Bar Lev contre le descendant de la famille Angel : « Nous ne nous sommes pas excusés ! »

0
249

Omar Bar-Lev sur la lettre qui a mis fin au boycott d’Angel : « Ce n’est pas une excuse »
Le président du conseil d’administration d’Angel affirme, malgré les lettres publiées sur les panneaux d’affichage avec le titre « excuses », qu’Angel ne s’est pas excusé • Dans une tentative désespérée de sauver son honneur, Bar-lev affirme : « Vous pouvez donner des gros titres d’ici jusqu’à une nouvel ordre, mais ce n’est pas une lettre d’excuses ». Le dirigeant de la famille Angel a réagi.

JDN

Le président du conseil d’administration de la boulangerie Angel, qui lui a causé de graves dommages en raison de sa participation à une manifestation face à la maison de rav Edelstein zatsal et du boycott orthodoxe spontané qui a éclaté à la suite, a essayé de préserver une partie de sa dignité et nie qu’Angel se soit excusé.

Bien que la lettre qu’il a personnellement apportée aux membres de la famille de rav  Edelstein zatsal dise explicitement qu’il « s’excuse du fond du cœur », et malgré les publicités officielles de la boulangerie Angel sous le titre « Excuses », il essaie de prétendre que ce n’est pas une lettre d’excuses.

Dans une interview accordée au journal Yediot A’haronoth, Bar-Lev déclare : ‘Nous ne nous sommes pas repliés ni n’avons abandonné. C’est une histoire qui a duré un mois, nous n’avons pas subi la pression des menaces, mais dès que cela devient un autre combat entre les public israélien et contre la boulangerie – et une boulangerie qui fournit du pain depuis 100 ans – nous avons réagi comme dit. »

Cependant, il affirme, tout à fait contrairement à ce qui apparaît publiquement dans la lettre qu’il a signée, qu’il ne s’est pas excusé : « Je ne vois pas cela comme une lettre d’excuses. Vous pouvez donner des titres d’ici jusqu’à une nouvel ordre, mais ce n’est pas une lettre d’excuses. »

Il raconte le déclenchement du boycott. « Une semaine après avoir assumé le poste de président du conseil d’administration d’Angel Bakeries, ces partis et d’autres ont fait un cercle autour de moi et ont répandu de fausses nouvelles comme si je manifestais devant la maison du rav Edelstein et insultais ainsi son honneur. À l’avance, je n’imaginais pas ce résultat du boycott. Mais cela s’est produit très rapidement lorsque des appels au boycott ont commencé à être lancés, notamment par Moshe Gafni et Aryeh Deri, et à partir de là, tout s’est déroulé. Ce n’était pas un boycott par les rabbins, c’était un boycott qui venait du territoire. »

Bar-Lev admet avoir été surpris par la force et la portée du boycott, mais nie que la décision de s’excuser ait été motivée par des raisons financières. « Toute l’histoire n’est vraiment pas rentable », a déclaré Bar Lev. « Évidemment, les commandes ont été annulées, mais ce qui nous inquiétait, c’est que les gens commençaient à être renvoyés de toutes sortes d’endroits et de centres de la boulangerie. Donc, les gens qui subviennent aux besoins des familles seront licenciés à cause de cette affaire ? C’est la seule raison de notre conduite », et donc, selon lui, Angel a décidé de ne pas s’excuser, ou en fait, oui de s’excuser, afin de mettre un terme à l’interdit qui se multipliait.

Ce n’est pas le ton sur lequel Yaron Angel a réagi : le propriétaire d’Angel Bakery s’empresse de préciser que les propos d’Omar Bar-Lev ont été prononcés en tant que personne privée, et qu’Angel Bakery s’est « excusé du fond du cœur et de manière claire et ouverte, des excuses qui ne sont pas ambiguës. C’est un fait et nous le soutenons ».

Il a précisé que « Omer Bar Lev est une personne privée et politique, et l’interview est personnelle et nous ne sommes pas partie prenante de l’interview et de ce qui y a été dit. Angel Bakery s’est excusé du fond du cœur et de manière claire et ouverte a présenté des excuses qui ne sont pas ambiguës. C’est un fait et nous le soutenons. »

L’évaluation dans les milieux israéliens est qu’à la lumière de la conduite continue de Bar-Lev, il finira par être démis de ses fonctions et ne sera plus le président du conseil d’administration de la boulangerie, à laquelle il a causé de graves dommages financiers.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire