La cécité juive face au problème arabe

0
45

Dr Alex Grobman

« En Palestine, j’ai été confronté chaque jour à des preuves de l’aveuglement des Juifs face au problème arabe », a affirmé Richard Crossman, député travailliste britannique, qui a été membre de la commission d’enquête anglo-américaine de 1946. « Je me souvenais constamment de la politique vaillante des socialistes de Vienne en 1934. Il y avait la même confiance erronée dans l’aide étrangère, la même sous-estimation de l’ennemi, la même assurance aveugle qu’une cause qui est juste est aussi forte. »

Au lendemain du massacre du 7 octobre, les médias et les experts ont rapidement souligné qu’Israël avait été averti d’une attaque du Hamas – des années, des mois, des jours et même des heures avant que cette catastrophe ne se produise, choquant la nation et la communauté juive mondiale. Une commission d’État israélienne finira par enquêter sur les causes de cet échec colossal en matière de renseignement. L’orgueil, le manque d’humilité, la négligence, le rejet avec arrogance des évaluations des renseignements sur une éventuelle confrontation militaire du Hamas, la complaisance et le refus de partager des renseignements avec d’autres membres du gouvernement sont des facteurs clairs qui ont contribué à cette débâcle.

Citant Miri Eisin, officier supérieur du renseignement de Tsahal, le Washington Post a rapporté que le Hamas avait tenté de « endormir Israël dans la complaisance » en organisant de grandes manifestations à la frontière de Gaza des mois avant l’attaque, « pour habituer Tsahal à la vue des foules à la frontière ». « Le Hamas a même partagé des informations sur le Jihad islamique palestinien (JIP), démontrant ainsi sa volonté de ne pas s’engager dans une confrontation sérieuse.
Pourtant, c’est « l’aveuglement face au problème arabe » et le manque de perspective historique qui ont conduit le général de division Aharon Haliva, de la Direction du renseignement militaire de Tsahal, et d’autres, à croire qu’à Gaza, « notre force militaire et notre dissuasion » et nos efforts « pour stabiliser l’économie, autoriser l’entrée des travailleurs et améliorer la qualité de vie ont tous le potentiel de créer des années de calme. Il a fait cette prédiction en juin 2021, puis à nouveau en septembre 2022, écrit Ya’akov Katz, ancien rédacteur en chef du Jerusalem Post.
Qu’est-ce que la cécité juive ? Comprendre que les Arabes de Judée-Samarie et de la bande de Gaza ne veulent pas la paix, comme l’a expliqué le spécialiste du monde arabe Mordechaï Kedar. Le judaïsme est considéré comme une « fausse religion » (Din Al-Batel), tandis que la « religion de la vérité est l’Islam » (Din Al-Haq). A partir de cette position islamique, il est impossible d’accepter l’existence d’un État juif.
Détruire l’État juif est un impératif religieux. L’article 15 de la Charte du Hamas stipule : « La libération de la Palestine, du point de vue arabe, est un devoir national ( qawmi ) et vise à repousser l’agression sioniste et impérialiste contre la patrie arabe et vise à l’élimination du sionisme en Palestine. »
Les incitations financières n’ont jamais réussi
Les tentatives visant à convaincre les Arabes qu’ils avaient plus à gagner matériellement en acceptant les efforts des Juifs pour améliorer leur bien-être économique ont été un processus continu, voué à l’échec dès le départ. L’historien sioniste Yossef Gorny note qu’en 1907, Yitzhak Epstein a déclaré que le peuple arabe « doit, pour son propre bien, laisser entrer les Juifs dans le pays, car il est impuissant à améliorer sa situation et à se sortir par lui-même de sa pauvreté et de son ignorance ; seul notre peuple peut subvenir à ses besoins. » Ce devait être une situation gagnant-gagnant. Les Juifs récupéreraient leur patrie et les Arabes pourraient améliorer leur vie. Cela accélérerait « la renaissance de deux peuples sémitiques anciens et doués, dotés de grandes potentialités et qui se complètent ».
En 1921, Winston Churchill, alors secrétaire aux Colonies, reprit le même thème de « bénédiction économique » lors d’une visite en Palestine. Il a exhorté les Arabes à donner au sionisme une « chance équitable », car le sionisme serait « accompagné d’une diffusion générale de la richesse et du bien-être et d’un progrès dans la vie sociale, scientifique et culturelle du peuple dans son ensemble ». Il a conclu en exhortant les Arabes à reconnaître les possibilités prometteuses qui les attendent : « Si au lieu de partager les misères à travers les querelles, vous partagez les bénédictions à travers la coopération, un avenir brillant et tranquille s’offre à votre pays. »
David Ben Gourion, le premier Premier ministre d’Israël, a déclaré qu’il partageait l’opinion de nombreux premiers sionistes selon laquelle les Juifs seraient de nouveau les bienvenus sur la terre d’Israël une fois que les progrès économiques qu’ils ont apportés « apporteraient une bénédiction au peuple arabe ».
Des années plus tard, il a admis qu’il était « naïf d’imaginer… que les Arabes pensent comme nous ». En 1936, il reconnaissait que « la bénédiction économique » n’avait eu aucun impact sur les dirigeants arabes : « Même s’ils admettent – ​​et ce n’est pas le cas de tous – que notre immigration apporte une bénédiction matérielle à la terre, [ils] disent – ​​et depuis le Point de vue arabe, je pense à juste titre : « Pas de ton miel et pas de ton aiguillon. »
Alors qu’il signait les Accords d’Oslo sur la pelouse de la Maison Blanche, Shimon Peres a déclaré : « Je pouvais presque sentir la brise d’un printemps frais, et mon imagination a commencé à errer vers les cieux de notre pays qui sont peut-être devenus plus brillants aux yeux de tous. Sur la pelouse, on entendait presque le bruit lourd des bottes quittant la scène après cent ans d’hostilité. Vous auriez pu écouter le doux pas sur la pointe des pieds de nouveaux pas qui font leurs débuts dans l’attente d’un monde de paix. »
N’ayant pas su tirer les leçons de l’expérience de Ben Gourion, Peres a assuré à ses auditeurs que : « Un niveau de vie plus élevé est une condition préalable à l’atténuation des tensions entre les pays du Moyen-Orient », ajoutant qu’il voulait lutter contre la pauvreté dans la région « comme si elle constituaient une menace militaire.
Zeèv Jabotinsky, fondateur du mouvement révisionniste sioniste, a compris la futilité d’essayer de convaincre les Arabes que leur vie serait meilleure grâce à la présence juive en Palestine. Dès novembre 1937, Jabotinsky mettait publiquement en garde contre la folie de tenter d’attirer les Arabes avec des richesses économiques. Dans l’édition du 26 novembre 1937 du Jewish Herald d’Afrique du Sud, il déclarait : « Les conciliateurs parmi nous tentent de nous convaincre que les Arabes sont des sortes d’imbéciles qui peuvent être trompés par une formulation adoucie de nos objectifs, ou par une tribu de voleurs d’argent qui abandonneront leur droit de naissance à la Palestine pour des gains culturels et économiques… Penser que les Arabes consentiront volontairement à la réalisation du sionisme en échange des avantages culturels et économiques que nous pouvons leur accorder est infantile. Ce fantasme enfantin… vient d’une sorte de mépris pour le peuple arabe, d’une sorte de vision infondée de cette race comme d’une canaille prête à être soudoyée pour vendre sa patrie contre un réseau ferroviaire. »
En outre, « aussi longtemps que les Arabes sentiront qu’il y a le moindre espoir de se débarrasser de nous », a-t-il proclamé, « ils refuseront d’abandonner cet espoir en échange de paroles aimables ou de pain et de beurre, car ils ne sont pas un peuple canaille, mais un peuple vivant. Et lorsqu’un peuple vivant cède dans des domaines d’une telle importance vitale, c’est seulement lorsqu’il n’y a plus aucun espoir de se débarrasser de nous, car il ne peut ouvrir aucune brèche dans le mur de fer. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils lâcheront leurs dirigeants extrémistes dont le mot d’ordre est « Jamais » ! »
En 1946, George Antonius, un nationaliste arabe, a réitéré ce point lorsqu’il a déclaré : « aucune place ne peut être faite en Palestine pour une seconde nation sauf en délogeant ou en exterminant la nation en possession. » Bien sûr, il faut faire une distinction entre les Arabes palestiniens implacables qui cherchent à détruire Israël et ceux d’autres Arabes qui se sont peut-être réconciliés à vivre dans la maison ancestrale du peuple juif.
Le Dr Alex Grobman est chercheur résident principal à la John C. Danforth Society, membre du Council of Scholars for Peace in the Middle East et membre du conseil consultatif de la National Christian Leadership Conference of Israel (NCLCI). Il vit à Jérusalem.

Source : israelnationalnews.com – par Alex Grobman
https://www.israelnationalnews.com/news/381717

Aucun commentaire

Laisser un commentaire