Discussion houleuse au sein du gouvernement sur le recrutement : « On ne peut pas se lancer dans une bataille par la force »

0
45

Un débat houleux au sein du gouvernement sur le recours déposé par le camp étatique contre l’application de la continuité à la loi de conscription de la précédente Knesset. Amsalem : « Le problème avec cette loi est la volonté du camp étatique de démanteler le gouvernement. Si les orthodoxes soutenaient la gauche et les Arabes étaient à droite, vous présenteriez une loi pour mobiliser les Arabes. »

Be’hadré ‘Harédim

Une réunion de cabinet houleuse s’est tenue aujourd’hui (lundi) pour traiter de l’appel déposé par la faction du « camp de l’État » du ministre Benny Gantz, contre l’application de la continuité à la loi sur la conscription introduite par l’ancien ministre de la Défense Benny Gantz dans le gouvernement précédent, qui au le temps avait dépassé la première lecture au plénum de la Knesset et n’avait pas progressé au-delà.

Le ministre Hili Trooper, qui a déposé le recours, a déclaré : « Lorsque nous avons présenté cette loi sur la conscription dans le passé, nous avons dit que cette loi n’était pas bonne et qu’elle était temporaire et qu’elle est venue à la demande du ministère des Finances, qui voulait intégrer le public orthodoxe sur le marché du travail. Après le 7 octobre, tout le monde comprend que les choses ont changé et qu’il faut des orthodoxes dans l’armée ».

Le ministre Miki Zohar a expliqué la raison pour laquelle il a également déposé un recours : « Je voulais qu’il y ait une discussion au sein du gouvernement et pas seulement au sein de la commission ministérielle de la législation afin que chacun puisse avoir son mot à dire sur cette loi importante pour l’unité du les gens. Les orthodoxes devraient contribuer à porter le fardeau, mais il faut également comprendre que l’armée israélienne devra s’adapter. »

Ministre Yoav Kish : « Nous sommes dans une période de crise sécuritaire. Nous devons promouvoir cette loi. Il est clair que la loi actuellement adoptée par le gouvernement ne sortira pas de la même manière en commission des Affaires étrangères et de la sécurité. »

Ministre Ofir Sofer: « Nous devrions laisser la commission des affaires étrangères et de la sécurité diriger cela. Celui qui a quelque chose à dire devrait y venir. J’ai moi-même l’intention de passer des heures à la commission des affaires étrangères pour qu’il y ait une vraie loi et qu’elle dirige. Le lieu pour discuter de la loi n’est pas au gouvernement mais à la commission des Affaires étrangères. »

Ministre Amichai Eliyahou : « Quiconque a été dans l’armée comprend qu’on ne peut pas se lancer dans une bataille sous la contrainte. »

Ministre Dodi Amsalem : « Le problème avec cette loi, c’est votre volonté de démanteler le gouvernement. Si les orthodoxes soutenaient la gauche et les Arabes étaient à droite, vous présenteriez une loi pour mobiliser les Arabes. »

Le ministre de la Défense Yoav Galant : « Nous sommes confrontés à deux défis, celui de la guerre et celui de la loi sur la conscription, que la Haute Cour nous oblige à relever. Nous avons besoin de ces défis pour nous connecter. Le 7 octobre, nous avons appris qu’il fallait davantage de soldats. Nous avons perdu beaucoup de soldats, l’équivalent d’une brigade (y compris des morts, des blessés et des handicapés mentaux). »

« Nous devons nous asseoir et parvenir à de larges accords entre les peuples. » Après que le ministre de la Défense eut fini de parler, il quitta la réunion.

La ministre Orit Struck : « Il y a un an, nous avons parlé au gouvernement des avantages pour les réservistes. Dans le cadre de la réunion, on nous a montré une présentation dans laquelle nous avons vu que de chaque cycle de combat des soldats qui terminent leur service régulier, seulement un tiers sont acceptés dans les réserves. Struck a mentionné qu’elle avait demandé pourquoi alors et le ministre de la Défense a répondu : « Nous avons besoin d’une armée petite et intelligente ».

Struck a ajouté : « Nous avons besoin d’une armée nombreuse et forte. Tous les besoins réels du système de sécurité doivent être cartographiés, y compris ceux qui jusqu’au 7 octobre ont été négligés. »

Le ministre Struck, qui croit au service civil, a déclaré : « Au lieu de créer des conditions de service pour les orthodoxes qui ne nuisent ni ne remettent en cause leur capacité à rester orthodoxes, ils viennent volontairement. Depuis le début de la guerre, il y a même eu une augmentation des adhésions. Le Comité Shakdi est un bon comité qui dit à Tsahal d’agir comme dans le service civil. Dire à une personne orthodoxe de venir servir dans les conditions d’une personne laïque n’est pas une égalité. »

Ministre Avi Dichter : « Je ne suis pas prêt à faire une comparaison entre le service militaire en mer et l’intégrité nationale et civile. »

Struck lui a répondu : « Vous ne savez tout simplement pas ce qui se passe dans la fonction publique et nationale. »

Ministre Amichai Shikli : « J’espère qu’au sein de la commission des affaires étrangères et de la sécurité, les données seront ouvertes et que la réponse requise sera donnée. »

Ministre Gantz : « Nous avons besoin d’un véritable partenariat entre toutes les parties de la société. J’apprécie les érudits de la Tora et je suis favorable à ce que les érudits de la Tora ne servent pas, mais il ne peut pas y en avoir autant. Nous devons répondre au besoin qui a été découvert le 7 octobre. Nous devons faire en sorte que l’armée soit l’armée du peuple et non celle de la moitié du peuple. » Gantz était également furieux de l’arrêt des discussions sur la loi sur la conscription.

Ministre Karai : « La seule chose qui ne figure pas dans la loi, c’est le renversement du gouvernement. » Karai s’est tourné vers Gantz et a déclaré : « Galant est votre représentant parmi nous. Il n’est venu que pour torpiller. »

Ministre Gadi Eisenkot : « Après le 7 octobre, les besoins en matière de sécurité ont triplé, voire davantage. Nous devons renforcer l’armée. »

Le ministre Smotrich a fait l’éloge du Comité Shakdi : « Il n’y a aucun moyen de recruter des orthodoxes à moins que leurs demandes ne soient considérées comme inutiles. »

Le Premier ministre a conclu la discussion en déclarant : « Il s’agit d’une étape historique de l’intégration. Le 7 octobre a changé la perception ». Le Premier ministre a également cité les propos de Gantz en faveur de la loi lorsqu’il a présenté la loi à la précédente Knesset, ainsi que les propos de Shuster, alors vice-ministre de la Défense.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire