Le test de Netanyahou : va-t-il enfin promouvoir la « clause de dépassement » ?

0
133

En ce qui concerne la coalition qui devra être formée, la « clause de dépassement » (des lois votées par la Knesseth, à l’encontre de la Cour suprême – il s’agit d’une clause introduite dans la constitution qui bloque l’opposition de cette Cour) : est-ce que la Knesseth élue démocratiquement a le dessus, ou sont-ce les juges, non élus et tous membres d’une certaine clique très ciblée, aurait déjà dû être mise en place hier, mais Netanyahou et le Likoud, pour une raison quelconque, redoutent de résoudre cette question. Quelle sera l’excuse de Netanyahou cette fois ?

JDN – Yohaï Danino

Le grand vainqueur des élections en cours s’appelle Benjamin Netanyahou. L’homme, un suspect dont de nombreux partisans pensent qu’il est victime d’une obstruction judiciaire ciblée, a été évincé il y a environ un an et demi par l’ancien chef de son cabinet qui a fait alliance avec son rival politique Yair Lapid.

Le jour où la mise en place du gouvernement Bennet-Lapid a été annoncée, il semblait que l’espoir de voir de Binyamin Netanyahou revenir était perdue, le système politique parlait déjà du lendemain. S’il ne s’agissait pas de Binyamin Netanyahou, le candidat aurait sûrement fait le point et se serait empressé, pour sauver l’honneur, de démissionner du poste de chef de l’opposition, dénué de presque tout signe de pouvoir.

Mais Netanyahou, c’est Netanyahu, il n’a pas été cassé, il s’est battu comme un jeune homme au sein du gouvernement et a formé autour de lui la coalition minoritaire de droite, qui est composée des partis sionistes orthodoxes et religieux, et ensemble, ils ont fait l’incroyable.

Netanyahou et les membres de l’aile droite ont longtemps mené le combat contre le gouvernement. Entre-temps, Bennett a réussi à enregistrer une incroyable réalisation d’un album numérique rempli de photos avec les dirigeants des pays du monde, en particulier ceux qui voulaient une photo avec quelqu’un qui ne s’appelait pas Benjamin Netanyahou.

Au terme de pas mal de luttes et d’une situation sécuritaire de plus en plus compliquée, d’attentats sur attentats et d’un coût de la vie également oppressant, l’opposition a réussi à amener le gouvernement jusqu’à la dissolution, mais même lorsque ce s’est produit, le gouvernement a continué à fonctionner comme si de rien n’était. Des dirigeants de pays ont été reçus, des alliances ont été signées et la Haute Cour et les conseils juridiques ?! C’était comme s’ils se taisaient.

Pendant longtemps au Likoud, la lutte contre le système judiciaire a été reportée à plus tard. L’ancien ministre de la Justice Amir Ohana était l’un des porte-drapeaux et le Likoud a promis un revirement. Les factions partenaires ont également contribué les leurs. Les uns demandent une loi française, les autres la clause de dépassement, et il y a aussi ceux qui demandent le changement du mode de sélection des juges qui est en usage selon la coutume de « l’ami amène un ami », comme la présente le fait.

La lutte contre le système judiciaire n’est pas nouvelle, ni la nécessité de le changer fondamentalement, mais pendant de nombreuses années, celui qui a mis des bâtons dans les roues n’était autre que Benjamin Netanyahou. Ces dernières années, surtout depuis le début du procès de Netanyahu, de nombreux membres de la Knesset du Likoud ont expliqué que ce qui était, ne sera plus. « Cette fois, Netanyahu réalise son erreur et il sait que le système judiciaire doit être changé », ont-ils déclaré.

Le lendemain matin des élections, alors que le gouvernement orthodoxe et de droite était déjà en vue même si le dépouillement des voix était toujours en cours, le membre de la Knesset Miki Zohar, qui était auparavant président de la coalition de Netanyahou, a déclaré que dans le prochain gouvernement qui est formé, ils insisteront pour promulguer la clause de dépassement, qui éclipsera le pouvoir de la Cour suprême, de la manière appropriée. Mais avant même la fin de l’entretien, le Likoud, qui avait l’impression d’être encore en campagne électorale, s’est précipité pour envoyer un message selon lequel les mots ont été prononcés uniquement sur l’opinion de Zohar.

Pendant la campagne électorale, de nombreux membres de la Knesset du Likoud ont critiqué la campagne léthargique du parti, mais pour tenter de les apaiser, ils ont expliqué qu’il ne s’agissait que d’une campagne, dans le but de gagner la confiance de la droite molle. Ce fut le cas, par exemple, du membre de la Knesset David Amsalem qui a critiqué le tribunal et a été réprimandé par Netanyahou. Plus tard, il y a eu une conversation qui s’est appelée une conversation de réconciliation, mais Amsalem lui-même ne se sent pas vraiment réconcilié, puisque pour lui le changement dans le système judiciaire n’est pas en faveur de Netanyahou, mais malgré lui.

Depuis les pourparlers de réconciliation en question, beaucoup d’eau a coulé dans le fleuve, même la droite d’État, ou la droite douce, s’est entre-temps révélée être un faux total, mais avec Netanyahou, ils continuent leur routine quotidienne : planter des bâtons dans les rouages, dans tout plan qui affaiblit le système judiciaire.

L’un des plans est : la clause de dépassement. Pour être honnête, le paragraphe en question n’est plus un plan pour changer le système juridique, mais un plan nécessaire. Les orthodoxes veulent qu’il prévienne les dommages aux lois sur la conscription qui seront promulguées, pour empêcher les dommages à l’identité juive comme l’introduction du hamets dans les hôpitaux à Pessa’h et une foule d’autres législations que la Cour suprême a annulées à maintes reprises. Smotrich et Ben Gvir ainsi que d’autres membres du Likoud s’y intéressent pour empêcher la Cour suprême d’interférer avec le travail de la Knesset et il y a aussi des questions non liées au judaïsme ou au droit qui nécessitent une clause de dépassement, comme la nomination de Derhy comme un ministre si la Haute Cour décide de le disqualifier et pas mal d’autres lois.

En ce qui concerne le partenariat de coalition de la coalition qui devrait être formée, la clause du dépassement n’est pas une question de savoir si, mais un fait qui aurait déjà dû se produire hier, mais Netanyahou et le Likoud, pour une raison inconnue, refusent de reconnaître son importance. C’est pourquoi le député Zohar a vivement réagi aux annonces du Likoud et a déclaré que sans la clause de dépassement, il ne ferait pas partie de la prochaine coalition.

Au terme d’une campagne électorale destinée à remplacer le gouvernement précédent, qui avait permis la nomination d’un médiateur adjoint, et à maintenir les tribunaux sous l’œil attentif du ministre de la justice sortant, Netanyahou a reçu un mandat du public pour former un gouvernement, mais il doit se rappeler que ce mandat est limité.

Netanyahou doit se rappeler qu’il n’a pas pour mandat d’ignorer la nécessité d’apporter des changements urgents au système judiciaire, il n’a pas pour mandat d’empêcher le retour des tribunaux à leur taille naturelle, et il n’a pas pour mandat de continuer cette catastrophe. Le mandat donné à Netanyahou par le public est un mandat limité, qui inclut également ces changements. Peut-être même majoritairement.

Pendant de nombreuses années, Netanyahou a accusé ses différents partenaires de ne pas lui permettre d’opérer les changements nécessaires. Une fois c’était Kahlon, une fois Tzipi Livni et une fois même Ehud Barak. Mais cette fois, le gardien est Netanyahou, et il doit comprendre que la partie est terminée. Il doit comprendre que le mandat qu’il a reçu n’est pas un crédit illimité, et si le système judiciaire continue de fonctionner tel qu’il est actuellement, il risque de le payer très cher.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire