Attaque de l’Iran: comment CNN a minimisé et déformé les faits

0
78
L’Iran attaque Israël: Amanpour de CNN minimise les barrages et les fausses nouvelles deviennent virales

par Rachel O’Donoghue

L’Iran a lancé dans la nuit de samedi une attaque directe sans précédent contre Israël, lançant au moins 300 drones et missiles vers l’État juif.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) se sont coordonnées avec d’autres armées, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, pour intercepter la plupart des projectiles, qui ont également été complétés par d’autres roquettes tirées par des mandataires terroristes iraniens en Irak, en Syrie et au Yémen.

Le Hezbollah, soutenu par l’Iran, s’est également joint à l’assaut et a annoncé avoir tiré deux barrages de roquettes sur une base militaire israélienne sur le plateau du Golan.

Les fausses nouvelles deviennent virales du jour au lendemain

Alors que le ciel au-dessus et autour d’Israël était éclairé par des roquettes pendant la nuit, les réseaux sociaux étaient également illuminés de fausses nouvelles, de vidéos et de photos prétendant être celles de cette attaque extraordinaire.

Alors que la majorité des fausses informations provenaient des utilisateurs de la plateforme X (anciennement Twitter), le porte-parole qatari Al Jazeera a également été surpris en train de publier une vidéo qui, selon lui, montrait des roquettes frappant Tel Aviv.

Pendant ce temps, le célèbre influenceur pro-Hamas, Jackson Hinkle, faisait partie des utilisateurs de la plateforme X à partager de fausses images qui, selon lui, montraient « les Israéliens paniqués » alors que les barrages iraniens frappaient Israël. Le journaliste de BBC Verify, Shayan Sardarizadeh, a confirmé que la vidéo montrait en réalité des foules en Argentine attendant de rencontrer un musicien.

This video, posted by Jackson Hinkle and others and viewed nearly 5 million times, claims to show « Israelis panicking » as Iran’s missiles and drones reach Israel.

in fact, it shows Louis Tomlinson fans near Four Seasons Hotel in Buenos Aires, Argentina last week; verified by… pic.twitter.com/11tX9bL0sh

— Shayan Sardarizadeh (@Shayan86) April 14, 2024

Hinkle, qui a récemment été banni d’Instagram, a publié de nombreux messages de soutien à l’Iran tout au long de l’attaque, notamment plusieurs messages faisant l’éloge du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et des images générées par l’IA d’avions larguant des bombes.

Sans surprise, la télévision d’État iranienne a été à l’origine de la diffusion de nombreuses vidéos prétendant montrer des dégâts catastrophiques en Israël, dont une montrant en réalité un incendie au Chili, filmée en février.

On the left: Iranian state media claiming this is footage from an Iranian missile which hit Israel.

On the right: the same footage from a fire in Chile in February.

: our defense systems intercepted 99% of their missiles. pic.twitter.com/xpLXGO3qd0

— Israel ישראל  (@Israel) April 14, 2024

Espérant peut-être faire monter la tension, un certain nombre d’utilisateurs ont partagé des affirmations selon lesquelles Israël avait immédiatement lancé une contre-attaque de drones sur l’Iran, notamment en partageant des vidéos de ce qu’ils prétendaient être un incendie à Téhéran.

D’autres ont partagé des images de l’explosion du port de Beyrouth en 2020, qui, selon eux, montraient le Mossad israélien bombardant la capitale iranienne.

BREAKING: A massive drone strike has occurred in Iran’s capital, Tehran. The Israeli Mossad has already claimed responsibility for it. pic.twitter.com/Q9VdxI6heV

— GSPs Backup (@ConLibCon) April 13, 2024

Les médias internationaux minimisent l’attaque

Les médias internationaux ont répondu à l’attaque nocturne en diffusant des informations de dernière minute et en diffusant une couverture continue en direct.

Même si la plupart des reportages s’en tiennent aux faits, il y a eu quelques cas où les médias ont minimisé l’attaque ou occulté la séquence des événements qui ont précédé l’attaque iranienne.

Christiane Amanpour, experte de CNN, a par exemple décrit de manière ridicule l’attaque comme étant « entièrement ciblée », même si des centaines de milliers d’Israéliens ont été contraints de se réfugier dans des abris alors qu’une grande partie du pays restait menacée.

« It seems to be entirely targeted; it wasn’t an attack directed at the whole of Israel. »@amanpour, try telling that to the hundreds of thousands of Israelis who were forced into bomb shelters or the 7-year-old girl critically injured by shrapnel to her head. pic.twitter.com/XtZaPY8zmR

— HonestReporting (@HonestReporting) April 14, 2024

La BBC et ABC News Australia n’ont pas précisé dans leurs titres que l’Iran avait tiré des centaines de drones et de missiles à longue portée sur Israël, qualifiant plutôt vaguement ces armes d’« objets ». De plus, le titre d’ABC News Australie ne mentionne pas du tout l’Iran.

Le New York Times, dans sa couverture médiatique, a suggéré que l’attaque était en quelque sorte justifiée en affirmant qu’Israël avait « bombardé le complexe de l’ambassade iranienne » à Damas. En réalité, Israël a ciblé un bâtiment proche de l’ambassade qui était utilisé par les dirigeants du CGRI pour coordonner les attaques contre Israël.

On April 1, Israel struck a single building next to the Iranian Embassy in Damascus that was being used by Iranian Revolutionary Guard Corps leaders to plan & coordinate attacks on Israel.

But @nytimes pushes the narrative that Israel « bombed an Iranian Embassy complex. »… pic.twitter.com/yc08UtX2eS

— HonestReporting (@HonestReporting) April 14, 2024

L’Observer a publié un éditorial quelques heures seulement après l’attaque, appelant à prévenir toute nouvelle escalade : « Au milieu du tumulte actuel, il ne faut pas oublier que cette attaque iranienne a été provoquée, du moins selon les dirigeants iraniens, par le bombardement non reconnu par Israël, le 1er avril, d’une annexe de l’ambassade iranienne à Damas, qui a tué plusieurs hauts commandants. De l’avis de Téhéran, cette attaque a franchi une ligne rouge en ciblant des locaux diplomatiques, ce qui n’est pas déraisonnable. »

Soyons tout à fait clairs : il n’y a rien de « déraisonnable », comme le suggère The Observer, à ce qu’Israël frappe l’infrastructure du plus grand État sponsor du terrorisme au monde, qui était utilisée pour organiser des attaques contre Israël. Suggérer qu’il s’agissait simplement d’une installation diplomatique est tout simplement absurde.

According to @ObserverUK, « this Iranian attack was provoked, according to Iran’s leadership at least, by Israel’s unacknowledged bombing on 1 April of an Iranian embassy annex in Damascus that killed several senior commanders. In Tehran’s not unreasonable view, that attack… pic.twitter.com/sXidFByZTZ

— HonestReporting (@HonestReporting) April 14, 2024

JForum.fr avec HonestReporting
Rachel O’Donoghue
Née à Londres, en Angleterre, Rachel O’Donoghue a déménagé en Israël en avril 2021 après avoir passé cinq ans à travailler pour divers titres de journaux nationaux au Royaume-Uni. Elle a étudié le droit à l’Université de droit de Londres et a obtenu une maîtrise en journalisme multimédia à l’Université de Kent.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire