les tentatives de faire taire l’avocat Ya’akov Berdugo à Galé Tsahal, en réduisant ses heures de diffusion, visent à bloquer les voix des affaiblis et de ceux qui ne peuvent pas parler ». Il a écrit plus tard que Shas luttera contre la décision, avec tous les outils à sa disposition.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire