Herzog a écrit une lettre dans un Sefer Tora pour le Beth haKnesseth de Beéri : « Même lorsque le corps est consumé, l’acte spirituel vit et existe »

0
83

Le président de l’État Yitzhak Herzog a écrit aujourd’hui une lettre dans un Séfer Tora qui entrera dans la synagogue du kibboutz Beéri, comme symbole de la reconstitution du kibboutz. • Herzog : « Ces lettres nous reviennent ici afin que nous puissions lire la Tora chaque Shabbat dans la synagogue »

JDN – Elhanan Tolédano

Le président Yitzhak Herzog a écrit aujourd’hui (dimanche) une lettre dans un Sefer Tora qui doit entrer dans la synagogue du kibboutz Beéri, comme symbole du reconstitution du kibboutz. La réunion s’est déroulée en présence de Rachel Fricker, qui a survécu au massacre, et des membres de la famille de feu El’hanan Kalmenson, qui a été assassiné alors qu’il sauvait des dizaines d’habitants du kibboutz Beéri avec son frère Mena’hem et son neveu Itiel lors du Chabbat noir. El’hanan est également le cousin de feu Fedia Mark, tué lors des violents combats dans la bande de Gaza.

Le président du pays a déclaré au début de la réunion : « Je suis très heureux d’accomplir cette énorme mitsva, d’écrire une lettre dans le livre de la Tora à la mémoire d’El’hanan Kalmenson, que D’ venge son sang. Et à tous les massacrés pour le saint Nom, les défenseurs de la terre qui se sont levés en héros pour combattre les terroristes venus nous détruire le jour de la joie de notre Tora. Je suis particulièrement heureux que ce livre de la Tora soit dans la synagogue de Beéri, et qu’une mezouza y sera établie avec l’aide de D’ et que nous continuerons à prier.

« Je veux dire à la famille Kalmenson combien je suis heureux du fait que nous accomplissions cette mitsva en mémoire d’El’hanan, et en mémoire de tous ceux qui sont tombés, je veux remercier Mena’hem et Ithiel qui étaient là, et vous dire qu’il y aura aussi des moments de joie et nous accomplissons ici une mitsva qui montre que Netza’h Israël ne mentira pas. Comme le dit Hanania ben Theradion : « Peut-être que le parchemin brûlera, mais les lettres flotteront dans l’air ».

Rachel Fricker a parlé lors de la réunion de l’héroïsme d’El’hanan et de sa famille et a déclaré : « Nous sommes vraiment connectés, il y a un besoin intérieur d’être une famille. On ne peut pas vraiment décrire avec des mots ce qu’ils ont fait là-bas, ils ont sauvé plus d’une centaine de personnes. Je ne peux pas oublier El’hanan, je ne l’oublierai jamais, sa voix, la confiance qu’il nous a accordée lorsqu’il nous a fait sortir du kibboutz. »

Mena’hem, le frère d’El’hanan qui a également contribué aux efforts de sauvetage des habitants de Beéri, a déclaré lors de cette émouvante occasion : « Même lorsque le corps est consumé, l’acte spirituel est toujours bien vivant. Et dans le livre de la Tora, il y a six cent mille lettres contre six cent mille âmes d’Israël. S’il manque une lettre, alors le livre entier manque, le livre de la Tora nous enseigne qu’il y a une place pour chacun dans le livre de la Tora et pour chaque lettre, El’hanan se bat pour qu’aucune lettre ne manque dans le livre. Pour que personne ne manque et il est important que nous grandissions ensemble en tant que peuple, que chacun ait sa place. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire