Écueils stratégiques ayant mené au désastre du 7 octobre selon Amos Malka

0
66

L’ancien haut responsable du renseignement militaire israélien Amos Malka a dressé un constat sans appel sur les défaillances ayant conduit à la tragique journée du 7 octobre. Dans une analyse accablante, il pointe du doigt certaines erreurs stratégiques majeures commises par les plus hautes sphères politique et militaire.

Selon Malka, l’obsession des autorités pour la menace des tunnels creusés par le Hamas a occulté d’autres risques potentiels comme une invasion terrestre classique. Focalisées sur cette seule préoccupation, les équipes ont négligé des signaux d’alerte lancés par des officiers de renseignement de rangs inférieurs, qui n’ont jamais été transmis aux décideurs.

Cette coupure dans la circulation des informations cruciales serait symptomatique d’un « problème culturel » plus large en Israël, marqué par un rejet des avertissements minoritaires au profit d’une vision simpliste privilégiant les scénarios les plus probables. Une attitude récurrente dans l’histoire qui s’est révélée catastrophique le 7 octobre.

Mais Malka ne s’arrête pas là et dénonce aussi les conséquences désastreuses de la réforme judiciaire promue par Netanyahu. Malgré les multiples mises en garde, y compris du ministre de la Défense Galant, sur les risques pour la résilience de l’armée, le Premier ministre a poursuivi son projet avant d’en suspendre certains pans en juillet 2023, trop tard pour éviter les milliers de démissions de réservistes.

En ignorant ces signaux d’alarme, Netanyahu et certains hauts gradés portent une lourde responsabilité dans les failles ayant émaillé la préparation et la conduite des opérations du 7 octobre selon Malka. Des errements structurels que des changements cosmétiques de personnels ne suffiront pas à corriger sans une profonde remise en cause des processus de prise de décision.

Il convient également d’ajouter à la pertinente analyse d’Amos Malka que les organisations et les hommes politiques à l’origine des manifestations et actions contre la réforme judiciaire ont voulu aller jusqu’au bout sans considérer les conséquences sur le personnel militaire. Ces organisations, dont les importants financements proviennent de l’étranger, ainsi que ces responsables politiques, portent aussi leur part de responsabilité dans cette situation. En poussant leur combat par tous les moyens, sans prendre en compte les impacts sur la cohésion des forces armées, ils ont contribué à fragiliser l’appareil de défense du pays face à la menace. Cette détermination aveugle à poursuivre la contestation quoi qu’il en coûte fait aussi partie des facteurs ayant conduit au drame survenu le 7 octobre selon les conclusions de M. Malka (ce qui n’est pas forcément ce que Malka lui-même proclame…).

Jforum.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire