Barrage de balles et coups de couteau : voici comment « l’ingénieur » du jihad a été assassiné en Syrie

0
79

Le journal libanais « Alakhbar » a rapporté des détails sur le meurtre du terroriste à Damas qui, selon des informations étrangères, a été tué par Israël | Le terroriste est sorti de chez lui, a été pris en embuscade par deux hommes et arrosé d’une pluie de balles. Selon le communiqué de l’Institut juridique : « Des signes indiquent la volonté de l’ennemi de donner à l’opération un caractère brutal ».

Be’hadré ‘Harédim

Le journal libanais « Alakhbar », affilié au Hezbollah, rapporte de nouveaux détails sur l’assassinat de l’ingénieur terroriste à Damas. Hier (dimanche) à 8 heures du matin, « le résistant Ramzi Alaswood (31 ans) a quitté son domicile dans la banlieue de Qudsiya près de Damas ». Alors qu’il s’apprêtait à monter dans sa voiture, il a été abattu d’un tir de balles, avec deux hommes non identifiés « déchargeant plus de trente balles de mitrailleuses légères », dont plus de dix l’ont mortellement blessé. Selon le rapport, « lorsque les ambulances et les forces de sécurité sont arrivées sur les lieux, le combattant ést décédé ».

Après avoir été transféré pour une autopsie dans un hôpital de la capitale syrienne, plusieurs balles ont été retirées de son corps. Les balles ont été tirées avec des armes de taille moyenne, le rapport médico-légal a montré qu’un grand nombre de balles ont touché son corps, et il a également été rapporté qu' »il convient de noter qu’il a été poignardé avec un couteau tranchant après être tombé au sol ».

Le journal a rapporté que, selon l’annonce de l’institut juridique, les coups de couteau ont eu lieu après la mort d’Alaswood, « ce qui indique la volonté de l’ennemi de donner à l’opération un caractère brutal. De plus, les tests montrent que les balles étaient d’une taille spéciale, et étaient destinées à l’origine à frapper des cibles blindées, ce qui signifie que les assaillants aient pris en compte le fait que le combattant portait un gilet pare-balles, ou que l’assassinat aurait pu avoir lieu alors qu’il conduisait dans sa voiture, ce qui signifie que sa voiture aurait pu être blindée. « 

Comme vous vous en souvenez peut-être, la branche militaire du Jihad islamique a affirmé hier qu’un commandant de l’organisation nommé Ali Ramzi al-Aswad avait été abattu dans la banlieue de Damas. Le message indiquait que « les empreintes digitales sont celles de l’ennemi sioniste ».

Alaswood vivait dans le camp de Yarmouk, mais il y est parti après le déclenchement de la guerre en Syrie et a déménagé dans une autre région, après cela, il s’est marié et a eu deux filles et un fils. Il est membre d’une famille arabe qui a fui Haïfa en 1948 et a vécu dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk dans la capitale syrienne, Damas. « Il a pris des mesures de sécurité à la lumière du rythme élevé de l’opération sioniste en Syrie », a rapporté le journal. Il y a quelque temps, il a déménagé pour vivre dans la banlieue de Kudsia, où l’assassinat a eu lieu, ce qui indiquait qu’il était sous surveillance. Le témoignage d’un témoin oculaire indique qu’un véhicule a été vu quitter rapidement la zone quelques minutes après l’opération, et des recherches sont en cours pour le retrouver.

Hier, le Premier ministre Netanyahou a déclaré, au début de la réunion du cabinet : « En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, nos forces travaillent 24 heures sur 24 pour faire face aux terroristes et contrecarrer les infrastructures terroristes. Des dizaines de terroristes ont été éliminés au cours du mois dernier, de nombreux d’autres ont été arrêtés. Je répète : tous ceux qui essaient de nuire aux citoyens d’Israël – leur sang retombe sur eux. Nous atteignons partout les terroristes et les architectes du terrorisme. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire