Candidat à la vice-présidence américaine pendant six jours, et juif le septième jour

0
93

« J’entends et lis trop souvent que le Chabbath est considéré comme quelque chose de lourd et de difficile, un jour de ce qui est interdit et de ce qui est permis. Joe Lieberman décrit le Chabbat tel qu’il est réellement dans l’expérience de ceux qui le respectent, un jour magique sublime et agréable, une journée avec un rythme différent et d’autres saveurs »

Le rav Zalman Vishetzky, émissaire du rabbin à Bâle, en Suisse, dans sa chronique hebdomadaire, spéciale pour COL

« Un des jours de Corona, à l’époque des semi-fermetures et de la distanciation sociale, je suis parti seul pour une journée de trajet en train vers les montagnes. Mon désir était de sortir du chaos du monde pendant quelques heures et de retrouver la paix intérieure. J’ai donc décidé de laisser le téléphone à la maison et j’ai plutôt pris un livre. Le livre que j’ai pris était « Sabbath Time » du sénateur Joe Lieberman, qui a ensuite été publié en hébreu par Magid et traduit par Ayelet Saxtin.

Le merveilleux livre du Juif le plus haut placé de la politique américaine me convenait de manière fantastique pour mon jour de congé. Lieberman y décrit le Chabbath, en commençant par les préparatifs du vendredi jusqu’au soir du Chabbath. Assaisonnées d’un bel humour juif américain, les histoires sur les Chabbatoth spéciaux ainsi que les lois du Chabbath y sont présentées avec grâce.

Les Américains avertis et les fans de la politique américaine auraient beaucoup plus apprécié cela qu’un Israélien comme moi, mais en tout cas, ce qui m’a le plus frappé, c’est le fossé entre le sénateur de la semaine et le Yossef du Chabbath, entre un candidat à la vice-présidence des États-Unis pendant six jours et entre l’enfant juif du septième jour. Voici un exemple : le vendredi après-midi, je rentrais de l’école et je respirais immédiatement l’arôme de la soupe au poulet, de la viande ou du kugel, ou de tout ce qui était cuit. J’allais à la cuisine, je soulevais le couvercle de la marmite à soupe de poulet, je sentais et je goûtais une cuillerée pleine. Des années plus tard, quand Hadassah m’a vu pour la première fois goûter à la marmite un vendredi après-midi dans la cuisine de ma mère, j’ai été horrifié.

« Comment peux-tu faire une chose pareille ! », m’a-t-elle demandé de son ton le plus sérieux.
« C’est ma tradition », répondis-je avec un grand sourire, comme si j’étais Tobias le laitier dans « Un violon sur le toit ».

Trop souvent, j’entends et lis que le Chabbath est considéré comme quelque chose de lourd et de difficile, un jour de ce qui est interdit et de ce qui est permis et même un jour de luttes douloureuses et d’opinions politiques sur ceci et cela. Joe Lieberman décrit le Chabbath tel qu’il est réellement dans l’expérience de ceux qui le respectent, une journée magique sublime et agréable, une journée au rythme différent et aux autres goûts. « Parmi les goûts particuliers du Shabbat se trouve aussi le goût du café instantané. Peut-être pensez-vous que le goût du café instantané est inférieur à celui du café préparé à la machine, je suis d’accord, mais le jour du Chabbath, l’avantage est qu’il est différent.
L’histoire d’une promenade nocturne d’une heure et demie sous la pluie de Washington, mouillé jusqu’aux os, reçoit également dans le livre la merveilleuse douceur et la soumission des Juifs observant le Chabbath.

Ce n’est pas pour rien que dans l’introduction du livre il dit « Quand on me demande : comment pouvez-vous arrêter tout votre travail de sénateur pour observer le Chabbath chaque semaine ? », je réponds : « Comment pourrais-je faire tout mon travail de sénateur si Je n’ai pas arrêté d’observer le Chabbath chaque semaine ? ».

Je me suis souvenu de tout cela parce que feu Yossef Lieberman est décédé la semaine dernière et j’aimerais tellement transmettre son expérience de Chabbat, qui est assez similaire à la mienne, à tous ceux qui pensent ou ressentent différemment. Et aussi parce qu’il mérite le respect pour sa représentation du judaïsme avec génie et respect ».

Chabbat Shalom,
Rav Zalman Vishetzky

Aucun commentaire

Laisser un commentaire